Vous cherchez un jeu délirant à l’allure colorée et cocasse? Alors jetez plutôt un oeil à Journey to the Savage Planet, dès à présent disponible sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch. Après un passage remarqué sur consoles et PC puis intégré à l’offre alléchante du Xbox Game Pass, Journey to the Savage Planet termine son parcours sur Nintendo Switch avec un portage dont nous allons vérifier la qualité.

Journey to the Savage Planet, un concept complètement barré

Avec Journey to the Savage Planet, Typhoon Studios en est à son premier essai. Le jeu propulse le joueur dans l’espace pour le programme d’exploration spatiale Pioneer avant de faire s’écraser sa navette. Le voilà donc coincé sur la planète AR-Y 26 à la végétation luxuriante et à la faune intrigante. Les développeurs ont réussi à donner à leur premier né un côté esthétique très recherché et surtout singulier. Dès les premières minutes, le jeu détend l’atmosphère avec un humour et un cynisme omniprésent, mais bien dosé. Ici, pas de version française, mais bien québécoise. Avec leur accent si particulier, impossible de ne pas s’amuser à écouteur les nombreux discours dépourvus de crédibilité, mais donnant de renseignement précieux pour la suite des péripéties.

Journey to the Savage Planet débarque sur SwitchJourney to the Savage Planet dispose d’un gameplay divertissant

Journey to the Savage Planet est un jeu mêlant le style FPS à l’exploration. L’objectif sera de répertorier la flore et la faune locale à l’aide d’un scanner. Pour y arriver, EKO sera un assistant vocal délivrant constamment des indices et conseils pour l’exploration de l’environnement. Petit à petit, le joueur s’équipera de nouveaux accessoires, de nouvelles armes et compétences pour accéder à de nouvelles portions de map. L’environnement sait délivrer des environnements différents. Chaque découverte vient avec son lot de créatures et de ressources et un level design bien travaillé. Sur ce point Typhoon Studios a frappé fort puisque le jeu comprend une richesse très impressionnante qui fera varier le gameplay.

Journey to the Savage Planet propose un univers passionantLes combats font partie du gameplay, mais pas de la façon dont on pourrait l’imaginer. Chaque explorateur sera équipé d’une arme qui ne sera réellement utilisée que face aux plus gros ennemis. Le reste du temps, une attaque de mêlée (une claque) permettra de se débarrasser des petits nuisibles environnants.

L’exploration prime sur le scénario

Le monde de Journey to the Savage Planet laisse beaucoup de liberté au joueur. Si l’objectif de construire un inventaire de tout ce qui est vivant sur AR-Y 26, ce n’est en revanche pas un objectif sur lequel se concentre le jeu. Vendu comme une mission primordiale, le soft se détourne très régulièrement de tout ceci au profit de l’exploration en profondeur pour y trouver des passages secrets ou des reliques de civilisations passées. De plus, on regrettera vraiment le manque de récompenses suite à la complétion du répertoire de plantes et de bestioles sauvages.

Globalement, l’objectif et le scénario de Journey to the Savage Planet sont très abstraits et il est difficile de maintenir un véritable sens à tout ce que l’on fait. Il sera alors plus facile de se laisser guider pas à pas par l’assistant vocal et les publicités satiriques de la méga-société Kindred Aerospace qui vous a engagé.

Côté technique, le portage Nintendo Switch s’en tire plutôt bien. Les chutes de framerate sont occasionnelles et n’entachent en rien l’expérience. Par chance pour la petite console hybride, Journey to the Savage Planet n’est pas des plus gourmands en ressources. Ses textures relativement simplistes lui permettent d’étendre son terrain de jeu et fonder un gameplay abouti. Que ce soit en nomade ou sur une TV, l’esthétique est tout à fait appréciable.

Une aventure incontournable ?

Journey to the Savage Planet est une aventure surprenante et complètement barrée qui nous fera passer un bon moment. Tant sur le level design que les combats ou l’esthétique globale du soft, Typhoon Studios réussit son premier tir. Le fait de pouvoir apprécier l’aventure en coopération renforce cet attrait pour l’exploration. Le ton humoristique permanent du jeu et le choix de la langue québécoise est un très bon point qui ne plombe jamais le tout.

Chaque point du jeu est parfaitement étudié, à l’exception du scénario et de l’objectif principal. Rapidement le jeu, nous donne l’impression de vouloir prolonger sa durée de vie avec des objectifs secondaires nous détournant de notre véritable mission d’inventaire. Celle-ci reste d’ailleurs très peu gratifiante avec un gros manque de récompenses à la clé. Seule la découverte de nouveaux recoins de map à l’aide d’un jeu de puzzle dans les différents niveaux nous animera durant plusieurs heures. Dans la forme, Journey to the Savage Planet est irréprochable, mais c’est dans le fond que l’on perçoit un petit manque d’ambition qui, on l’espère, sera plus creusé dans l’avenir.

Points positifs:

  • Une direction artistique exquise
  • Un level design bien travaillé
  • Une aventure rythmée sur le ton de l’humour
  • la VF québécoise, tout simplement génial
  • De bonnes performances sur Nintendo Switch
  • Le prix de vente très raisonnable

Points négatifs:

  • Le manque de profondeur scénaristique
  • On a parfois l’impression de tourner en rond pour pas grand-chose
  • De l’aliasing bien présent


Fiche technique de Journey to the Savage Planet:

Éditeur : 505 Games
Développeur : Typhoon Studios
Date de sortie : 21 mai 2020 sur Nintendo Switch
Type : Aventure/FPS
Multi : non
Classe d’âge : 16 ans
Langue : français (Canada)

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8
Article précédentTEST – Pokémon Épée et Bouclier : L’île solitaire de l’Armure
Article suivantZAVVI: Unboxing de la Zbox de juin 2020
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here