Après des mois de maturation, Watch Dogs Legion débarque enfin avec son concept inédit de recrutement. Dans ce troisième titre, le joueur est plongé au cœur de Londres. Un groupe de terroristes appelé Zero-Day a fait exploser des bombes aux quatre coins de la ville et fait porter le chapeau à Dedsec. Depuis, le groupe de hackers est considéré comme des hors-la-loi. A côté de ça, nous constatons que Londres est une ville regorgeant de technologie dont plusieurs vilains se servent à leur guise pour qu’elle leur soit profitable au maximum. Deal, expériences scientifiques, contrôle de la population … De nombreux individus agissent en marge du problème Day-Zero auquel doit faire face un nouveau mouvement de rebelles hackers.

Comme vous l’aurez compris, le contexte de Watch Dogs Legion est assez sombre, et relativement différent de ce que proposaient ses deux prédécesseurs. Ici, il n’y a pas de héros à proprement parler. Le joueur commence son aventure en créant un premier personnage qui sera par la suite un membre d’un groupe bien plus grand, à nouveau baptisé Dedsec. Cette aventure est donc plus ou moins personnalisée en fonction des envies du joueur. Dans Watch Dogs Legion, on peut recruter n’importe qui. Le tout est de savoir si la personne ciblée est intéressante pour les actions du groupe. Il y a bien sûr des personnages prédéfinis qui interviendront pour les besoins du scénario, mais ne pourront pas être joués. La plupart du temps, les interactions avec ceux-ci se feront par dialogue radio.

Comment se passe un recrutement ?

Les recrutements de Watch Dogs Legion peuvent s’apparenter à des missions annexes. Pour chaque personne approchée, un objectif s’enclenche. Le réussir est la condition à laquelle le candidat potentiel acceptera de vous rejoindre. Comme dit plus haut, n’importe quel PNJ peut être recruté. Mais l’aventure mettra sur notre chemin quelques profils intéressants. Pour se faire, il suffit de s’approcher d’une personne et de lui proposer un marché. De façon générale, les missions que ces recrues demandent à Dedsec pour mériter leur confiance sont assez simples et étonnamment variées. Mais évidemment, au bout d’une grosse dizaine d’heures de jeu, on aura fait le tour de tous les objectifs que peut nous proposer le jeu et nous n’assisterons qu’à des variantes. Par chance, le level design du jeu est aux petits oignons et offre de multiples techniques d’approche.

Des profils plus intéressants que d’autres

Parmi les habitants de Londres, il y a donc des profils plus intéressants avec diverses compétences, là où un « simple » habitant n’en propose qu’une par exemple. Nous avons les avocats pouvant sortir de prison un membre de Dedsec plus rapidement, ou un médecin pouvant accélérer les soins d’un blessé au combat. Car en effet, les membres de votre crew peuvent être mis hors service. Dans le cas standard, le personnage est écarté durant plusieurs minutes.

Le jeu met aussi en place un mode de mort permanente, et il faudra remplacer le macchabée par une nouvelle recrue. Il y a aussi l’homme de chantier, probablement notre préféré. Sa capacité à appeler un drône de chantier nous permet d’aller pratiquement où bon nous semble par la voie des airs. Une tactique parfois peu discrète, mais qui permet d’outrepasser certaines sécurités et détours fastidieux. Enfin, on soulignera aussi l’utilité de l’agent d’Albion, une milice mise en place à Londres, qui permet de s’infiltrer dans un commissariat en atténuant au maximum les soupçons des gardes, à condition d’agir normalement et à l’écart.

Certains habitants de Londres ont un profil plus inétressantDans Watch Dogs Legion, vous créez la résistance et infiltrez le système

Plus on recrutera de membres, plus Dedsec bénéficiera d’armes, accessoires et compétences variées. Un objectif sera toujours moins compliqué si l’on possède dans ses rangs la personne appropriée. Il est donc dans l’intérêt du joueur d’engager un maximum de monde.

Quitte à créer son propre groupe Dedsec, autant donner à ses membres l’allure qu’il nous plaît. Le jeu met en place un système de personnalisation comparable à Watch Dogs 2. On peut acheter différentes parties d’accoutrement comme des vestes, t-shirt, chaussures, lunettes, chapeau ou encore sac à dos. Pour ce qui est des fameux masques, tous plus originaux les uns que les autres, ils seront à remporter avec les missions principales ou secondaires. C’est aussi un petit côté magique de ce Watch Dogs Legion, un jeu très permissif et où le joueur peut enfin exprimer ses goûts librement.

Forgez Dedsec à votre imageUn gameplay authentique, en phase avec l’esprit futuriste

Là où Watch Dogs Legion conserve toute l’essence de la série, c’est dans son gameplay efficace et accessible. Il s’agira encore une fois de pirater un maximum de systèmes et parfois se battre. Les drones, les caméras, les portails de sécurité… tout ce qui peut aider Dedsec à parvenir à mettre un terme aux agissements de tous les hors-la-loi de Londres.

Watch Dogs Legion propose un vaste arsenal de produits de hackersLorsque les choses se corsent, et même si c’est clairement contre l’éthique du groupement de hackers, un membre de Dedsec pourra se défendre à l’aide d’armes neutralisantes ou létales. Il est évidemment plus marrant d’éviter toute confrontation et, potentiellement, la perte d’un membre. Les combats au corps-à-corps sont aussi une option, mais assez limités. Il y a une touche pour frapper, une pour esquiver et une pour briser la garde. Le tout est d’anticiper les mouvements ennemis. Dans la plupart des cas, les ennemis standards ne sortiront pas leur arme tant que vous ne les aurez pas menacés avec la vôtre.

