Destruction AllStars est le nouveau jeu du studio britannique Lucid Games. Initialement destiné à accompagner la sortie de la PS5 en novembre dernier, Sony a finalement décidé d’offrir ce titre aux abonnés PS Plus de février à avril 2021.

Destruction AllStars, du fun avant tout

Le concept de Destruction AllStar se veut principalement multijoueur. Le joueur choisit entre 16 héros possédant chacun leur propre véhicule et se plonge dans une arène futuriste pour un carnage total. Lorsque le joueur effectue des parties dans Destruction AllStars, il gagne de l’XP qui se transforme en niveau et, de temps à autre, octroie des Points AllStars. Ces derniers servent à s’offrir de nouvelles emotes et des skins pour chaque personnage et leur véhicule. Cette customisation visuelle est au final assez sommaire puisqu’il n’y a que la couleur dominante qui variera à moins de s’offrir le skin ultime faisant varie les motifs de la livrée et de la combinaison. Cela dit, ce skin unique par personnage n’est disponible à l’achat qu’en échange de Points de Défis engrangés dans le mode Défi. Nous y reviendrons.

Chaque personnage vient aussi avec sa propre compétence personnelle et une compétence unique pour son véhicule. Il y a par exemple un personnage pouvant se rendre partiellement invisible tout comme son véhicule. Un autre peut déployer un gros bouclier sur son bolide et un troisième peut activer un radar à ennemi sur son véhicule ou activer sa compétence qui le rend plus rapide à pied. Bref, il y en a un peu pour tous les styles de jeu et le character design se veut finalement très varié.

Chaque personnage présente une technique et un véhicule héroïque

L’ennemi dans le viseur

La particularité des affrontements de Destruction AllStars est qu’ils mêlent de la course arcade à du parkour. Dans la majorité des modes, il faudra rentrer dans les ennemis et détruire leur bolide ou les mettre K.O. s’ils sont à pieds. Pour foncer dans un opposant, il suffit de diriger le joystick droit sur les côtés ou vers l’avant pour une charge. Attention que celles-ci sont soumises à un cooldown de quelques petites secondes. La touche Rond permet de faire un frein à main tandis que les gâchettes R2 et L2 servent, comme dans pratiquement tous les jeux de voiture, à accélérer et freiner.

Une autre feature assez sympa est celle de pouvoir subtiliser le véhicule de quelqu’un d’autre. Une fois qu’on se retrouve à pied, il suffit de se rapprocher d’un adversaire et appuyer sur Triangle pour agripper sa voiture.  Réussir le petit QTE dans le temps imparti donne la possibilité de la voler ou de la détruire, au choix. A condition bien sur de ne pas se faire éjecter par l’ennemi, car lui aussi peut riposter en donnant des coups de joystick directionnel de droit à gauche. Le premier des deux qui agira le plus rapidement remportera le move.

Lorsqu’un joueur quitte son véhicule, il peut sauter sur des plateformes et courir le long des parois pour attraper des gemmes rouges. Celles-ci servent à remplir les deux jauges qui permettent au personnage d’utiliser sa capacité ou invoquer son véhicule héroïque. Cependant, il est aussi possible de remplir petit à petit ces jauges en fonçant dans le tas, mais cela prend un peu plus de temps.

Destruction AllStars, un carnage absolu en solo

Le multijoueur Destruction AllStars propose 4 modes de jeu. Le premier est un mode Carnage (Mayhem) classique. Chacun tient pour soi. Tous les joueurs sont propulsés dans une arène et réalisent des points en infligeant des dégâts aux bolides ennemis ou en les détruisant. Un ennemi K.O. peut tout à fait revenir dans l’arène si le temps imparti n’est pas écoulé. Lorsque le joueur perd son véhicule, il peut soit invoquer son bolide héroïque ou récupérer un autre sans pouvoir disposé un peu partout dans l’arène.

Le mode Rescapé ne met en jeu qu’une vie pour chaque joueur. Ceux-ci sont propulsés dans l’arène. Encore une fois, il n’y a pas d’équipe. Le joueur réalise son score tout seul, mais il faudra faire attention, car au fil du temps, l’arène tombera en morceau. La partie se termine lorsqu’on tombe dans le vide ou lorsqu’on est mis K.O. Le dernier joueur en vie remporte la manche ou celui qui possède le plus gros score en cas de temps écoulé.

Le jeu en équipe, vous préférez ?

Ensuite vient le mode Epargne (Stockpile) en 8 contre 8. Dans l’arène sont disposées 3 banques. Détruire le véhicule d’un ennemi réparti des pièces mécaniques au sol. Le joueur doit alors rapidement s’éjecter de son véhicule pour en ramasser jusqu’à 4 à la fois puis les rapporter à l’une des banques pour en prendre le contrôle petit à petit. Attention que si le joueur qui transporte des pièces se fait renverser, celles-ci sont perdues.

