Était-il temps de repenser le modèle Rival de SteelSeries ? C’est en tout cas un « oui » du côté de la marque. Dès à présent, SteelSeries nous propose la Rival 5, une version remaniée du plus célèbre modèle du constructeur.

La SteelSeries Rival 5 reprend dans l’ensemble les courbes de la 300 et se situe en milieu de gamme entre cette dernière et la Rival 600. Cette nouvelle édition arbore un plastique à la peinture noir mat et très légèrement texturé afin d’éviter la glisse. Elle n’est toutefois pas le modèle le plus léger de la marque. Avec ses 85 grammes sur la balance, il y a quelques progrès à faire, surtout que le câble n’aide pas la Rival 5 sur ce point et enlève un peu de souplesse aux mouvements.

De la théorie à la pratique avec la Rival 5

Pour cette année, le nouveau modèle comprend un 4 boutons de tranche, dont un en forme de palette. Il nous rappelle d’ailleurs le bouton additionnel similaire ajouté aux Basilisk Ultimate de Razer. Sur papier, nous avons donc 9 boutons programmables. SteelSeries compte toujours les deux clics principaux, la molette et le bouton de réglage de DPI comme boutons programmables. Cela dit, peu de joueurs changent en réalité leurs paramétrages.

Dans la pratique, le nombre de boutons additionnels est porté à 4, mais on regrette un mauvais placement de cette « palette » argentée. Elle est placée un peu trop en avant de la souris, ce qui nécessite une petite gymnastique de la main pour l’atteindre avec le bout du pouce. Précisons malgré tout que la souris comporte un bouton pouvant être activé vers le haut ou vers le bas et fait office de double fonction. Il remplace par exemple la possibilité de pousser la molette vers la gauche ou vers la droite.

En pratique, la SteelSeries Rival 4 dispose de 4 boutons programmables

Avec la SteelSeries Rival 5, la polyvalence avant tout

Avec ses dimensions généreuses, la SteelSeries Rival 5 permet une prise en griffe, en paume ou du bout des doigts. Cette dernière est cela dit un peu gênée par le poids de la souris, le câble qu’il faut traîner et le manque de plastique grip sur les côtés. Malgré les efforts du constructeur avec un plastique légèrement rugueux, il est encore facile de perdre un peu de contrôle sur la souris. La Rival 500 est un modèle polyvalent. SteelSeries communique beaucoup sur le fait qu’elle convient aussi bien aux FPS qu’aux Battle-royale, aux MMO et aux MOBA. Dans ce dernier cas, nous conseillons tout de même l’utilisation de modèles comme la Corsair Scimitar ou la Razer Trinity, plus permissifs dans leurs fonctions. Par ailleurs, le budget demandé de 69,99 euros est très raisonnable pour une souris aussi passe-partout.

Son aspect RGB est très satisfaisant. Cette nouvelle Rival 5 comprend 10 zones RGB réparties sur 4 segments de la coque. Nous avons donc un éclairage au niveau de la molette, de deux bandes situées de part et d’autre du mulot et le logo de la marque. Tous peuvent être paramétrés et synchronisés avec le logiciel SteelSeries Engine. Ce dernier propose plusieurs effets lumineux et offre la possibilité de gérer chaque zone RGB indépendamment les unes des autres. La luminosité et l’intensité des couleurs sont excellentes. Nul doute que les fans de LED colorées y trouveront leur compte.

Un modèle de pointe qui mérite d’être peaufiné

Technologiquement, ce modèle n’a rien pour faire rougir ses sœurs. On y retrouve un capteur optique TrueMove Air, le même que nous avions déjà sur le poids plume Aerox 3 de la même marque. Il est donc plutôt bien avancé et délivre jusqu’à 18 000 DPI pour un suivi 1:1 à 400 IPS. Le logiciel SteelSeries Engine permet ici aussi de régler l’accrochage du capteur optique en cas de soulèvement de la souris. Ainsi, le joueur peut éviter des mouvements involontaires en déplaçant la souris.

Le capteur trueMove Air a fait ses preuvesCe capteur optique TrueMove Air n’a plus rien à prouver. Les derniers modèles de souris de SteelSeries se sont montrés très réactifs, pouvant encaisser des accélérations de 40G sans sourciller. Pour la compétition, la SteelSeries Rival 5 est donc un bon compagnon, mais mérite malgré tout d’être remaniée au niveau du placement de ses boutons. La petite ailette est une excellente idée et la palette placée à l’avant pourrait être redoutable si elle était légèrement avancée.

Points positifs:

  • Un prix totalement abordable
  • 4 boutons de tranche dont un à double fonction
  • Une prise en main naturelle
  • Un capteur TrueMove Air qui n’a plus rien à prouver
  • Un excellent effet RGB

Points négatifs:

  • Le manque de plastique grip sur les côtés
  • Un poids encore un peu lourd pour une souris filaire
  • La petite palette mal placée
  • Pas de profils embarqués


Fiche technique de la SteelSeries Rival 5:

Capteur:

  • Capteur: TrueMove Air de SteelSeries
  • Type de capteur: Optique
  • CPI: de 100 à 18 000, par incréments de 100
  • IPS: 400, sur les surfaces QcK SteelSeries
  • Accélération: 40G
  • Fréquence: 1000 Hz/1 ms
  • Accélération matérielle: Aucune (accélération matérielle nulle)

Design:

  • Matériau de la coque arrière: Finition noire mate
  • Structure centrale: Plastique ABS
  • Forme: Ergonomique, pour droitier
  • Style de pris en main: Griffe, paume ou bout des doigts
  • Nombre de boutons: 9
  • Type de switch: Switchs mécaniques IP54 de SteelSeries, avec une résistance évaluée à : 80 millions de clics
  • Illumination: 10 zones RVB
  • Poids: 85g
  • Longueur: 128,80 mm / 5,07 pouces
  • Largeur: 63,35 mm/2,49 pouces (à l’avant), 68,15 mm/2,68 pouces (à l’arrière)
  • Taille: 28,20 mm/1,11 pouces (à l’avant), 42 mm/1,65 pouces (à l’arrière)
  • Connexion: USB
  • Longueur du câble: 2m

Compatibilité:

  • Système d’exploitation: Windows, Mac, Xbox et Linux. Port USB requis.
  • Logiciels: SteelSeries Engine 3.18.4+, pour Windows (7 ou version ultérieure) et Mac OSX (10,12 ou version ultérieure)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here