Avec le passage prochain de la franchise WRC dans les mains de Codemasters, et par extension, EA, on se dit que KT Racing pourrait se reposer sur ses acquis et sécuriser la rentabilité de la série jusqu’à ce qu’elle ne soit plus chez eux. Avec WRC 10, le studio promet visiblement une expérience fondamentalement proche de ce qui avait été proposé les deux dernières années. Toutefois, il y a bien une nouveauté, si l’on peut dire, à savoir l’ajout de courses d’anthologie incrustées dans un mode anniversaire pour les 50 ans de la compétition WRC.

WRC 10, un grand saut vers la next-gen ?

Avec l’arrivée de la nouvelle génération, nous sommes en droit de penser que ce dixième épisode poussera un peu plus les limites des précédents jeux. Même si WRC 8 avait su nous surprendra grâce à un contenu gargantuesque, le suivant fut assez fainéant sur sa réalisation tout en calquant une énorme partie de ce qui avait déjà été proposé. Avec ce nouveau titre, on espère donc fatalement voir un changement en bien, à tous les niveaux.

Hélas, le premier constat que l’on peut faire au sujet de WRC 10 est qu’il reprend une fois encore beaucoup d’éléments des deux jeux précédents. Aucune nouveauté flagrante n’est apparente si ce n’est un mode anniversaire dédié aux épreuves historiques de la compétition. On a donc un mode Saison, un mode Course rapide, un multijoueur et un mode campagne.

Le mode campagne constitue une vision globale du championnat de Rallye. C’est depuis le garage de son écurie que le joueur apprendra à gérer son équipe et son calendrier. Il faudra par conséquent surveiller les gains et dépenses de l’équipe, recruter des techniciens et surtout remporter assez d’épreuves pour que tout le monde se sente bien. Il n’y a donc strictement rien de neuf sur ce plan et c’est assez dommage. Bien que ce mode soit déjà très complet de base, KT Racing n’a tenu qu’à imposer certaines courses historiques dans le calendrier des épreuves, alors que celles-ci sont déjà disponibles dans le mode dédié. Étrange décision, donc.

Oui, c’est un grand saut, mais un grand plat…

Sur le plan esthétique, on remarque que WRC stagne beaucoup. On se retrouve toujours en deçà de ce que peut proposer la concurrence comme DiRT. De plus, de grosses inégalités se font ressentir entre différents fragments d’une même spéciale ou en fonction des voitures sélectionnées. On peut donc avoir un superbe rendu lors d’une spéciale au volant de la superbe Renault Alphine A110 puis se retrouver dans un tunnel en LEGO avec une Lancia Stratos Hot Wheels. On ne vous ment pas, il n’y a qu’à constater le comparatif ci-dessous. C’est très dommageable pour l’immersion, d’autant plus que nous avons essayé le soft sur PS5 avec un affichage sur TV LG OLED C1.

Soulignons aussi un sound-design qui n’est pas toujours au top avec des bruits de moteurs souvent copiés-collés d’une voiture à l’autre. Il y a aussi un bel exemple d’un son de moteur récupérant d’un gros frein à main que l’on entend à répétition à chaque virage serré, sans aucune variation. On a simplement l’impression que KT Racing avait épuisé son nombre d’échantillons sonores.

Fort heureusement, tout n’est pas noir pour WRC 10, et nous avons régulièrement été relativement satisfaits de ce qui se présentait sous nos yeux. Qui plus est, le jeu sur PS5 profite des gâchettes adaptatives et retours haptiques de la DualSense pour renforcer les sensations sur la route. Malgré tout, nous aurions aimé avoir un peu plus de variations et subtilités dans les vibrations en fonction des revêtements de piste, et ressentir plus précisément le comportement des pneus dans les gâchettes. Nous avons surtout un retour de gâchettes lors des passages de rapports et freinages.

La DualSense apporte un plus à l'expérience de WRC 10Un anniversaire hâtif et exigeant pour WRC 10

Pour le 50ème anniversaire de la compétition WRC, qui n’arrivera qu’en 2023, WRC 10 s’offre d’avance un mode spécial. À partir du menu principal, il est possible de réaliser une sorte de campagne solo où l’on progresse sur la ligne du temps du championnat en reproduisant les courses qui ont marqué l’histoire. On commence avec une ou deux épreuves assez sympas, mais la difficulté monte étonnamment très vite et le jeu nous demande de battre des records très exigeants et, à notre sens, accessibles qu’aux joueurs pros. C’est dommage, d’autant plus que ces épreuves se retrouvent en doublon éparpillées dans le calendrier de la campagne. De plus, il est impératif de terminer et réussir une épreuve pour passer à la suivante, ce qui peut être très frustrant pour certains.

La franchise WRC en perte d’altitude

WRC 10 dispose fort heureusement d’un contenu colossal pour un jeu du genre. On déplore toutefois le manque cruel de nouveautés vis-à-vis de la sortie next-gen. On sent clairement que le studio n’était pas encore prêt à sortir le grand jeu cette année, se reposant une fois de plus sur la base instaurée par l’excellent WRC 8. La réalisation, dans son ensemble, est mitigée. Il y a de fortes inégalités visuelles, un sound-design fainéant et un niveau de difficulté qui mérite révision, même avec des aides à la conduite. Ce n’est hélas pas le jeu que l’on espérait et WRC 10 nous donne clairement le sentiment que la série arrive à bout de souffle et ne souhaite plus prendre de risques. On tire néanmoins notre chapeau pour le mode anniversaire qui amène une belle brochette de bolides historiques, malgré quelques manquants.

Points positifs:

  • Chaque voiture dispose de sa propre physique
  • Le mode anniversaire avec les épreuves et voitures de légende sympas pour les fans
  • Un mode carrière complet avec un aspect de gestion toujours présent
  • les temps de chargement sont nombreux, mais heureusement très rapides sur next-gen

Points négatifs:

  • La SuelSense un peu sous-exploitée
  • Une inégalité visuelle parfois flagrante
  • Le mode campagne qui ne prend aucun risque pour la deuxième fois
  • La difficulté exponentielle du mode anniversaire

Fiche technique de WRC 10 :

Éditeur : Nacon Gaming
Développeur : Kylotonn
Date de sortie : 2 septembre sur PS4, PS5, Xbox et PC
Type : Simulation automobile
Multi : oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7
Article précédentTEST – Sniper: Ghost Warrior Contracts 2 sur PS5
Article suivantLa Nintendo Switch OLED se présente une dernière fois avant son lancement
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here