Balan Wonderworld a attiré de nombreux regards sur lui notamment grâce à l’homme qui est derrière ce soft. Produit par Yuji Naka qui est le créateur de Sonic, beaucoup de fans semblaient impatients de pouvoir mettre la main sur le soft. Bien que disponible en mars seulement, Square Enix offre la possibilité aux fans de le découvrir par le biais d’une démo. Voici ce que nous en avons pensé.

Force est de constater déjà que pour une démo, Balan Wonderworld offre du contenu extrêmement généreux. En effet, après avoir lancé la démo, vous aurez l’occasion de parcourir 2 niveaux, enchaîner sur un boss (déjà) et même conclure le premier acte du jeu. Avant cela, vous aurez droit à une magnifique intro d’ouverture avant de pouvoir vous plonger corps et âme dedans.

Une gloire au rétro qui ne passe pas

Balan Wonderworld est avant tout un action-plateformer, il saura donc plaire à un public habitué de ce genre de jeu et peut-être plus particulièrement ceux jouant aux anciens jeux du genre sur de vieilles consoles. Et c’est là tout l’intérêt du soft puisqu’il propose un monde très coloré, cartoonesque et similaire à ce que nous pouvions voir sur PS1, Nintendo 64… Il s’agit donc clairement d’un soft qui peut plaire à un public très large et c’est une qualité parmi tant d’autres. Cependant, tout n’est pas beau dans le monde de Wonderworld.

En effet, lorsqu’on analyse un peu plus le jeu, nous nous rendons compte que Balan Wonderworld utilise des codes qui par le passé, pouvaient fonctionner, mais qui ne sont plus le cas maintenant. Par exemple, le level design du soft se veut être assez classique, des gros rochers bloquent votre passage ou sont habillement posé afin de caché un interrupteur pour ouvrir une porte. Nous parcourons également inlassablement de longs couloirs qui sont eux-mêmes balisés par des gemmes à récupérer, difficile donc de se perde et de découvrir un monde vivant. Les ennemis quant à eux sont à l’image de la difficulté du soft, c’est inexistant.

Difficile de ne pas s’endormir

On vient vite à perdre en intérêt pour le soft et, car n’est pas la présence de quelques costumes aux pouvoirs originaux qui réussirent à nous maintenir sur le soft. Reste que nous ne parlerons pas d’autres problèmes et bugs rencontrés dans le jeu étant donné qu’il s’agit avant tout d’une démo, mais avec l’habitude, nous savons que tous les problèmes ne peuvent être réglés en quelques semaines.

Quoi qu’il en soit, notre avis reste assez mitigé sur ce Balan Wonderworld, bien qu’il dispose de bonnes bases et d’un certain potentiel, tout cela est selon nous entaché par des codes vieillissants et qui ne correspondent plus vraiment aux standards d’aujourd’hui. Le mieux aurait été de pouvoir éprouver une certaine difficulté, avoir accès à une plus grande partie du monde et un soft bien moins linéaire et dirigiste que ce qu’il est.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here