Fiche technique de Dead Rising 4 :Développeur : Capcom
Éditeur :
Capcom
Date de sortie : 6 décembre 2016 sur Xbox One et PC
Type : Post-apocalyptique
Multi : oui
Langue : français

Cette année 2016 n’aura pas spécialement été gâtée du côté des jeux de zombies. Alors que l’attente se focalise surtout sur le prochain Resident Evil VII devant arriver ce 24 janvier et promettant un retour aux sources du genre horreur, les fans de chair morte peuvent toutefois se rabattre sur Dead Rising 4 arrivé ce 6 décembre… à moins de posséder une Xbox One puisque pour la deuxième fois consécutive, Microsoft garde l’exclusivité sur la licence.

Ce nouvel opus signe le retour du charismatique Frank West, sa voix de G.I. et ses vannes pourries, mais tellement drôles. Vous débarquez donc à Willamette au Colorado, un choix des développeurs pour fournir aux fans un pur moment de nostalgie. Après avoir pourtant raccroché depuis des années, l’une de vos étudiantes bien téméraires vous emmène dans un camp militaire dans lequel se dérouleraient des expériences douteuses classées secret d’État. À ce niveau, le scénario se met en place en un instant car vous et Frank West ne tarderez vraiment pas à comprendre qu’une nouvelle épidémie de zombie de prépare et, cette fois, aucun remède ne semble la stopper.Bienvenue a willamette dans Dead Rising 4

Dead Rising 4 vs Evil Dead

C’est ici que la magie de Dead Rising opère. Un peu à la manière de Ash vs Evil Dead, Frank s’arme de tout ce qu’il peut trouver par terre pour massacrer les milliers de zombies qui croiseront son chemin au cours d’une aventure au scénario peu profond, presque anecdotique tant le gameplay reste sans doute la partie la plus fun de la licence. Votre bataille commencera réellement dans le centre commercial de la ville, l’endroit même où l’épidémie aurait commencé durant les soldes du Black Friday. Par la suite, la ville de Willamette deviendra votre terrain de jeu en open-world. D’une taille vraiment convaincante, la map du jeu peine pourtant à divertir tant elle manque d’activités secondaires et le décor d’interactions. Mis à part les quêtes histoire qui donneront un but bien plus varié et concret, le reste ne se résumera qu’à des guerres avec des gangs ou des sauvetages de demoiselles en détresses contre quelques babioles dont on pourrait aisément se passer. On profitera surtout de ces activités pour compléter notre arbre de compétences, destiné à venir enrichir votre expérience de jeu et la façon dont vous vous débarrassez des zombies.
Là où Dead Rising parvient à impressionner, c’est en exploitant au mieux les capacités de la Xbox One afin de générer des tonnes et des tonnes de zombies devant vous. Le soft parvient en effet à réaliser une démonstration technique redoutable à ce niveau, sans pour autant mettre à mal la fluidité du jeu elle aussi très correcte.

Dead rising 4, un max de zombies!Hélas pour Dead Rising 4, le jeu use à nouveau du gameplay redondant de ses prédécesseurs. Si le concept pouvait paraître très original lors de l’arrivée de la franchise il y a maintenant sept ans, les combats ne se résument qu’à tapoter les mêmes touches indéfiniment pour exploser les zombies à l’aide des mille-et-un outils à votre disposition. Certes, la combinaison des matériaux pour donner naissance à des armes farfelues est originale et est l’identité même de Dead Rising. C’est pourtant après un troisième titre tournant en rond que l’on se demandait si Capcom pouvait apporter un réel gros plus à celle-ci, en vain puisque Dead Rising 4 ne propose ici aucune nouveauté concrète. Malgré l’effort visible des développeurs lors de la création des nouvelles armes combo et des véhicules, cela ne suffira pas à nous faire penser que Dead Rising 4 est un retour marquant du jeu de zombie déjanté.

Ce style de jeu trouvera malgré tout son public puisque les joueurs pourront toujours s’amuser et s’émerveiller face aux nombreuses façons de venir à bout de ces mangeurs de cervelle. Arbalète à feu d’artifice, massue-grenade ou épée enflammée, ce ne sont pas les outils de torture qui manquent à l’appel. De plus, le système de personnalisation de Frank est de retour aussi, avec la possibilité d’enfiler n’importe quel vêtement que vous croiserez dans Willamette. Que ce soit un pantalon de ski, avec un cinglet et un casque de football américain, pour ce qui est de l’humour et les délires, le jeu vaut son pesant de cacahuètes. Un exosquelette pourra ponctuellement venir booster vos pulsions meurtrières en vous donnant non seulement un gain en puissance, mais aussi la possibilité de vous armer de réelles machines de destruction massive.

Dead rising 4, c'est du sang partoutPar contre, là où le jeu déçoit encore, c’est dans ses nombreux bugs d’affichage, de physique et techniques. En effet, Capcom ne semble pas avoir voulu peaufiner son jeu de fin d’année jusqu’au bout. Il nous est arrivé par exemple d’arriver à bout d’un objectif sans que celui-ci ne soit validé, devant des PNJ invisibles ou des zombies à l’intelligence douteuse. Bon d’accord, une créature morte et animée par un virus n’est pas censée l’être. Mais de là à foncer droit dans un mur et courir tête contre celui-ci alors que vous êtes juste à côté, ce n’est pas sérieux. D’habitude, notre tolérance envers les quelques soucis day one d’un jeu est assez grande, mais dans le cas de ceux Dead Rising 4 bloquant carrément notre avancement dans l’histoire principale, on ne laissera pas passer ça pour cette fois.

C’est bien dommage qu’un jeu de zombie au concept pourtant très aguicheur n’arrive plus à se renouveler. Dead Rising use jusqu’ à la corde son principe de destruction massive de zombie et d’humour au second degré jusqu’à en oublier le fond de ses jeux. La franchise offre  cette année encore un gameplay nerveux, des qualités graphiques impeccables, mais pour la deuxième fois de suite, une aventure tellement répétitive qu’on en vient à se demander s’il elle a un avenir brillant. Bon nombre de concepts sont assez mal exploités. Les missions annexes sont très peu variées, l’open-world est à la fois vaste, déborde de zombies, mais vide d’activités. Xbox reprenant quelques points à Sony sur le marché des consoles, Microsoft aurait bien besoin de justifier cela par des exclusivités de qualités. Après un excellentissime Forza Horizon 3, un Gears of War 4 d’enfer, Dead Rising 4 vient un peu comme une tâche sur le tableau, même si la PS4 ne possède pas d’exclusivité de ce genre jusqu’à présent. (On se voit sur Resident Evil VII avec le Playstation VR dans un mois ?) Alors manque d’ambition ou de temps pour les développeurs pour ce quatrième titre terminé à la va-vite ?

Points positifs :

  • Des zombies de tous les côtés, par milliers
  • Un héros charismatique, à l’humour excellent
  • Du fan service, beaucoup
  • De nombreuses armes déjantées, drôles et impressionnantes
  • Un très bon défouloir, on se plait à éliminer des tonnes de zombies
  • L’idée de l’open-world avec Willamette

Points négatifs :

  • Un gros manque d’innovations
  • Un open-world au final peu divertissant
  • Une aventure très répétitive
  • Plusieurs bugs gênants
  • Une VF parfois douteuse


SITE OFFICIEL DE DEAD RISING 4


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
6,5
Article précédentDESTINY: aperçu du patch note 2.5.0
Article suivantTEST – Assassin’s Creed The Ezio Collection
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here