Pour terminer, le mode Autornade (Carnado), lui aussi en 8 contre 8 attribue des points aux joueurs qui infligent des dégâts aux ennemis ou détruisent leur véhicule. Lorsqu’un joueur a récolté des points, il doit sacrifier son véhicule dans l’immense tornade placée au milieu de l’arène pour les valider. Une technique consiste à accumuler des points tout en augmentant les gains au fil du temps. Mais cette pratique est aussi dangereuse qu’efficace puisque si son 4 roues est détruit, il perd ses gains.

Les défis pour s’écarter des foules

Si l’on veut expérimenter d’autres modes de jeu, c’est aussi possible, mais Destruction AllStars ne les propose que dans son mode Défi. Ce dernier sert à gagner des « PDD » destinés à acheter des skins spéciaux pour les personnages. Dans ce mode, le jeu comprend du Contre-la-montre, de l’escarmouche, un mode Break Time nécessitant de casser un maximum de caisses durant un laps de temps ou encore le mode Transporteur où le joueur doit amener un passager à l’objectif dans le temps imparti.

Il sert aussi à établir des bases scénaristiques faiblardes pour dessiner un semblant de relation entre les différents personnages. C’est un peu à l’image de ce que Blizzard nous a concocté avec Overwatch en moins approfondi. Vous aurez donc compris que le scénario est quasi inexistant.

La DualSense propulse les sensations de jeu

Destruction AllStars fait office d’excellente exclusivité PS5 puisqu’elle tire profit de toutes les capacités de la console. S’il ne constitue pas une référence visuelle, il est cependant très appréciable grâce à l’utilisation impeccable de la DualSense. Il y a d’abord l’utilisation des gâchettes adaptatives simulant l’accélération et le freinage des bolides.

Les gâchettes émettent aussi de petits cliquetis lorsque le véhicule est endommagé pour un très bon ressenti. Les retours haptiques délivrent pour leur part un maximum d’intensité en cas de choc. L’un dans l’autre, ces fonctionnalités intensifient l’immersion du titre.

Le soft de Lucid Games profites aussi du disque dur SSD de la console pour réduire ses temps de chargement. Cela dit, il faudra tout de même compter sur sa connexion internet pour écourter les matchmaking en mode multijoueur.

Forcé d’entendre ce qui se passe chez le voisin

Enfin, on notera une bonne utilisation du Tempest Engine de la PS5 pour un rendu 360 degrés impeccable. Les effets sonores sont plutôt sympas, tout comme la musique et la foule en délire. Mais un point vient à notre sens gâcher cette expérience sonore: le chat du jeu. En effet, le jeu ne présente absolument aucune option permettant de rendre muets les autres joueurs, et c’est assez agaçant lorsqu’on ne joue pas en équipe. Le seul moyen est de créer un chat party dans les menus de la console, mais le hic est que cela vous empêchera de participer aux modes Carnage et Rescapé.

En plein dans le mille, Destruction AllStars apporte le divertissement que les joueurs PS5 méritent

Malgré ce petit accroc, Destruction AllStars est à nos yeux un excellent défouloir. A vrai dire, le titre de Lucid Games nous a fait passer d’incroyables moments funs en solo ou entre amis et représente pour le moment l’expérience multijoueur la plus surprenante sur PS5. Il dégage également un fort potentiel de compétition, ce qui intéressera les fans d’e-Sport.

Son gameplay nous rappelle les excellents moments de folie passés sur la fête foraine à foncer dans le tas avec les autos tamponneuses et aussi, d’une certaine manière, les nombreux fous rires sur Rocket League.

Nous tenons ici un véritable hit PS5 tirant profit du meilleur de la console next-gen et qui risque, s’il est correctement soutenu par ses développeurs avec des Saisons comme annoncé, de devenir un titre en ligne incontournable.

Points positifs:

  • Une excellente exploitation de la DualSense
  • Un gameplay qui devient rapidement instinctif et addictif
  • Des temps de chargement rapides comme l’éclair
  • 4 modes de jeu intéressants
  • 16 personnages et véhicules héroïques, c’est un bon début
  • Un bon potentiel de compétition

Points négatifs:

  • Les arènes ne se différencient pas assez
  • Impossible de rendre les ennemis muets dans le chat party !
  • Des skins peu originaux


Destruction AllStars a été testé sur une TV LG OLED 65CX

Découvrez la gamme de téléviseurs LG


Fiche technique de Destruction AllStars :Éditeur : Sony
Développeur : Lucid Games Limited
Date de sortie : 2 février 2021 sur PS5
Type : course arcade
Multi : oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentLa Top Deck Academy aidera les joueurs du JCC Pokémon à s’améliorer
Article suivantMass Effect Édition Légendaire trouve une date de sortie
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here