Fiche technique de Batman Universe :

  • Prix : 17,5 EUR
  • Public : 12+
  • Collection : DC Deluxe
  • Date de sortie : 26 juin 2020
  • Pagination : 192 pages
  • Scénariste: Brian Michael Bendis
  • Dessinateur: Nick Derington, Alex Maleev
  • Contenu vo: Batman Universe # ; « Citizen Wayne » (Batman Chronicles #21) ; « I Know » (Detective Comics #1000)

Aux États-Unis, DC Comics s’est lancé dans la réédition de comics déjà publiés durant cette décennie dans un format adressé aux grandes surfaces. Cette collection « Giant » s’accompagne de petits récits inédits histoire d’apporter avec ces ouvrages quelque chose de nouveau. Un récit sur le Chevalier Noir à été consacré à Brian Michael Bendis, autrefois réputé pour son travail chez Marvel. Actuellement occupé sur son run Superman, l’homme a posé quelques instants ses textes sur les dessins de Nick Derington pour créer une histoire inédite destinée à cette collection Giant. Par la suite, Urban Comics a décidé de compiler cette histoire à deux autres récits très courts dans Batman Universe.

« En tentant d’empêcher le vol d’un oeuf de grande valeur par le Sphinx, Batman ne va pas tarder à embarquer dans une aventure qui va l’emmener à travers l’espace et le temps.
En effet, l’oeuf en question possède des pouvoirs surnaturels et le commanditaire du Sphinx, Vandal Savage, tient absolument à le récupérer. Le Chevalier Noir devra faire appel à de nombreux alliés dont Green Lantern et le chasseur de primes du Far-West Jonah Hex ! »

Batman Universe implique le Justicier Capé et Green Lantern dans une course poursuite à travers différentes époques à la recherche d’un objet inconnu. Cet objet semble instable et extrêmement dangereux. Vandal Savage tente de s’en emparer, mais ne semble pas mesurer l’ampleur du danger. Au début de l’aventure, le Sphinx agis pour Savage, mais peine à convaincre. L’auteur lui donne en effet un rôle de larbin sans importance et le personnage ne parvient de ce fait pas à atteindre sa crédibilité. Très régulièrement laissé sur le banc de touche, on finit par se demander l’intérêt de son intégration dans le récit.

Tout se passe assez vite dans Batman Universe

À contrario, la poursuite de Savage comprend un aspect d’enquête qui nous ramène à l’âge d’or des aventures de Batman. Ici, tout se passe assez vite sans pour autant être brouillon. Le Chevalier Noir s’alliera à Green Lantern pour tenter de comprendre cet objet mystérieux, dont les radiations émises semblent sortir d’un autre monde. La conclusion de cette aventure est assez plutôt sympa, mais l’intérêt principal du récit est véritablement son coeur et ces voyages à travers différents lieux et époques. Le combat final se déroule assez vite, sans grande incidence, mais le tout reste bon enfant.

Les deux récits apposés à Batman Universe sont en revanche très mitigés. On se demande vraiment quel lien les unit et donne l’impression d’avoir été ajoutés pour du remplissage. Très courts, ils apportent une morale très rapide et ne proposent donc rien de très concret.

Batman Universe est au final plutôt divertissant et offre une narration intéressante. Le bouquin délivre sa dose d’action et ne s’engouffre pas dans des enjeux compliqués. On regrette juste le statut du Sphinx dont l’implication dans ce récit est contestable. Cette poursuite de l’objet inconnu et du grand méchant fait référence à tellement de films et séries d’action, allié à un soupçon de western que nous avons adoré. S’il ne révolutionne pas l’univers DC Comics, il est tout de même à découvrir pour les fans de Batou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here