Hyrule Warriors: L’Ere du Fléau n’a été annoncé qu’en septembre dernier, et se veut directement lié à l’excellent Zelda: Breath of the Wild qui a fait du lancement de la Nintendo Switch un véritable carton. L’aventure se passe 100 ans avant les événements de BOTW. Pour les raconter, Nintendo a fait appel à un studio externe, Koei Tecmo, qui s’est notamment penché sur les jeux Fairy Tail, Dynasty Warriors 9 et Nioh 2. L’expérience des développeurs est donc incontestable, mais le projet semble énorme puisqu’il s’agit d’un jeu intimement lié à l’un des plus gros succès de Nintendo.

Une aventure d’emblée prometteuse

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau même le gameplay de la franchise Hyrule Warriors et le fusionne avec la narration de BOTW. Nous avons donc affaire à un hack’n’ slash relativement classique dans son approche. Le joueur rencontrera plusieurs personnages issus de BOTW comme Zelda, Link ou encore les quatre prodiges. Les premières missions commenceront avec la Princesse e Link, mais l’équipe s’agrandira au fil des rencontres. Chaque personnage possède une arme unique et son propre style de combat. Cela dit, les touches de frappes et combos restent fondamentalement les mêmes. Ce n’est au final que l’application qui change, mais cela reste tout de même sympa de varier les plaisirs.

Hyrule Warriors : L'Ère du Fléau part sur de bonnes basesLa répétitivité se fait rapidement ressentir dans Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau

Ceux qui combattent aux côtés de Zelda et Link, ainsi que nos deux héros, ont leur propre progression. Avant chaque combat, le joueur devra choisir 3 personnages parmi l’équipe grandissante, et ceux envoyés au front bénéficieront de l’expérience obtenue en fin de mission. Cela dit, une différence de 3-4 niveaux entre les personnages n’implique pas une plus grande difficulté. De manière générale, le jeu n’est pas spécialement difficile et les objectifs principaux restent assez semblables dans le fond. Dans la forme, le final et son incidence sur l’aventure varie, mais le joueur se contentera bien souvent de se lancer dans un donjon pour en parcourir les quelques couloirs, affronter 3-4 hordes d’ennemis comprenant un ou deux ennemis supérieur(s) jusqu’à atteindre l’ennemi final.

Des objectifs annexes trop passifs

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau se déroulant dans le même monde que BOTW, on imaginait aisément pouvoir à nouveau parcourir les vastes étendues d’Hyrule. Mais il n’en est rien. Le jeu présente bien la carte d’Hyrule sur laquelle sont dispersés plusieurs points d’intérêt. Il y a les missions principales bien sûr, mais aussi des combats annexes destinés à remporter des ressources ou encore quelques boutiques et des quêtes secondaires dont l’intérêt est assez pauvre. En effet, plusieurs d’entre-elles ne demandent en fait qu’à verser une certaine quantité de certaines ressources pour débloquer une récompense ou l’accès à une boutique. Côté scénaristique, il ne faudra finalement se contenter que des combats principaux qui sont les seuls objectifs agrémentés de cinématiques.

Des combats dynamiques mais répétitifsC’est à notre humble avis le seul point relativement digne de Breath of the Wild. Koei Tecmo et Nintendo se sont contenté ici que du minimum et ne se concentre au final que sur le scénario et le combat design plutôt jouissif lorsqu’on élimine des ennemis à la pelle à gros coups d’épée. Mais dans le fond, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est assez décevant puisqu’il diversifie difficilement son expérience. On assiste au final à une préquelle de petite envergure et dont le gameplay ne tire franchement pas son épingle du jeu.

Parti sur une base solide, Hyrule Warriors: L’Ère du Fléau se contente du minimum

Dans l’ensemble, Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau propose une campagne copieuse, bourrée de rebondissements et des combats dynamiques. Grâce à son esthétique qui n’est pas sans rappeler sa suite chronologique, Zelda: Breath of the Wild, le titre de Koei Tecmo se veut très charmeur. Cela est évidemment aidé par une VF impeccable, saupoudré de musiques envoûtantes.

On ne peut hélas pas en dire autant de sa technique qui affiche une framerate défaillante, régulièrement sous la barre des 20fps, et des environnements assez vides et flous. De plus, le soft aurait eu tout à gagner à reprendre un monde ouvert comme celui de BOTW, mais Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau ne présente hélas qu’une multitude de points de voyage rapide qui casse forcément l’immersion. Ceux qui attendaient une histoire venant enrichir l’excellente narration de son prédécesseur seront servis, mais l’aventure risque d’être pénible par moment entre la répétitivité de certaines tâches et une réalisation plus paresseuse que ce dernier.

Points positifs:

  • Les combats sont dynamiques
  • Une histoire prenante
  • Une direction artistique qui rappelle Zelda: Breath of the Wild
  • Une VF irréprochable
  • Des musiques orchestrées avec brio

Points négatifs:

  • Une framerate capricieuse
  • Impossible de voyager librement dans le monde du jeu
  • Des décors un peu pauvres
  • Des objectifs qui se répètent assez rapidement


Fiche technique de Hyrule Warriors: L’Ere du Fléau :Fiche technique de Hyrule Warriors L'ère du Fléau

Éditeur : Nintendo
Développeur : Koei Tecmo
Date de sortie : 20 novembre 2020 sur Nintendo Switch
Type : Hack ‘n’ slash
Multi : Non
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7
Article précédentImmortals Fenyx Rising dévoile son contenu post-lancement
Article suivantIO Interactive dévoilera son prochain jeu demain
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here