Project Cars 3 est arrivé sur consoles et PC ce 28 août dernier de façon très controversée. En effet, le studio Slightly Mad a décidé de donner une nouvelle direction à son jeu de course. La franchise adopte maintenant un aspect beaucoup plus arcade, et donc plus accessible au grand public. Mais laisse-t-il pour autant de côté tous ses bons côtés?

Project Cars 3, infidèle à lui-même

L’accessibilité de Project Cars 3 a finalement fait couler beaucoup d’encre. Oui, le studio a décidé de retirer certaines options de gestion pour rendre les courses plus compréhensives pour les néophytes. Ainsi donc, la franchise change un peu de registre et prend le risque de froisser les plus techniques des joueurs. Dorénavant, seules les aides à la conduite et la gestion des dégâts compteront. Concernant cette dernière, nous avons par ailleurs trouvé que ses répercussions sur la conduite n’étaient pas très présentes.

L'accessibilité de Project Cars 3 a finalement fait couler beaucoup d'encreDans l’ensemble, la conduite est très plaisante dans Project Cars 3. Le comportement de chaque voiture est différent et, même si les sensations de vitesse auraient pu être accentuées, les transferts de masses donnent le sentiment de piloter des bolides plus ou moins lourds. L’allure influence de ce fait grandement la façon dont la voiture se comportera dans les virages, avec évidemment un gouffre entre la conduite de classes E et Hypercars. Dans l’ensemble, le challenge se porte donc sur la façon d’aborder les virages. Le jeu propose d’ailleurs un système d’aide affichant les points de freinages et la trajectoire idéale pour chacun d’eux. Respecter cette trajectoire octroiera au joueur de l’XP pour le niveau de pilote ainsi que pour la voiture autorisée voiture. Dans ce cas précis, chaque niveau gagné permettra de bénéficier de réductions sur le prix des pièces d’amélioration.

Rouler par temps de pluie peut s'avérer dangereuxUn mode Carrière copieux

Le mode Carrière de Project Cars 3 est très bien fourni. Il n’est pas sans rappeler celui de la série Forza Motorsport. Comptez en moyenne 35 bonnes heures pour terminer chaque course dans les différentes catégories. Le joueur démarre dans la catégorie de course pour les voitures classe E pour finir dans les plus gros modèles prestigieux. Chaque catégorie comporte plusieurs championnats composés eux-mêmes de différentes courses.

Chaque course comporte son lot d’objectifs. Outre le fait d’atteindre la première place, le joueur devra réaliser d’autres objectifs. Ce n’est qu’après avoir réalisé un nombre précis d’objectifs au sein du championnat qu’il pourra accéder à la course finale et aux autres championnats. Ces objectifs sont plutôt variés. Par exemple, il faudra prendre l’aspiration auprès des adversaires pendant 10 secondes, réaliser 8 dépassements loyaux en 1 minute, réaliser plusieurs virages parfaits, etc.

Chaque course comporte son lot d'objectifs dans Project Cars 3Encore une fois, on remarque ici l’importance qu’accorde Project Cars 3 aux virages. Dans sa communication autour du jeu, Slightly Mad a en effet avoué avoir travaillé sur ce point vis-à-vis du comportement de chaque voiture pour que le joueur puisse intelligemment utiliser les limites de la piste à son avantage. Le seul élément qui nous gêne constamment est l’IA, fort agressive. Celle-ci n’hésite pas à vous rentrer dedans pour vous dépasser, ou effectue des manœuvres dangereuses pour on ne sait quelle raison.

Il n’y a évidemment pas que de simples courses. Le mode Carrière propose également des Départs lancés, le Régulateur de vitesse où la moyenne du temps de 3 tours sera prise en compte ou encore Ciblage, témoin du tournant arcade qu’a pris la série. Dans celui-ci, le joueur devra simplement foncer dans des panneaux à scores pour accumuler un maximum de points. Plus le panneau sera percuté à grande vitesse, plus le bonus de points octroyé sera important.

