Une longue année après avoir fait rêver bon nombre d’aventuriers de salon sur PS4, Ghost of Tsushima profite de la sortie de la PlayStation 5 pour nous délivrer son ultime expérience. Dans une édition intitulée Ghost of Tsushima Director’s Cut, le jeu comprend désormais quelques améliorations de gameplay pour se caler sur les autres titres PlayStation Studios next-gen. Mais ce n’est pas tout. Que vous choisissiez la version PS4 ou PS5, un DLC exclusif embarquera Jin Sakai sur l’île d’Iki pour affronter une nouvelle menace. Grâce à PlayStation, nous avons pu nous plonger dans cette nouvelle aventure quelques jours avant sa sortie et vous délivrer nos impressions sur les ajouts apportés à la version PS5.

Ghost of Tsushima Director’s Cut à la DualSense, du gros bonus

La première grosse différence avec la version de base est le support complet de la DualSense. Les gâchettes adaptatives réagissent à la perfection lorsqu’on manie l’arc à flèches ou la sarbacane. La rigidité des boutons se fait ressentir lorsque l’on tend la corde ou que notre flèche part. Avec les retours haptiques, l’action gagne aussi en puissance. Désormais, on peut ressentir les coups de sabre, le galop de notre monture ou les explosions de bombes avec de subtiles vibrations dans les mains. Le travail effectué par Sucker Punch est remarquable et délivre une tout autre dimension à l’expérience.

Ghost of Tsushima Director's Cut est solide avec une DualSense en mainL’île d’Iki, un DLC étroitement lié au destin des Sakai

Comme nous vous le disions, Ghost of Tsushima Director’s Cut vient également compléter son scénario en annexant l’île d’Iki et ses mystères à la trame principale. C’est par un accès rapide dans le menu du jeu que le joueur peut lancer la série de 11 missions sur ce nouvel espace de jeu. Afin de conserver la surprise, nous ne débattons pas de la trame de cette nouvelle histoire en ces lignes. Sachez toutefois qu’elle se trouve dans la droite lignée de ce qui a été fait auparavant avec son lot de rebondissements et de vérités sur le passé du clan Sakai. Ce n’est donc pas un ajout anodin puisque l’aventure vient parfaitement s’insérer dans le lore du jeu.

L'île d'Iki, un très bel ajout à Ghost of Tsushima Director's CutOn ne déplore au final qu’une faible durée de vie. Il nous aura fallu à tout casser 5 heures de jeu pour clôturer la dizaine de chapitres, mais il y a tout de même quelques endroits secrets à découvrir en plus du reste. Qui plus est, le joueur peut librement rejouer certains combats en les sélectionnant directement depuis la carte du jeu.

Un repas peu copieux, on en redemande !

En revanche, nous pouvons certifier que l’île d’Iki constitue encore une fois un ensemble de paysage merveilleux. Bien que globalement proche de la direction artistique de Tsushima, cette annexe sait surprendre, notamment avec le hub dans lequel Jin passera une bonne partie de son temps à se préparer à ses prochaines batailles. Iki se veut très verticale. Il y a beaucoup de falaises, des criques, des grottes et cela peut rendre certains trajets un peu fastidieux, surtout à cheval, mais apporte une belle diversité visuelle.


La nouvelle destination est elle aussi en proie aux Mongols et les ennemis ne varieront pas franchement du jeu de base. Néanmoins, ils représentent un défi encore plus grand pour les joueurs qui auraient complété Ghost of Tsushima sur PS4. En effet, il faudra apprendre à jongler entre les différentes positions de combat puisque les Mongols pourront cette fois changer d’armes en plein combat. Un PNJ peut par exemple vous engager au sabre pour sortir un bouclier puis finalement dégainer une lance. C’est vrai petit défi qui pimente un système de combat déjà jouissif manette en main.

Ghost of Tsushima Director’s Cut, l’expérience ultime pour les samouraïs de canapé

Avec Ghost of Tsushima Director’s Cut, nous vous attendez pas à un gap visuel sur PS5. Le titre présente bien quelques légères améliorations de résolution, de lumières et d’ombrage, mais ce n’est pas flagrant. Le plus gros changement vient de la framerate doublée par rapport à la version PS4, ce qui avait déjà été fait par rétrocompatibilité sur le jeu de base avec l’arrivée de la dernière console de Sony.

Ghost of Tsushima Director’s Cut est finalement bel et bien l’expérience ultime que les fans méritent. Grâce à la prise en charge totale de la DualSense, l’expérience de jeu gagne en puissance. Le tout est propulsé par un mixage audio 3D impeccable pour une immersion renforcée. Alors que nous avons pris énormément de plaisir à découvrir le nouveau chapitre des aventures de Jin Sakai sur Iki, on regrette un peu la faible durée de vie de ce DLC qui nous donne la sensation de ne pas avoir exploité ce nouveau terrain de jeu à son maximum. Pour ceux qui n’ont pas encore pu découvrir le titre de Sucker Punch, cette édition est tout simplement un must-have, surtout sur PS5. Pour les autres qui auraient déjà terminé l’aventure, le DLC garantira quelques beaux challenges sans véritable gros bouleversement.

Points positifs:

  • Le scénario de l’île d’Iki dans la droite lignée du jeu de base
  • Des ennemis plus féroces et à l’arsenal changeant
  • Une expérience enrichie grâce à la DualSense

Points négatifs:

  • Un DLC finalement un peu court
  • L’aspect payant des améliorations PS5

Fiche technique de Ghost of Tsushima:Fiche technique de Ghost of Tsushima Director's Cut

Éditeur : Sony
Développeur : Sucker Punch
Date de sortie : 20 août 2021 sur PS4 et PS5
Type : Aventure/action
Multi : non
Classe d’âge : 18 ans
Langue : français, anglais, japonais…

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentTwelve Minutes est disponible sur le Xbox Game Pass
Article suivantMarvel’s Guardians of the Galaxy: découvrez les musiques du jeu
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here