Fiche technique de DCeased Unkillables :

  • Prix : 15,5 EUR
  • Public : 12+
  • Collection : DC Deluxe
  • Date de sortie : 10 juillet 2020
  • Pagination : 136 pages
  • Scénariste: Tom Taylor
  • Dessinateur: Karl Mostert
  • Contenu vo: DCeased Unkillables #1-3

DCeased Unkillables est le second tome de Tom Taylor sur son run très particulier des héros zombies. Directement encré dans la timeline du premier tome, il s’agit donc d’un opus interconnecté avec le précédant et non une suite. Dans ce nouveau bouquin, nous retrouvons une bande de super vilains tâchant de rester en vie face à la pandémie créée par le virus d’anti-vie. De ce fait, le point de vue qu’offre DCeased Unkillables est un virage à 180 degrés vis-à-vis du tome précédent. Certains personnages de la bande disposent de capacités régénératrices ou tout simplement déjà mortes comme Grundy. Cela leur confère un certain avantage sur la contamination et leur rôle protecteur parait évident, d’où le nom « Unkillables« . Mais à quel point sont-ils invincibles?

« Un virus issu de l’équation Anti-Vie, l’arme fatale de Darkseid, a contaminé l’humanité, la plongeant dans une folie cannibale.
Les héros se retrouvent décontenancés et peinent à se réunir pour contrer cette épidémie. De leur côté, les super-criminels sont également dépassés et le jeu de la survie du plus fort commence au sein de cette communauté où tous les coups sont permis ! »

Tom Taylor joue beaucoup sur le tempérament agressif de ces super vilains pour rythmer le récit. Certaines personnalités sont plus compliquées à manipuler pour créer une atmosphère de coopération. Cela rend les choses plus complexes pour la survie du groupe. Mais l’écrivain tente également de jouer la carte du méchant qui sauve les gentils enfants survivants pour finalement les rendre plus touchants. Une manoeuvre un poil prévisible, mais qui fonctionne de toute façon.

DCeased Unkillables, tout dans les apparences

Les dessins de Karl Mostert sont excellents. Même si on aimerait un peu plus de détails sur le visage des infectés, les planches dégagent un certain dynamisme plaisant. On adore tout particulièrement l’intervention soudaine d’un personnage très connu de l’univers DC Comics, apportant un gros enjeu au récit. Cela permet de s’écarter de la banalité d’une simple épidémie zombie pour revenir sur les conséquences de l’absence de maitrise des super pouvoirs.

Le rôle véritable de DCeased Unkillables est de proposer aux fans une vision de ce que donnerait l’absence de contrôle sur les pouvoirs de certains personnages emblématiques. Sans ce contexte de héros ou de super vilains perdant la boule, il ne s’agirait que d’un simple récit d’horreur, mais au final, on se plait à observer tel ou tel personnage tourner en bête sauvage. Certaines interventions sont même très spectaculaires.

Seulement voilà, la conclusion du bouquin (relativement maigre), ne donne pas vraiment de statut d’avancement sur la situation. Il faudra encore attendre un nouvel opus pour voir la direction que prennent les évènements. Ici, Tom Taylor ne se contente que de gore et de drame sans vraiment faire avancer la problématique. DCeased Unkillables n’est donc à conseiller qu’aux fans de zombies pour une lecture sans prise de tête.

Une trame qui avance peu

DCeased Unkillables invite le lecteur dans un monde de de fantaisie exquis, sans pour autant s’aventurer dans une problématique profonde. L’infection au compte-goutte des différents méchants ou super héros est sympa, parfois choquante, mais c’est à peu près tout le côté spectaculaire du récit. Avec une morale placée sur le fait d’aider son prochain ou de ne pas passer une vie devant ses écrans comme un zombie, Tom Taylor se contente de peu pour tout donner du côté fan service.

Cet ouvrage, comme son prédécesseur, reste intéressant pour la vision de ce que peut donner le manque de contrôle de tel ou tel personnage et l’impact de son agressivité sur les autres. Cela dit, il nous donne la sensation que l’intrigue avance au pas. Du coup, on se demande combien de tome il faudra encore pour arriver à une conclusion.

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7,5
Article précédentTekken 7 : Bandai annonce la saison 4 en vidéo
Article suivantAvis – Batman Universe (Urban Comics)
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here