Comme chaque année, Codemasters nous propose un nouvel opus de la série de jeux officiels F1. Cette année en revanche, le studio a du faire face à quelques changements et obstacles pour F1 2021. On compte notamment le rachat du studio par l’éditeur Electronic Arts l’an passé. Avec la stratégie du géant américain, la campagne marketing du titre aura bénéficié d’un plus gros soutien, histoire de faire monter l’impatience des fans. D’un autre côté, le championnat officiel a subit quelques bouleversements à cause du COVID-19.

Un contenu incomplet au lancement de F1 2021, les promesses sont faites

On commence par exemple par l’absence remarquée de tracés tels que Portimão, Abu Dhabi, Imola et Djeddah et la nouvelle version de Melbourne. Les développeurs assurent toutefois que ceux-ci seront ajoutés dans le titre par le biais d’une mise à jour ultérieure. C’est tout de même dommage de constater leur absence au jour du lancement du soft ce 16 juillet. D’un autre côté, c’est assez surprenant de voir que les circuits de Singapour et Shangai sont de la partie malgré l’annulation des Grands Prix sur ces deux destinations. On espère donc, au moment où nous écrivons ces lignes, que Codemasters ne tardera pas à tenir ses promesses pour faire de ce titre un jeu saisonnier complet.

Le titre de Codemasters sera complet après la sortie, dommageQuid de la version next-gen de F1 2021 ?

F1 2021 sort aussi pour la première fois sur consoles next-gen. Sur Xbox Series X et PS5, le nouvel opus a toutefois rencontré quelques difficultés. Difficile en effet d’afficher du ray-tracing sur les nouvelles consoles, forçant Codemasters à retirer cette technologie en attendant de rectifier le tir. Côté graphismes, on ne remarque hélas pas de vrai gap graphique. Le studio semble ici s’être contenté du minimum par rapport aux précédentes itérations. On remarque tout de même quelques beaux efforts sur certaines textures, mais il arrive souvent que la distance d’affichage ne soit pas optimale ou que la résolution baisse à certains moments, notamment au sortir des stands. Visuellement, on s’attendait tout de même à être un peu plus secoués sur les consoles actuelles. On repassera l’an prochain pour constater le résultat.

La version next-gen de F1 2021 peu convaincanteLa DualSense de la PS5 apporte un petit bonus en piste

Sur PS5, la version qui nous a occupés durant ce test, nous avons tout de même apprécié l’exploitation des gâchettes adaptatives et retours haptiques de la DualSense. Ces derniers sont beaucoup moins subtils que sur des jeux PlayStation Studios, mais le studio a tenté ici de retranscrire les vibrations que l’on pourrait ressentir sur un volant lorsqu’on prend une bordure ou quand on passe sur une aspérité de la route par exemple. Du côté des gâchettes, on ressent un cliquetis très léger à chaque passage de vitesse, comme si une pièce s’était détachée et se baladait dans notre DualSense, c’est assez spécial. En revanche, on peut clairement anticiper le dérapage de la voiture lorsque les touches R2 et L2 du pad commencent à vibrer de façon peu habituelle. Il y a aussi une interaction lorsqu’on accélère sur les bordures, c’est drôlement bien travaillé. Les effets sont donc réussis dans l’ensemble, mais encore un peu timides. On aimerait par exemple ressentir tous les effets des retours haptiques dans le bac à sable ou lors d’un accrochage avec une autre monoplace.

Pour les modes de jeu, F1 2021 reprend ses classiques. On retrouve ainsi une section solo et une multijoueur. Dans la première, il est possible de se lancer dans une saison complète, d’en paramétrer la difficulté et la longueur des Grands Prix et de sauter dans l’écurie de son choix. Ce mode est désormais jouable en coopération, et ça c’est véritablement un gros point positif pour l’aspect compétitif du titre. Cette année, les joueurs peuvent effectivement s’affronter en ligne sur une saison, dans des écuries rivales, ou au sein d’une même équipe. L’idée est vraiment géniale et on ne comprend pas pourquoi Codemasters ne l’implante pas systématiquement dans chaque jeu de F1.

Point de Rupture, enfin une campagne immersive dans un jeu de F1

L’autre gros ajout cette année est le mode Point de Rupture. Il s’agit du mode le plus scénarisé et, à nos yeux, le plus immersif de la série. Ici, les joueurs incarnent deux pilotes fictifs et assez contrastés. D’un côté, nous avons Devon Buttler, pilote en fin de carrière. De l’autre, le jeune Aiden Jackson, étoile montante de ce sport auto. Une rivalité naît entre ces deux pilotes que tout oppose. Là où Aiden tente de s’élever, Devon se sent perdre pieds. Les deux vont donc tout tenter pour prouver leur valeur et cela créera de la tension dans le scénario.

