Fiche technique de Robinson The Journey:

robinson-the-journey-box-art-555x695Développeur: Crytek
Éditeur:
Crytek
Date de sortie : 9 Novembre 2016 sur PS4
Type : Aventure / Sci-fi
Multi : non
Langue : français

Lors du lancement du casque Playstation VR sur PS4 ce 13 octobre, nous avions le ressenti que la majorité des expériences proposées n’étaient qu’un avant-goût des capacités de la réalité virtuelle de Sony, sans proposer de réel scénario profond et de durée de vie à rallonge. Mais l’un d’entre eux, sorti un peu plus tard, a attiré notre attention. Robsinon: The Journey de Crytek a donc posé ses valises chez Playstation pour offrir son expérience VR aux joueurs PS4 et PS4 Pro. Le contexte est plutôt simple: vous incarnez Robin, un jeune garçon rescapé du crash de sa navette Esmeralda et son robot HIGS le suivant de près pour tenter de conseiller et protéger le garçon dans la jungle hostile dans laquelle il vient d’atterrir. Débordant de curiosité, Robin décide alors de partir en exploration plutôt que d’attendre sagement qu’une autre colonie vienne le sortie de là. Dès les premières minutes de jeu, Robsinon: The Journey met tout de suite en place le lien unissant nos deux héros, ainsi que le petit tyrannosaure de compagnie de Robin, Leika, qui l’aidera maintes fois sur cette planète inconnue en chassant par exemple des créatures envahissantes avec son rugissement.

robinson_the_journey_wallpaper_desktop_esmeraldaContre toute attente, Robsinon: The Journey ne propose malheureusement pas aux joueurs d’utiliser les Playstation Moves. A la vue du scanneur que possède le garçon dans sa main, nous aurions pu y croire, mais le gameplay vient justifier cette absence de l’utilisation de l’accessoire par le fait que Robsinon: The Journey sera fréquemment constitué de jeux de grimpette. Le joueur devra poser ses mains sur des prises comme des champignons ou des rebords de rochers pour atteindre des endroits moins accessibles de la jungle, et il serait compliqué d’utiliser les Moves à cet effet dans un espace restreint, devant un écran TV.

Pour survivre et explorer le monde dans lequel vous avez atterri, vous aurez donc ce scanner qui vous servira à identifier la faune et la flore environnante pour ensuite créer une sorte de répertoire dans lequel vous retrouverez les informations sur les êtres vivants rencontrés, avec la miniature 3D qui va avec. Une mécanique de jeu à la No Man’s Sky parfaitement exploitée, car, pour analyser une créature et en tirer toutes les informations, vous devrez passer le scanner sur tout son corps en visant l’ensemble des petits points lumineux verts sur lui.  Le seul couac de cette technique est que si vous visez un des quelques points rouges se cachant dans le lot, il faudra recommencer tout le scan, ce qui pourrait en agacer plus d’un.

robinson_thejourney_screenshot_found_higsDans ce périple, vous pourrez donc passer votre scanner sur des libellules, des papillons, des plantes incroyables et, bien entendu, les fameux dinosaures présentés dans les bandes-annonces du jeu. Ces derniers, de taille variable, seront assez réalistes et des interactions directes avec eux seront possibles. Leika, votre tyrannosaure de compagnie en est d’ailleurs le bon exemple puisque vous pourrez lui donner des ordres ou, plus marrant, lui poser une casquette sur la tête. Pour les plus gros, comme les grands herbivores, vous pourrez les distraire ou les tromper pour qu’ils vous laissent tranquille ou qu’ils vous libèrent le passage. Mais dans des cas pareils, les manettes Moves auraient largement fait le café pour largement approfondir l’immersion du jeu et donner la possibilité au joueur de véritablement toucher le dinosaure avec ses mains plutôt que de n’avoir affaire qu’à une option d’action à enclencher avec le bouton X.

robinson_the_journey_screenshot_laika_found_dinoVisuellement, le jeu n’est pas une révolution, et Batman Arkham VR reste ainsi en top position pour ses qualités graphiques. La jungle dans laquelle vous atterrissez est malgré tout très florissante, riche. Vous prendrez certainement plaisir à explorer et analyser les différents recoins de la jungle qui, hélas, n’est pas un véritable open-world mais plutôt une map divisée en 5 zones d’exploration. Mais le jeu de Crytek souffre d’un clipping assez important faisant apparaître des décors seulement lorsque vous les approchez de près, ce qui est assez perturbant pour l’œil et retire à Robsinon: The Journey un degré d’immersion supplémentaire. Un défaut qui aura été légèrement amélioré avec le patch PS4 Pro.

Mais l’effet de réalité virtuelle du jeu est bien présent, et beaucoup de recoins nous laisseront bouche bée en donnant au joueur une impression d’immensité, alors que vous arpentez des zones inconnues et lugubres dans le corps d’un petit garçon. Après avoir réalisé toute une série de missions d’exploration afin de retrouver d’autres unités HIGS écrasées, Robsinon: The Journey se bouclera en environ 5 heures, ou 6 en prenant son temps. Le jeu n’est donc pas encore à la hauteur d’un jeu PS4 traditionnel en termes de durée de vie, mais il fait malgré tout le poids face à un Arkham VR d’une petite heure ou des démos d’un quart d’heure. D’autant plus que l’aventure du jeu propose une véritable narration avec des personnages attachants, mais un contexte passé qui reste assez flou. Après nous avoir montré le crash de du vaisseau Emeralda dans les bandes-annonces de Robsinon: The Journey, l’aventure débute en réalité bien après ces évènements et n’explique au final pas grand-chose sur la situation de Robin et son robot doté d’une intelligence artificielle.

robinson_the_journey_wallpaper_desktop_higsRobsinon: The Journey arrive à se distinguer de la concurrence avec sa construction digne d’un véritable jeu PS4. On a en effet droit à un jeu d’une durée de vie supérieure à la moyenne des jeux PS VR, une véritable trame narrative et des graphismes plutôt satisfaisants. Les interactions ne se faisant qu’à la Dualshock , elles sont donc à moitié frustrantes; les phases d’escalade se font sans soucis à la manette, mais les interactions avec le décor ou les dinosaures auraient été plus immersives avec les Playstation Moves, un accessoire qui semblait indispensable pour une immersion parfaite avec le PS VR selon Sony. Robinson nous plonge dans un monde dans lequel nous ressentons crainte et curiosité, un subtil mélange pour une aventure palpitante, le tout accompagné d’un doublage français aux petits oignons pour HIGS – un peu moins pour Robin qui semble avoir une voix de fillette. Mais après toutes ces constatations, le prix de lancement proposé à 59,99€ reste un peu excessif pour ce que le soft à a offrir.

Points positifs:

  • Une durée de vie supérieure à la moyenne
  • Une véritable aventure
  • Un monde riche et assez large
  • Des personnages attachants
  • Des dinosaures impressionnants
  • Un gameplay pouvant être assez vertical avec de l’escalade
  • Des bruitages immersifs

Points négatifs:

  • Ce n’est pas une révolution graphique
  • Un contexte passé un peu flou
  • Le doublage français de Robinson
  • Encore un peu cher pour ce que le jeu propose réellement
  • Un manque d’exploitation des PS Moves

SITE OFFICIEL DE ROBINSON: THE JOURNEY


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
7
Article précédent[TUTO] Transférez les données de votre PS4 vers votre PS4 Pro
Article suivantUne PS4 Pro édition spéciale Skyrim à gagner sur Twitter
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here