Fiche technique de Tomb Raider 20ème anniversaire :

Rise of Tomb RaiderDéveloppeur : Crystal Dynamics
Éditeur : Square Enix
Date de sortie : 11 octobre 2016
Type : Action / Aventure
Langue : Français
Version testée : PS4

Sortie il y a maintenant un an sur Xbox One (13 novembre 2015) et 10 mois sur PC (28 janvier 2016), c’est au tour de la PlayStation 4 de voir débarquer Rise of Tomb Raider dans un package 20ème anniversaire reprenant l’ensemble des DLC sortis jusque-là. Malheureusement pour la belle exploratrice, un autre mastodonte de l’action / aventure est passé par là entre-temps en la personne de Nathan Drake et le somptueux Uncharted 4 : A Tief’s End. Lara Croft pourra-t-elle tenir la comparaison ? Verdict dans ce test.

Une version PS4 haut de gamme

Ce qui marque de prime abord sur ce Rise of Tomb Raider, c’est la qualité du travail porté sur le titre. Si on pouvait s’attendre de prime abord un simple reskin du reboot sorti en 2013, il n’en est rien tant sur le plan des graphismes, du rythme et de l’histoire.

Commençons par la partie graphique qui voit une amélioration sur la finesse des décors même si quelques textures laissent encore à désirer. Mais c’est surtout au niveau de l’ambiance générale que le titre épate. Les lieux que nous traversons prennent littéralement vie, avec une faune très présente et réaliste avec ces écureuils, ces biches et ces animaux sauvages (loups, ours…) n’hésitant pas à se retirer pour mieux nous piéger dans leur tanière, une flore essayant de résister tant bien que mal aux conditions climatiques extrêmes et ces bourrasques de vents et de neiges qui donnent froid dans le dos pour la pauvre Lara. A noter que nous avons pu essayer la version PS4 Pro de Rise of Tomb Raider lors de la Paris Games Week qui permet au jeu de gagner en fluidité mais également d’améliorer la finesse des décors rendant ces derniers sublimes.

L’histoire est relativement bien menée et nous emmène à la poursuite d’un prophète et de sa source divine promettant vie éternel et pouvoir absolu à son possesseur. Et comme de coutume dans ce type de titre, une organisation paramilitaire appelée les Trinitaires se mêlera à la fête. L’occasion pour Lara de venir en aide de la population locale et nouer des liens d’amitié avec eux. Les Tomb Raider ont toujours eu un côté fresque historique et ce volet n’y fait pas exception avec le récit de ce prophète chassé de sa terre d’origine par les Trinitaires et de son voyage jusqu’au bout du monde afin de recréer une civilisation.

Côté rythme, le jeu ressemble de plus en plus à ce qui peut être proposé du côté de la concurrence, et d’Uncharted en particulier avec ces alternances entre les phases d’exploration / narration et les phases de gunfight. Ces dernières peuvent la plupart du temps être résolues de manière furtive, sans échange de coups de feu. La diversité des armes et des améliorations que l’on peut y apporter permet d’envisager les affrontements de différentes manières (grenade fumigène, cocktail molotov, cadavre piégé…). L’autre versant du jeu est la découverte et l’exploration de zones assez vastes. C’est dans ces phases que nous pouvons avoir accès à des quêtes secondaires auprès des autochtones permettant d’obtenir de nouveaux équipements ou encore à des temples perdus où il faudra résoudre nombres d’énigmes relativement simples afin de débloquer des compétences uniques. C’est également pendant ces moments que vous pourrez vous adonner au mal de cette génération, la collectionnite en monde ouvert, que ce soit pour ramasser des artefacts, déterrer de la monnaie ou encore des munitions. Bref, la carte est remplie d’objectifs secondaires plus ou moins intéressants, et donnant parfois l’impression de casser complètement le rythme du jeu.

Du contenu exclusif à la PlayStation 4

Rise of Tomb Raider propose également deux nouveaux DLC, inclus sur la version PS4, permettant d’augmenter encore un peu plus la durée de vie du jeu. Nommés Cauchemar de Lara et les Liens du Sang, ces DLC proposent deux approches complètement différentes de l’univers de Tomb Raider.

Le Cauchemar de Lara nous emmène comme son nom l’indique dans les pensées les plus sombres de la belle. Le songe se déroule dans le manoir des Croft où, attaquée par des zombies, Lara devra détruire 3 masques maudits afin de s’en sortir. Cette partie de l’aventure est purement orientée action et ravira les aficionados de gunfights.

A l’opposé, on retrouve les Liens du Sang, qui plongera le joueur dans l’histoire des Croft avec un retour dans le manoir délabré de la famille. Rempli d’énigmes et demandant beaucoup de recherches et d’investigation, cette partie parlera sûrement plus aux fans de la première heure qui pourra découvrir de nombreux secrets de la série Tomb Raider.

A noter qu’un mode en réalité virtuelle est également présent. Nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de le tester par faute de matériel adéquat.

En conclusion

Crystal Dynamics nous propose une aventure palpitante et riche en rebondissements avec ce second volet des nouvelles aventures de Tomb Raider. Même si on peut lui reprocher quelques petits défauts comme un rythme pouvant parfois s’essouffler ou des textures pas toujours de bonnes qualités, c’est surtout la comparaison obligatoire avec Uncharted 4 qui lui cause le plus de tort et l’empêche de devenir la référence de l’action / aventure sur PlayStation 4. Rise of Tomb Raider reste tout de même un excellent titre et mérite amplement que l’on s’y attarde.

Points positifs:

  • Sublime
  • Gamepay toujours aussi bon
  • Dépaysant
  • Bon dosage entre les différentes phases de gameplay
  • Riche en contenus

Points négatifs:

  • Rythme en dent de scies
  • Quelques problèmes graphiques
  • Arrive après Uncharted 4

APERÇU DE REVUE
Note globale
8
PARTAGER
Article précédentXbox: Deals With Gold (01 au 07 novembre 2016)
Article suivantDESTINY: Activités de la semaine du 1 novembre
Joueur passionné depuis ma plus tendre enfance, je navigue de constructeur en constructeur au gré des générations et de mes envies du moment. J'écume les jeux de rôle et d'action/aventure, principalement sur console, mais je ne dis jamais non à un petit jeu de plateforme.

LAISSER UN COMMENTAIRE