Fiche technique de Dceased Hope at World’s End :

  • Prix : 18 EUR
  • Public : 12+
  • Collection : DC Deluxe
  • Date de sortie : 09 avril 2021
  • Pagination : 176 pages
  • Scénariste: Tom Taylor
  • Dessinateur: Collectif
  • Contenu VO: Dceased : Hope at world’s end #1-15

Après deux premiers tomes riches en rebondissements, Urban Comics nous gratifie d’un troisième bouquin pour l’évènement zombie de DC Comics. Le début de l’épidémie d’anti-vie fut très éprouvant pour nos héros ainsi que pour les lecteurs qui voyaient tomber des visages connus les uns après les autres. Avec Dceased : Hope at World’s End, Urban Comics nous propose une semi-conclusion à cette catastrophe mondiale.

L’équation anti-vie a infecté plus d’un milliard de personnes sur Terre. De chaque côté de l’échiquier, héros comme vilains, nombreux sont ceux qui lui ont succombé. Immédiatement après la destruction de Metropolis, Superman et Wonder Woman mènent un effort pour endiguer la vague d’infection, préserver et protéger les survivants et essayer d’entrevoir la lumière au bout du tunnel. À l’heure la plus sombre de la Terre, l’humanité fait face à son plus grand défi, ne pas perdre espoir, quand tout semble déjà perdu.

Dceased : Hope at World’s End met toujours en avant cette lutte pour la survie. Beaucoup de personnages phares de DC Comics ont péri à cause de l’équation d’anti-vie. Le principe ne change pas avec ce troisième livre. Pas de mutation, et la propagation se passe toujours par les écrans ou par le sang. Aucun personnage n’est épargné, à l’exception de ceux qui ne font pas partie des humains. Cet aspect apporte d’ailleurs de légers twists au scénario, issus de l’imagination débordante de Tom Taylor.

Le monde de DC Comics en proie à une pandémie zombieDans l’ensemble, ce troisième chapitre est plutôt bon. Ceux qui ont trouvé ses deux prédécesseurs intéressants y trouveront leur compte. S’il est toutefois moins lourd au niveau des pertes parmi les héros, Dceased : Hope at World’s End a le mérite de mettre sur table un déroulement crédible sans faux pas. C’est tout de même un peu dommage de ne pas avoir su exploiter un peu plus certains personnages, comme Bluebeetle et Poison Ivy venus prêter main-forte à la population des États-Unis.

Côté dessins, le livre est hélas assez inégal. Superman et Wonder Woman sont les deux personnages qui subissent le plus ces différences de perspective artistique. Cela ne veut pas dire que les planches sont mauvaises pour autant, mais il manque dans l’ensemble de dynamisme. Les héros qui s’affrontent dans ce tome sont surpuissants et, pour la plupart, extrêmement rapides. On ne retrouve hélas pas cette nervosité de déplacement.

Il manque également d’un peu de focus sur l’immense horde de zombies, l’attitude bestiale des citoyens infectés et l’impact de son passage à travers les villes. Le scénario se concentre en général uniquement sur les héros et leur combat, n’usant que le poids du nombre d’infectés constituant la horde comme élément d’hostilité. Enfin, on regrette aussi l’absence de gros plans sur des visages d’infectés et d’éléments gores comme nous l’avions constaté dans les deux premiers bouquins. Ici, on devra bien souvent se contenter de quelques griffes et giclées de sang discrètes pour illustrer les infections, c’est dommage.

Dceased : Hope at World’s End est une suite en bonne et due forme pour cet évènement  hors du commun. Les fans de l’univers ne seront pas déçus. Il ne faut toutefois pas s’attendre à un scénario très profond. On assiste à quelque chose d’assez primaire, rempli de baston, mais peu élaboré sur l’aspect psychologique. L’issue finale est assez bien pensée et implique des personnages méconnus du grand public. Elle ne laisse aussi entrevoir que très peu d’éléments concernant le futur de Dceased, ce qui laisse bon nombre de portes ouvertes pour la suite. Seuls les dessins nous laisseront sur notre faim, manquant aussi de ce côté gore que nous retrouvions dans les deux précédents tomes.

Points positifs:

  • Un scénario crédible du début à la fin
  • Une issue réfléchie et correcte
  • De nouveaux infectés puissants mènent la vie dure aux héros

Points négatifs:

  • Un livre assez inégal au niveau des dessins
  • Moins gore que ses prédécesseurs, manque aussi de dynamisme
RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7
Article précédentSony travaillerait sur un Remake de The Last of Us pour la PS5
Article suivantTEST – Balan Wonderworld sur Playstation 5
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

1 COMMENTAIRE

  1. Un tome dispensable. Non, ça ne vaut pas le coup. La qualité des dessins est inégale d’un épisode à l’autre. L’histoire est totalement inintéressante et pire encore, on nous colle de l’écriture inclusive dans certains échange entre personnages, rendant la compréhension difficile. Cela est du à une volonté des scénaristes de coller à cette mode de gauchiste-« progressiste » consistant à forcer des idées que les lecteurs ne partagent pas nécessairement. On veut seulement lire une histoire imaginaire, pas nous lancer dans un débat de ce qui est tolérable ou pas en 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here