Les choses peuvent rapidement se corser dans Watch Dogs LegionDedsec ne requiert pas de permis de conduire

Étant dans une ville ultra connectée, les véhicules aussi peuvent être piratés. Soit déviés de leur trajectoire en cas de course poursuite ou stoppés net pour s’y insérer. Niveau conduite, ce n’est par contre pas la gloire. Les sensations sont extrêmement arcade et rigides, si bien qu’il est parfois difficile d’estimer le comportement de la voiture ou de la moto. Nous avons également rencontré quelques obstacles invisibles. Et étant donné qu’il est pratiquement impossible de tomber de sa moto, cela donne naissance à des scènes parfois très aberrantes.

Néanmoins, les véhicules sont nécessaires pour se balader à Londres et échapper aux ennemis. Il existe le système de Metro et ses nombreux points de voyage rapide bien sûr, mais les voitures, camions et motos sont un moyen efficace et sans risque de se déplacer rapidement dans un même secteur. De plus, voler un véhicule ne semble pas heurter l’opinion publique ni même interpeller la Police, ce qui est assez étrange. Les forces de l’ordre n’interviendront que rarement et seront très faciles à semer. C’est dommage, on aurait aimé un système un peu plus corsé.

Des activités annexes à la pelle

La ville de Londres est vaste et comprend bon nombre d’activités annexes et non scénarisées. En ouvrant la carte, on y voit de nombreux points d’intérêt. En parcourant la capitale, on y trouve des crédits pour se payer de nouvelles fringues, des points de technologie pour s’offrir de nouveaux systèmes de piratage ou encore des cibles prioritaires à éliminer pour mettre l’opinion publique dans sa poche. Dedsec a beaucoup à prouver puisqu’ils sont accusés à tort. Plus le joueur réalisera d’objectifs annexes, plus l’image du groupe sera soignée et la lutte contre la corruption sera aisée.

Londres regorge d'activités secondaires à réaliserUbisoft aura véritablement réalisé un bel effort sur la conception de la map. Elle n’est pas aussi étendue que peut l’être celle d’un jeu Assassin’s Creed, non, mais son level design est pour le moins très intéressant. La verticalité est relative, mais peut être pleinement exploitée à dos de drône. Les différentes bases ennemies permettent de leur côté de nombreuses possibilités stratégiques. Celles-ci sont poussées par la possibilité de faire bouger les différents éléments de décor avec les outils de piratage. Le joueur devra régulièrement se frayer un passage jusqu’à l’objectif avec un gameplay puzzle. Il faudra analyser chaque situation avant d’agir pour ne pas se retrouver dans une situation délicate, mais la construction des niveaux offre de multiples possibilités.

Mais Londres brille aussi par sa splendeur. Les développeurs ont su lui donner son charme avec ce concept futuriste tout droit sorti de leur imagination. On ne peut que rester bouche bée face à la créativité du studio. De même, certaines situations parviennent à étendre l’ampleur des événements vécus. L’immersion n’en est qu’avantagée.

Le jeu nous embarquera dans des petits quartiers surprenants ou des endroits improbables comme l’intérieur de ce système informatique qui nous donnent carrément l’impression de visiter l’intérieur d’un ordinateur dernier cri avec un drône miniature. Bien joué !

Watch Dogs Legion sait divertir sans révolutionner

Watch Dogs Legion est plutôt ambitieux, sans être une révolution. Après nous avoir délivré un deuxième opus en demi-teinte, Ubisoft revient avec ce concept très sympa du recrutement qui personnalise l’expérience au maximum. Ce système est assez poussé pour que le joueur ait entre ses mains tous les outils pour s’adapter à n’importe quelle situation. Le scénario propose lui aussi un divertissement maximal avec des objectifs passionnants et des dialogues réfléchis. Le jeu dans son intégralité est addictif, même si certains éléments restent à parfaire comme la conduite et l’IA parfois aux fraises. Cela dit, dans l’ensemble, Watch Dogs Legion donne un second souffle à la série avec des enjeux très sombres dans une ville de Londres futuriste à la conception soignée. Encore une belle preuve du génie dont Ubisoft fait preuve dans la conception de mondes fictifs étendus et riches.

Points positifs:

  • Un scénario plus sombre que son prédécesseur
  • Un gameplay authentique, des possibilités de hack très nombreuses
  • Des puzzles qui feront travailler les méninges des joueurs
  • De l’action non-stop
  • Le recrutement et la création de Dedsec 2.0 de A à Z !
  • La ville de Londres réserve de très belles surprises

Points négatifs:

  • L’IA rendant les ennemis parfois très débiles, cela devient monnaie courante chez Ubi !
  • La conduite n’offre aucune sensation satisfaisante
  • Certains objectifs répétitifs à la longue


Watch Dogs Legion a été testé sur Xbox One X et sur une TV LG OLED 65CX


Découvrez la gamme de téléviseurs LGFiche technique de Watch Dogs Legion :Éditeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Date de sortie : 29 octobre sur PS4, Xbox One et PC. Sur Xbox Series X|S et PS5 à leur sortie.
Type : Action
Multi : Oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8
Article précédentPREVIEW – Little Nightmares II
Article suivantXbox Series X: découvrez notre unboxing de la console
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here