Nous avons testé Killing Floor 2 et nous pouvons vous confirmer que c’est bien violent et gore à souhait. Deep Silver nous a proposé de faire une démo, où le but était de survivre contre différentes hordes d’ennemis plus hideux et dégoutants les uns que les autres. Nous étions une équipe de 8 contre ces hordes infernales.

Si vous voulez survivre dans Killing Floor 2, il faut tuer tout ce qui bouge

Aucune échappatoire. Vous êtes posé dans une ville fermée, après avoir choisi votre personnage, l’avoir personnalisé et avoir choisi votre classe. Dans cette ville, vous êtes accompagné d’une équipe de choc, qui pour notre cas était des joueurs présents dans la salle jouant avec nous. Une fois la première vague débutée, il faudra s’entraider pour survivre, se couvrir les uns les autres et exterminer toute trace d’ennemis hostiles. Parmi ceux-ci il y en aura de différents types tels que les célèbres Zed, les sirènes, les bouchers, les araignées et bien d’autre. Plus les vagues s’enchainent et plus celles-ci deviennent difficiles à terminer. Si vous mourez, c’est pour toute la manche, vous serez ressuscité à la fin de la vague, une fois le dernier ennemi éradiqué. A la fin de la troisième manche, un Boss se pointe et là, la difficulté grimpe d’un cran. Plus résistant, plus rapide et doté de capacités spéciales, les Boss de Killing Floor 2 seront une véritable plaie. Chaque fin de manche vous donne le droit d’accéder à un module qui s’ouvrira a cette occasion, afin d’acheter armes, équipements et munitions, histoire de faire le plein avant le début de la prochaine vague.

Killing Floor 2 est brutal, violent, addictif, bourrin, gore et dosée avec une bonne difficulté qui se corse peu à peu. Un véritable challenge pour les joueurs aguerris et une vrai expérience en terme de coopération multijoueur, qui se retrouvera indispensable pour assurer le succès de la mission. Plutôt joli graphiquement et ne souffrant d’aucune instabilité ou bug, Killing Floor 2 plaira à plus d’un.

LAISSER UN COMMENTAIRE