Après avoir connu un grand succès fin des années 80, la franchise Wasteland avait bizarrement disparu de la circulation. Le jeu de rôle post-apo avait pourtant su trouver son public. Ce n’est que des années plus tard que le studio inXile s’est décidé à nous fournir une suite en bonne et due forme avec Wasteland 2. Encore une fois, le succès est incontestable puisque le soft parvient sans mal à reprendre des mécaniques bien rodées et nous servir une aventure plaisante et assez immersive.

Aussitôt annoncé, Wasteland 3 a débarqué cet été chez Koch Media. Avec lui, ce même bagage de gameplay et un contexte déjà très bien mis en place. Même si on a du mal à imaginer la déception pour cette suite, on se demande néanmoins comment inXile réussira à raviver la flamme des fans avec une brise de fraîcheur.

Une suite digne à la thématique accrocheuse

Wasteland 3 est une suite logique de Wasteland 2 plongeant les joueurs dans un univers post-apocalyptique. Si vous n’êtes pas familiers avec la franchise, sachez juste qu’elle se déroule dans un monde dévasté par une guerre nucléaire entre les États-Unis et l’Union soviétique en 1988. Un sujet alléchant pour un développeur, puisqu’alimenté par de très nombreuses rumeurs à chaque fois que des tensions politiques entre ces deux puissances mondiales se font ressentir.

Cela dit, cette thématique a déjà été maintes fois mise sur le tapis et surprendra donc peu de joueurs. Pour ce troisième jeu, rendez-vous au Colorado sous un temps glacé. Cette guerre nucléaire a en effet complètement déréglé le climat, et cette région est désormais polaire. Attendez-vous donc à une aventure enneigée.

Le Ranger c’est vous

Après une cinématique à la réalisation propre et donnant le ton, place au jeu. Nous commençons par sélectionner/créer notre duo de Rangers pour prendre part aux batailles de factions recouvrant tout le Colorado. Créer un Ranger n’est au final pas compliqué. Si l’on désire personnaliser son expérience de jeu, Wasteland 3 met en place un outil de création dans lequel il faut injecter des compétences et attributs dans un personnage pour le façonner à notre image. Pour se faire, les développeurs nous présentent 7 attributs et 22 compétences. Lors de cette étape, les fins connaisseurs de Wasteland 2 ne seront guère surpris de retrouver beaucoup de caractéristiques communes avec ce prédécesseur.

C’est aussi précisément avec ces mécaniques que l’expérience du joueur va drastiquement changer. Un personnage est en effet soumis à ces compétences. Celles-ci octroient des possibilités plus ou moins grandes dans les combats, l’exploration ou encore la relation avec les PNJ. Le scénario du jeu peut effectivement prendre différentes tournures en fonction des réponses données dans les dialogues à choix multiples. Ne pas attribuer beaucoup de compétences sociales bloquera certaines répliques. D’autre part, octroyer un maximum de compétences de combat dans notre ranger facilitera la manipulation d’armes.

Enfin, il faudra aussi compter sur des Avantages de compétences. Il n’est pas possible, pour un seul Ranger, de débloquer tous ces avantages. Et ces choix, couplés à l’attribution des compétences citées plus haut, constituent cette dimension RPG solide que propose Wasteland 3.

Dans Wasteland 3, les décisions sont vôtres

De façon plus aboutie que ce que nous proposait son prédécesseur, Wasteland 3 repose son univers sur les choix du joueur. Au-delà de l’influence des dialogues, il y a matière à façonner sa campagne. Dès les premières heures de jeu, le joueur aura affaire à diverses factions d’ennemis. Les divergences entre celles-ci sont intéressantes. Chacune d’elles propose des missions permettant aux joueurs d’augmenter leur rang auprès d’elles.

Si le joueur décide par exemple d’aller dans le sens de la faction aux robots, le jeu en sera métamorphosé, et il faudra aller à l’encontre d’autres factions avec lesquelles il aurait tout à fait été possible de s’allier. La perception que le joueur se fait de l’une ou l’autre faction est le reflet de l’expérience qu’il veut se créer. Les développeurs de inXile l’ont bien compris et débloquent ainsi un aspect de liberté flagrante et très bien maîtrisée. Le concept ne révolutionne bien entendu pas le genre, mais sa conception est solide et permissive.

Wasteland 3 comprend son lot de combats. Le jeu est d’ailleurs parfois violent dans la présentation des choses. Certains combats peuvent être évités avec une bonne maîtrise des dialogues à choix multiples. Mais lorsque la baston est inévitable, le jeu prend une dimension de tour par tour façon Mutant Year Zero. Chaque personnage possède un nombre précis de Points d’action. Ceux-ci arbitrent l’utilisation des attaques, de la recharge d’arme ou encore des déplacements.

Il n’y a rien d’étonnant dans le système de combat du jeu. Mais ce type de gameplay a maintes fois fait ses preuves. La stratégie est de mise. Il faut avoir un esprit très cartésien pour réussir haut la main, sans quoi on se retrouve vite piégés par de mauvaises manipulations.

Un système de combat équilibré

Cela dit, le système demandera un certain temps d’adaptations aux néophytes du genre. Plus on avance dans la campagne, plus le terrain de jeu se crible d’informations. Il est parfois un peu difficile de s’y retrouver, d’autant plus que la caméra n’aide parfois pas à prendre les meilleures décisions. Entre les déplacements, les attaques de longue portée, au corps à corps ou la mise à couvert, il peut être hasardeux de maîtriser toutes ces perspectives. Ceci à cause de parti pris de inXile à rendre les combats plus verticaux que d’ordinaire. Tant mieux nous direz-vous, mais cela peut parfois porter préjudice aux manœuvres.

Soulignons aussi les quelques petits défauts d’IA. La programmation à beau être aux petits oignons, certains ennemis souffrent de problèmes leur causant des dégâts dans leurs propres rangs. Aussi, il nous est arrivé de croiser quelques personnages ne prenant pas en compte certains éléments de décor. Mais dans l’ensemble, Wasteland 3 propose d’excellents affrontements.

Les environnements de Wasteland 3

Une expérience assez classique mais maîtrisée

Ce troisième opus est finalement une franche réussite, une fois de plus. Les fans de RPG au tour par tour seront ravis d’arpenter une nouvelle région de cette Amérique post-apo unique. Les décors sont riches et soignés et l’exploration fait sens entre les différents affrontements. S’il souffre de quelques petits défauts d’IA, Wasteland 3 est incontestablement l’un des meilleurs RPG de cette année. Fort d’un scénario prenant, il bénéficie de l’expérience du studio inXile acquise au fil des années. Un must have pour les fans de stratégie.

Points positifs:

  • Des décors riches et un univers bien conçu
  • Une campagne prenante avec de vrais enjeux
  • Le joueur à un gros pouvoir décisionnel sur le déroulement de l’aventure
  • Un système de combat classique, mais bien rodé
  • Une suite logique du second jeu
  • Des quêtes annexes souvent intéressantes

Points négatifs:

  • Des petits soucis de traduction
  • L’IA se comporte parfois bizarrement
  • L’exploration trop souvent stoppée par des combats indésirables


Wasteland 3 a été testé sur une Xbox One X et une TV OLED LG 65CX

Fiche technique de Wasteland 3:

Éditeur : Koch Media
Développeur : inXile Entertainment
Date de sortie : 28 août sur PS4, Xbox One et PC
Type : RPG
Multi : non
Langue : Anglais sous-titré français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentPreview de Immortals Fenyx Rising
Article suivantTEST – WRC 9 sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here