Le mode point de rupture est la grosse nouveauté de ce F1 2021Le tout se présente sur deux saisons. Le joueur ne devra toutefois pas effectuer toutes les courses dans leur entièreté. Dans Point de Rupture, on alterne entre des courses complètes (18 tours) et d’autres défis. Il y a des moments où on devra effectuer les derniers tours d’une course avec un problème de pneus, de boite à vitesse et d’autres contraintes. Entre chaque course, le joueur devra lire ses mails, prendre des appels du manager de l’écurie, des autres pilotes et autres personnages encadrants, ce qui ajoutera une consistance au contexte. C’est un vrai défi que s’est collé Codemasters et le résultat est plutôt convaincant.

Il y aura aussi régulièrement de courtes cinématiques illustrant la relation entre les deux pilotes. De ce côté, la réalisation est très propre et surprenante. Pour un jeu de sport, on pourrait légitimement s’attendre à des personnages robotiques et bâclés. Ce n’est ici pas le cas, Aiden, Devon et leur entourage sont assez bien modélisés. C’est dont une belle réussite pour la réalisation globale de ce mode campagne.

Certains circuits du championnat sont encore absents de F1 2021 au lancementUne IA remodelée et plus réfléchie dans F1 2021

On soulignera aussi la difficulté du titre assez inégale dans son ensemble. Dans les autres modes solo, le joueur expérimenté n’aura pas trop de mal à se hisser sur le podium. En revanche, Point de Rupture fait grimper l’habileté de l’IA de façon remarquable. Dans l’ensemble, les pilotes contrôlés par le soft se battent très bien et n’adoptent pas de comportement trop agressif. Il y a souvent de très beaux dépassements entre-eux et le joueur constatera que les monoplaces adverses tentent le tout pour le tout afin de conserver leur place dans le classement. C’est en tout cas un joli bond en avant sur F1 2021.

Un système de progression qui cache des microtransactions

Un autre objectif de Point de Rupture est d’attribuer au joueur des points d’expérience pour remporter des récompenses exclusives afin de personnaliser sa propre écurie. Car oui, F1 2021 permet aussi de fonder sa propre équipe en créant un pilote à son image et une livrée unique pour une Mercedes, Honda, Renault ou Ferrari. Il semble que le studio n’ait pas obtenu la permission de changer l’esthétique des autres constructeurs pour cet opus. Cet aspect est plutôt sympa. Et même si on pourrait reprocher à l’éditeur de livrée d’être assez limité et de pousser à l’achat de micro DLC, l’intention est bienvenue. On peut également recruter de véritables pilotes en tant que coéquipier comme Vettel, Rosberg, Bottas et compagnie. Mais ceux-ci, en fonction de leur côte, valent une petite fortune qu’il faudra engranger en pilotant. Il y a ensuite un aspect R&D où il faudra choisir ses priorités entre l’aérodynamisme, le marketing, etc.

Concernant la maniabilité des voitures, on constate encore une fois le savoir-faire de Codemasters. Pour cela, il faut bien entendu se passer de bon nombre d’aides au pilotage. Une fois que l’on se plonge dans le bain, on découvre des bolides capricieux à souhait. Il est d’ailleurs conseillé de jouer au volant et de doser ses accélérations et freinages. Les voitures réagissent bien aux irrégularités du bitume ainsi qu’aux accélérations sur vibreurs. Il faudra par conséquent régler au mieux sa voiture parmi les différentes options que nous laisse F1 2021.

Une simulation qui tente la nouveauté

Bien que le jeu F1 2021 puisse s’adapter à un public amateur en quête de premières sensations, les développeurs ont su créer des conditions de pilotage au plus proche du réel pour les plus pros des joueurs. Grâce à son interface claire, les fans de monoplaces pourront régler leur bolide et ressentir des sensations de conduite impeccables et changeantes selon le circuit. Pour ce qui est du contenu, c’est dommage de voir que Codemasters n’a pas pu tout mettre à temps dans le soft et n’avoir pas pu optimiser le ray-tracing pour sa première sortie F1 sur next-gen. Mais globalement, les différents modes de jeu offrent un large éventail d’expériences de jeu pour tous. Il ne reste encore une fois qu’à pousser la difficulté un peu plus loin dans les modes solo.

La véritable réussite cette année est à nos yeux le Point de Rupture qui change la donne et écarte les joueurs des sentiers battus de cette série annuelle qui pourrait rapidement tourner en rond. Le studio prend ici des risques, mais réussit son coup avec brio. F1 2021 est définitivement le jeu le plus complet de la série, du moins dans son contenu de l’année.

Points positifs:

  • Un mode campagne Point de Rupture immersif
  • La physique des monoplaces est impeccable
  • L’IA désormais plus naturelle, plus tactique qu’agressive
  • Le mode solo jouable en coopération
  • Les effets sur DualSense plutôt sympas
  • Le retour du mode My Team

Points négatifs:

  • Aucune réelle amélioration graphique sur next-gen
  • Des circuits du championnat 2021 absents au lancement
  • La personnalisation d’écurie qui cache énormément de microtransactions


Fiche technique de F1 2021 :

Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Codemasters
Date de sortie : 16 juillet 2021 sur PS4, PS5, Xbox et PC
Type : Sport
Multi : oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentPS Plus: les jeux offerts du mois d’août ont fuité
Article suivantCONCOURS – Remportez le jeu Tour de France 2021 sur PS5 ou Xbox Series X|S
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here