Fiche technique de Gannibal Tome 1 & 2 :


Public
 : 14+
Éditeur : Meian
Date de sortie du tome 1 : 29 septembre 2020
Date de sortie du tome 2 : 16 octobre 2020
Période de sortie du prochain tome : 24 février 2021 (Tome 3)
Pagination : 192 pages
Genre : Seinen
Dessinateur / Auteur : Masaaki Minomiya
Prix : 6,95 €
Nombre de volumes VO : 7
Nombre de volumes VF : 3
Situation de la série : En cours

Synopsis de la série

Daigo Agawa, policier de son état, a été détaché à Kuge, un village de montagne reculé. Bien que la communauté l’accueille chaleureusement lui et sa famille, la mort d’une vieille villageoise fait jaillir des doutes quant à la normalité de ce lieu…

 

Synopsis du tome 2

Le policier Daigo Agawa suspecte des cas de cannibalisme à Kuge, village de montagne reculé où il a été détaché. Cependant, son enquête le forcera à faire face à son propre passé.

Toujours en quête de nouveaux choix, Meian Édition a opté pour une licence horrifique et sous l’ombre du cannibalisme avec le manga Gannibal. Prenez la direction du petit village de Kuge pour y découvrir des habitants au premier coup d’oeil pacifiques, mais qui cachent un lourd secret. Nous suivons un inspecteur venu directement de Tokyo qui va enquêter sur des éléments perturbants et découvrir des mystères qui auraient peut-être dû rester cachés à jamais.

L’atout principal de Gannibal est l’atmosphère qu’il dégage. Durant toute la lecture, même si l’oeuvre de Masaaki Minomiya ne nous donne pas de frissons, le manga délivre une ambiance anxiogène et malsaine. Très rapidement, nous comprenons que quelque chose cloche dans ce village et avant même que les premiers évènements perturbants arrivent, on sait qu’on ne voudrait pas vivre dans ce village. Cela est surtout dû aux villageois et à leur comportement nocif et dangereux vis-à-vis des étrangers. Durant l’ensemble de la lecture, on ne vient à ne souhaiter qu’une seule chose pour l’inspecteur Daigo, c’est de fuir.

À cela, il faut ajouter les dessins qui ajoutent la composante horrifique avec des expressions faciales surréalistes et de scènes d’une puissante violence. De plus, l’auteur choisit un coup de crayon qui envoie son manga dans une direction artistique proche de vieux films japonais.  Le réalisme est pourtant quant à lui bien présent, les personnages transpirent la peur, l’angoisse, la haine et même la faim. Si au départ, nous n’étions pas plus chaud que ça à découvrir Gannibale, c’est finalement étonné et surpris que nous ayons enchaîné le second opus qui continue dans la même direction que le premier tout en livrant des indices sur le passé de l’inspecteur Daigo.

En conclusion

Gannibale n’est pas à mettre dans les mains de tout le monde et encore moins dans celle d’un enfant. Encore une fois, si le manga ne transpire pas l’horreur à chaque page, il arrive à dégager un sentiment de malaise et de mal-être vis-à-vis du village. Cependant, on ne peut le conseiller pour un public averti et qui cherche une histoire qui sort clairement des codes basiques du monde du manga.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here