Depuis hier, les joueurs PlayStation peuvent accéder librement à la bêta multijoueur de Call of Duty Vanguard. Pour les communautés Xbox et PC, ces dates symbolisent un accès anticipé pour tous ceux qui ont précommandé le titre. Nous avons donc pu vous ramener un premier aperçu du mode en ligne après quelques heures passées sur PS5. Le nouveau FPS de Sledgehammer Games, à qui nous devons Call of Duty WWII et Advanced Warfare nous a-t-il convaincus ?

Retour à la bonne vieille époque pour Call of Duty Vanguard

Call of Duty Vanguard fait donc un nouveau saut dans le temps. On quitte donc l’époque contemporaine ou futuriste pour revenir au temps de la Deuxième Guerre mondiale. La bêta multijoueur nous propose de tester différents modes de jeu dont Champion de la Colline, présente dans l’alpha, ainsi que Patrouille. Ce dernier est un ajout intéressant au titre. Il propose grosso modo une capture d’objectif mouvant, ce qui fait que les joueurs sont constamment forcés de se déplacer à travers la map. Plus une équipe parvient à tenir l’objectif, plus elle marque de points. Une seconde dans la zone équivaut à un point. Le score s’arrête lorsqu’une des deux équipes atteint les 200 points.

Le mode patrouille est un ajout intéressant !Soulignons que, pour pimenter l’expérience, Call of Duty Vanguard comprend bon nombre de surfaces cassables. À la façon d’un Rainbow Six Siege, le joueur pourra briser des carreaux, des portes ou des barricades pour ne laisser qu’une petite fenêtre de tir ou simplement dégager un passage. Bien que ce ne soit pas du tout une nouveauté dans le domaine des FPS, elle a tout de même le mérite d’avoir été intégrée dans ce nouvel opus pour une dimension stratégique plus prononcée.

Un aspect stratégique mis en avant, contrairement au sound design

Ceci dit, nous avons remarqué un manque de précision dans le sound design venant perturber notre immersion au casque. Les bruitages des armes sont selon nous peu variés et manquent d’un aspect métallique sale. Deuxième point, le manque de précision dans le mixage audio ne nous permet pour ainsi dire jamais d’anticiper les allées et venues des ennemis avec un casque haut de gamme posé sur les oreilles (SteelSeries Arctis 7P). C’est une sacrée différence puisque Black Ops Cold War nous donnait clairement un avantage face aux joueurs usant de leurs haut-parleurs TV.

Ne parlons pas non plus des répliques des différents spécialistes du jeu. La bêta nous fait constamment passer de l’un à l’autre, mais la répétitivité des phrases lâchées est assez fatigante et gênante sur la longueur. Alors que le studio nous vendait des personnages à l’identité unique offrant la possibilité de s’y identifier, ce n’est pas vraiment le cas dans cette bêta.

Vanguard est visuellement en retard, mais le 120Hz sauve la mise

Pour ce qui est du rendu visuel, on ne peut s’empêcher de remarquer que Vanguard n’est pas encore au top. Lors de la visée, on remarque beaucoup de textures baveuses et même très pixelisées. La distance d’affichage n’est pas non plus ce à quoi nous pourrions nous attendre sur next-gen. En revanche, on tire notre chapeau pour les effets d’éclairage du titre qui donne une chance aux joueurs lors des échanges de tirs à distance. Les spots, lumières basses et la volumétrie des gaz diffusés sont telles qu’il est parfois difficile de distinguer un ennemi s’approchant au loin. Le filtre d’image est moins vif que sur un Black Ops Cold War. Les couleurs légèrement ternies et l’aspect toujours très froid des maps multijoueurs donnent à Vanguard une ambiance respectant au pied de la lettre le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Il ne fait pas bon d’être sur le champs de bataille à cette époque et le ressenti est clairement réussit.

Esthétiquement, sur PS5, Vanguard n'est pas au top niveau. C'est dommage.Arsenal rouillé

Comme nous nous écartons de l’époque contemporaine, les armes changent drastiquement. Mais elles resteront familières aux joueurs de WWII. Nous avons du STG44, une MP40, M1 Garand ou M1928 qui ne disposent pas d’un recul optimisé avec viseur laser. Il faut faire avec un équipement rustre, mais les sensations manette en main sont plutôt réjouissantes. Le jeu est évidemment totalement compatible avec les gâchettes adaptatives de la manette. Chaque arme émet une résistance propre lors de la visée et des cliquetis lors du tir. Les retours haptiques sont de leur côté un peu sous-exploités au profit de vibrations plus classiques convenant au multi-plateforme.

Cet équipement peut encore une fois être personnalisé sous l’onglet Attirail. On y retrouve différentes poignées, viseurs, crosses et chargeurs pour ajuster chaque arme selon ses désirs. Toutes les pièces d’armes comprennent des bonus et, lorsqu’ils sont très intéressants, des malus pour les contrer. Il faut par conséquent peser le pour et le contre de chaque ajout. Parfois, il est toujours mieux de ne rien appliquer.

Les différentes classes d’arme que le joueur peut confectionner ajoutent divers bonus de terrain. Nous avons les éternels atouts fantôme, pas de course, surarmement ou radar qui offrent des avantages surtout stratégiques. Il y a aussi les équipements mortels comme les grenades à fragmentation, cocktail Molotov, mais aussi tactiques. Rien ne change fondamentalement de ce côté. Sledgehammer Games reprend une formule classique et y applique l’équipement d’époque. Les séries d’élimination changent elles aussi assez peu. Nous avons par exemple les Renseignements, l’équivalent des drônes, une bombe planante ou la machine de guerre.

Le menu attirail offre de bonnes possibilités de personnalisation d'armePris dans leur ensemble, les éléments apportés pour cette bêta multijoueur de Call of Duty Vanguard forment un tout très cohérent. L’expérience de jeu proposée sur PS5 est extrêmement solide, surtout lorsque le mode 120Hz est activé en 4K. Mais on ne peut pas nier le fait que le shooter ne propose rien de fondamentalement nouveau. Il incorpore quelques mécaniques et modes de jeu destinés à rehausser d’un cran l’aspect compétitif du titre, mais le gameplay est similaire à l’épisode WWII. C’est du Call of, pour le plus grand bonheur des fans et pour faire parler les haters. Quoi qu’il en soit, le jeu promet encore une belle année de divertissement, mais mérite encore un peu de soins sur l’aspect visuel et sonore pour le sound design que nous jugeons imprécis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here