Après nous avoir fait passer un agréable moment en confinement, le Doom Slayer est de retour dans DOOM Eternal: The Ancient Gods, Épisode 1. Et il n’est pas content. Disponible depuis ce 20 octobre pour tous les détenteurs du Pass Year One de Doom Eternal, cette extension de la dernière aventure gore de id Software est également disponible à l’achat séparé en tant que Stand Alone.

On pensait que le Doom Guy avait déjà touché le fond…

L’histoire de cette nouvelle épopée démarre juste après avoir anéanti la Khan Maykr ad patres et annihilé la réincarnation de l’Icône du Péché. Cette épreuve finale du jeu de base n’était pas de tout repos. Pourtant, les joueurs peuvent encore avoir du souci à se faire, car l’extension The Ancient Gods, Épisode 1 apporte son lot de défis et de nouveaux ennemis. L’équilibre de tous l’univers est en jeu, et le Doom Slayer devra réveiller le père de toutes choses pour mettre un terme aux nouvelles menaces venues de l’enfer. Autant vous dire d’entrée de jeu qu’il faudra avoir accompli plusieurs heures de la campagne principale pour profiter de l’expérience que propose ce DLC. The Ancient Gods plonge immédiatement les joueurs dans le bain en les propulsant au coeur de vagues constituées de divers ennemis féroces.

Pour commencer, l’extension met le niveau assez haut. Après une brève introduction explicative, nous faisons face à des hordes d’ennemis aperçus dans Doom Eternal. Certains seront faibles et utiles pour se faire un plein de santé ou de munitions. Mais d’autres nécessitent des stratégies spécifiques pour être éliminées comme ces s*loperies de Maraudeurs. The Ancient Gods rappellera aux joueurs comment s’en débarrasser, lors des temps de chargement entre deux morts. Mais le rythme effréné du gameplay pourra refroidir plus d’un joueur.

Les maraudeurs sont de retour !Comme le jeu de base, The Ancient Gods demande aux joueurs d’être perpétuellement en mouvement tout en jonglant avec les armes. D’ailleurs, connaître par coeur l’emplacement de chacune d’elles dans la roulette d’arsenal est un atout non négligeable pour prendre le dessus sur un démon un peu trop coriace.

Les niveaux où se déroulent les batailles sont de façons générale assez étroits pour condenser l’action dans un espace minimal. Ceux-ci seront à nouveau criblés de portails de téléportation et de sauts pour tirer profit des trois dimensions. Jamais aucun jeu de tir ne nous aura donné de telles sensations. Avec Doom Eternal, nous avons vibré, et The Ancient Gods continue en ce sens avec l’envie de persévérer à travers ce système addictif de die-and-retry. Sommes-nous masochistes, docteur?

DOOM Eternal: The Ancient Gods ne prend pas le temps de faire grimper la difficultéThe Ancient Gods est une prolongation censée de Doom Eternal

Il faudra donc un certain temps avant de rencontrer quelques petites nouveautés dans le DLC. The Ancient Gods reste assez fidèle à l’œuvre de base et ne propose que quelques nouvelles sortes de menaces. On soulignera principalement l’apparition aléatoire de démons renforcés qui, comme leur nom l’indique, possèdent une meilleure défense. Il y a aussi les tourelles au-dessus desquelles apparaît un œil qui vous tirera dessus. Celui-ci se cachera lorsqu’il sentira le danger s’approcher. Il faudra donc l’attaquer à distance et au bon moment pour s’en débarrasser au plus vite.

Si le démon brille, c'est mauvais signeEnfin, l’ajout le plus intéressant à nos yeux et venant pimenter le niveau déjà élevé du DLC sont les spectres. Ceux-ci prennent le contrôle d’un démon et le rendent plus puissant. Une fois que le démon est à terre, il faut éliminer le spectre au plus vite avec une arme à plasma avant qu’il ne change d’hôte. Plus on traîne à l’éliminer, plus on a de chances de se faire battre. Il y a bien sûr deux ou trois autres variantes de démons, mais qui ne suffisent pas à renouveler l’expérience. La bataille finale en revanche, mettre la Doom Slayer face à un level-design très vertical et des ennemis nécessitant des stratégies de combat qui le sont tout autant, à l’image de l’affrontement contre la Khan Maykr à la fin de Doom Eternal.

Pas le temps de s’attarder !

En parlant de verticalité, c’est précisément l’un des points qui différenciait Doom Eternal de son prédécesseur. The Ancient Gods ne fait pas exception à la règle et met en place de sacrés jeux de sauts qui, aux yeux de certains, viendront casser le rythme de cette croisade féroce. Ce ne sera pas toujours évident de sauter, double-sauter, s’accrocher et se propulser pour atteindre le niveau suivant. Mais arriver à destination n’en est que plus satisfaisant. Mais une fois le pied posé à terre, le combat du Doom Slayer reprend de plus belle.

Un nouveau coup de fouet

Fidèle à l’ADN de la franchise et de l’expérience coriace que proposait Doom Eternal, la première partie du stand alone The Ancient Gods ne s’adresse pas vraiment aux néophytes, mais aux joueurs désireux de reprendre une dose de cette adrénaline diabolique.Les sensations restent intactes et les défis toujours pimentés. Côté scénario, nous sommes face à quelque chose de très classique alors que le côté artistique s’offre un peu plus de variété que le jeu de base.

Le fait d’avoir fait de The Ancient Gods un stand-alone est étrange puisqu’il n’introduit pas progressivement les mécaniques de jeu, mais envoie toute la purée dès les premiers instants. Nous conseillons donc encore une fois de bien avoir pu maîtriser ces mécaniques dans le jeu de base et, de préférence, avoir terminé la campagne pour cerner tous les enjeux avant de se plonger dans cette suite.


Fiche technique de DOOM Eternal :fiche technique de DOOM EternalÉditeur : Bethesda Softworks
Développeur: id Software
Date de sortie : 20 mars 2020 sur PS4, Xbox One et PC
Type :  FPS
Multi : oui
Langue : Français

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here