Il aura tout de même fallu attendre 7 longs mois avant de pouvoir mettre la main sur le premier DLC des versions Pokémon Épée et Bouclier. L’île solitaire de l’Armure représente aussi le tout premier DLC de l’histoire de la franchise et est par conséquent très attendu des fans. L’arrivée de nouvelles versions semble pour cette année improbable. Game Freak semble avoir encore beaucoup de choses à raconter avec cette nouvelle génération, tout en implémentant de nouveaux Pokémon. Mais l’île solitaire de l’Armure vaut-elle le coup d’oeil?

Une nouvelle destination inspirée

Comme son nom l’indique, ce premier DLC nous emmène sur l’île solitaire de l’Armure, une annexe à l’est de la région de Galar. Loin de proposer une envergure égale à la copie de la carte de l’Angleterre, l’île solitaire de l’Armure est tout de même inspirée d’une nouvelle région britannique mais représente malgré tout un terrain de jeu assez étendu. Les dresseurs voyageront entre terre et mer pour y déceler les nouveaux secrets mis en place par les développeurs.

Pour accéder à l’entièreté du contenu de l’île solitaire de l’Armure, il faudra au moins avoir débloqué la bicyclette pouvant aller sur l’eau. Mais dès l’achat du DLC, le jeu remettra au joueur un Pass Isolarmure pour se rendre sur l’île. Une fois descendu de votre nacelle aérienne, une scientifique vous proposera de mettre votre PokéDex à jour afin de pouvoir enregistrer les données de la centaine de nouveaux Pokémon que vous croiserez. Il est intéressant de noter que ces Pokémon pourront aussi être obtenus par échange pour ceux qui ne possèdent pas le DLC.

Un scénario rapidement bouclé

Dès votre arrivée sur l’île, vous découvrirez votre nouveau rival, Sophora pour la version Epee et Saturnin pour Bouclier. Pas de panique, l’histoire ne changera pas d’un poil. À la suite du combat avec ce nouveau personnage, le jeu vous poussera à vous diriger vers le Dojo, une salle d’entrainement où vous attend Mustar, un ancien membre de la ligue. Le scénario de l’île solitaire de l’Armure commence véritable à partir de ce moment et tient à tout casser sur une grosse paire d’heures de jeu. Le vieillard vous demandera de réaliser plusieurs missions en tant qu’élève du Dojo. Ces missions ne seront vraiment pas difficiles, surtout si vous êtes arrivés à la fin du jeu de base. En théorie, l’île solitaire de l’Armure s’adapte au niveau du dresseur qui la découvre, mais plafonne hélas entre le niveau 60 et 70. Grosse déception pour les joueurs hardcore s’étant acharnés pour obtenir des créatures niveau 100. Pour cette partie de la communauté, ce premier DLC n’apportera aucun challenge.

Le dojo et son maître, Mustar, vous attendentWushours, un nouveau venu des plus stylés

Le DLC de l’île solitaire de l’Armure est concentré sur les combats, au détriment d’un scénario profond promis pour la seconde partie qui arrivera cet automne. Mais encore une fois, les seuls combats que vous disputerez dans cette nouvelle aventure ne sont autres que ceux du scénario. En tout, comptez une dizaine d’affrontements qui, pour rappel, ne sera qu’une partie de plaisir pour le joueur assidu. Le seul challenge réellement mis sur le tapis est l’ascension de la Tour de l’eau ou de l’Ombre (suivant votre choix) avec pour seul Pokémon Wushours, un pokémon légendaire spécialement créé pour l’occasion. Celui-ci évoluera en Shifours à la suite d’un entraînement et sera de type Combat/Ténèbres ou Combat/Eau en fonction de l’entraînement choisi. La cerise sur le gâteau est véritablement la forme Gigamax de Shifours, tout simplement impressionante.

Shifours et Wushours, un ajout intéressant

Le côté exploration toujours très présent

Outre l’entrainement de Mustar et l’acquisition presque gratuite de Wushours, il sera recommandé aux collectionneurs de Pokémon d’explorer l’île par tous les temps. De toutes façons, une quête secondaire demandera aux dresseurs de fouiller chaque recoin de cette nouvelle régions. En effet, dès le début de l’aventure, un PNJ déclarera avoir perdu 150 Taupiqueurs d’Alola ensevelis sur l’ensemble de l’île. Mais cette mission n’a que peu d’intérêt si ce n’est récolter une grosse dizaine de Pokémon de base comme Goupix d’Alola, Sablette d’Alola, un Ramoloss ou autre. L’objectif deviendra très vite répétitif et donnera la sensation d’avoir été implanté hors contexte pour allonger la vie du DLC.

Comme dit précédemment, le jeu s’enrichit de 100 monstres supplémentaires qui n’apparaitront que sous certaines conditions climatiques dans certains cas. Le farm est donc à nouveau de mise. Les étendues de verdure, la forêt, l’océan ou les grottes de l’île sont des habitats très variés. Les découvertes de nouvelles espèces seront fréquentes, ce qui rythme assez bien l’exploration. Durant notre tour de l’île, nous avons tout particulièrement aimé le fait de pouvoir explorer une vaste partie d’océan avec la possibilité de se faire poursuivre par un Sharpedo ou rencontrer un Wailord tout simplement gigantesque et de haut niveau.

Pokémon est-il fait pour le format DLC ?

L’île solitaire de l’Armure est un ajout sympa pour le jeu de base, mais pas indispensable, contrairement à ce que nous avions pu croire dans notre preview avec Nintendo Europe. Les contrées annexées sont très intéressantes dans leur construction et la diversité des nouveaux Pokémon qu’elles contiennent. Mais le scénario n’est pas vraiment à la hauteur de nos attentes, et le challenge l’est encore moins pour les très nombreux joueurs ayant bouclé la trame principale. Le défi que représente L’île solitaire de l’Armure pour un dresseur de haut niveau n’est qu’une partie de plaisir.

On aurait espéré que le DLC dépasse le cap du niveau 70 pour véritablement challenger n’importe quel joueur. En 7 mois d’attente, Game Freak a eu la possibilité de réfléchir à tous les aspects qu’implique l’arrivée d’une nouvelle aventure Pokémon à un jeu plié par une large partie de la communauté. L’île solitaire de l’Armure  donne simplement l’impression d’une nouveauté destinée à compléter un nouveau Pokédex pour justifier de nouvelles heures de farm. Le concept reste donc exactement le même que les versions de base et leurs Terres Sauvages. Rien de ce qui n’est proposé ne renouvèle vraiment l’expérience.

Points positifs:

  • Un nouveau pokémon légendaire qui en jette
  • 100 nouveaux pokémon à attraper
  • Des environnements variés
  • De nouvelles animations soignées
  • Le premier Pokémon de l’équipe qui se balade avec nous

Points négatifs:

  • Une aventure un peu courte
  • La recherche des Taupiqueurs n’a que peu d’intérêt
  • Un concept trop classique par rapport au jeu de base
  • Des problèmes visuels toujours perceptibles

Fiche technique de Pokémon Épée et Bouclier :

Éditeur : Nintendo
Développeur : Game Freak
Date de sortie : 15 novembre sur Nintendo Switch
Type : RPG
Multi : Oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
6,5
Article précédentTEST – Bioshock : The Collection sur Nintendo Switch
Article suivantTEST – Journey to the Savage Planet sur Nintendo Switch
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here