Le mode Ciblage est définitivement une marque du tournant arcade que prend Project CarsUne expérience variée malgré quelques absents notables

Le jeu ne manquera pas de nous faire découvrir une tonne de voitures de légende. Même si nous sommes toujours loin de Forza Motorsport 7 et ses 700+ bolides, la liste de 210 voitures de Project Cars 3 « day one » se suffit à elle-même pour diversifier au mieux l’expérience. Chaque voiture peut également être customisée à l’aide d’une palette de couleurs, de stickers, de numéros de course ou encore de jantes spéciales et pneus de marque. Aussi, il sera possible de sélectionné une livrée prédéfinie représentant votre équipe lors des courses. Pour ce qui est des défis en solo sur la piste, la voiture reprendra sa livrée standard. Cela dit, cette personnalisation est à nos yeux un peu limitée. Par la suite, le mode photo du jeu permettra d’apprécier au mieux ces changements une fois sur la piste, bien que ses réglages soient extrêmement limités.

Parmi les différents modèles que l’on retrouve dans Project Cars 3, on retrouve un grand nombre de Porsches dont la récente 992 Carrera S. Il y en a pour tous les goûts, avec aussi la McLaren F1 de 1992, la P1, une pléthore de Ferrari, des Audi, Aston Martin, Ford ou encore Toyota. La liste est longue comme le bras, mais certains modèles ne seront accessibles qu’après avoir augmenté son rang de pilote en multijoueur. Ce point pourra faire grincer des dents les fans d’expériences solo. Le reste sera disponible en échange d’un petit pactole d’argent in-game remporté dans le mode Carrière.

Un voyage autour du monde

Mais que serait la conduite d’un 4 roues sportif sur une banale route de campagne? Fort heureusement, le jeu comprend près de 50 pistes différentes pour un total de 120 variantes. Parmi eux, nous retrouvons de célèbres tracés comme Zolder, Monaco ou encore Laguna Seca. D’autres sont en revanche tirés de l’imagination des développeurs, et on regratte aussi l’absence de certains incontournables comme Spa-Francorchamps.

Pour l’aspect visuel, on ne peut hélas pas dire que Project Cars 3 brille de mille feux. En dehors des courses par temps sec, le jeu affiche pas mal d’aliasing et de clipping, en particulier sur les effets de brume. Globalement, les décors sont peu travaillés, et il arrive même parfois que le circuit se retrouve au milieu d’un amas de textures maladroitement agencées, sans détails. Dès le début, le soft de Slightly Mad Studios propose aux joueurs de favoriser les visuels ou la framerate. Bien que le premier choix n’arrange pas grand-chose à ce que nous venons de décrire, le second permet le maintien d’une fluidité globalement bonne, en tout cas sur Xbox One X. Quelques chutes se font toutefois ressentir, surtout lorsque plusieurs adversaires sont autour de nous.

Un titre désormais plus arcade, pour le bien de la série ?

Project Cars 3 est donc bien plus accessible, mais tâche de délivrer un certain challenge aux fans de jeux de course par la suppression des aides à la conduite. Les sensations sont très bonnes et le jeu n’hésite pas à pimenter ses courses avec divers objectifs intéressants. Le mode Carrière, même s’il n’est pas scénario, s’aligne presque sur ce que propose la série Forza Motorsport, avec un contenu copieux. Finalement, on se demande si Project Cars n’est pas devenu un meilleur jeu d’arcade que ce qu’il n’a été dans la catégorie Simulation auparavant. Infidèle à ce qu’il a été autrefois, on ne peut s’empêcher de penser que cet opus aurait du être le premier d’une seconde série de Project Cars à part entière.

Points positifs:

  • Plus de 200 voitures au rendez-vous
  • Plusieurs objectifs de course sympas
  • De bonnes sensations de conduite
  • Un tournant arcade bien maîtrisé
  • Un mode Carrière complet avec un vrai système de progression

Points négatifs:

  • Des graphismes corrects, sans plus
  • Plus d’arrêts aux stands, usure de pneus, gestion de carburant
  • Présence de clipping lorsque le temps de complique
  • Des dégâts de véhicule aux répercussions très anecdotiques
  • Une IA trop agressive


Project Cars 3 a été testé sur une Xbox One X et une TV OLED LG 65CX

Fiche technique de Project Cars 3:

Éditeur : Bandai Namco
Développeur : Slightly Mad Studios
Date de sortie : 28 août sur PS4, Xbox One et PC
Type : Course Arcade
Multi : oui
Langue : Anglais sous-titré français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7,5
Article précédentAvis – WATCHMEN Saison 1
Article suivantGods & Monsters serait renommé Immortals: Fenyx Rising par Ubisoft ?
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here