Après être apparue dans un film Suicide Squad en demi-teinte, Margot Robbie reprend son rôle d’Harley Quinn dans un spin-off dédié et cette fois dirigé par la jeune réalisatrice Cathy Yan. Suite non assumée de Suicide Squad, Birds of Prey se concentre davantage sur Harley Quinn et la façon dont elle vit sa rupture avec le Joker. Atour d’elle graviteront le reste de la bande des Birds of Prey que nous apprendrons à découvrir petit à petit.

Synopsis:

Vous connaissez l’histoire du flic, de l’oiseau chanteur, de la cinglée et de la princesse mafieuse ? Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn) est une histoire déjantée racontée par Harley en personne – d’une manière dont elle seule a le secret. Lorsque Roman Sionis, l’ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s’en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n’a d’autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…

Pour cette célébration de Harley Quinn, DC Comics et Warner Bros. se sont offert un casting de choix. Aux côtés de Margot Robbie qui interprète à merveille la femme déjantée qu’est Harley Quinn, nous retrouvons Ewan McGregor dans la peau du terrible Black Mask. S’ajoutent également Mary Elizabeth Winstead (Fargo/Gemini Man) dans le rôle de Huntress et Jurnee Smollett Bell pour Black Canary.

Avant toute chose, il est encore une fois important de dissocier l’univers comics et cinéma. Les personnages ne semblent en effet jamais refléter ce que DC Comics a construit durant des années, au service d’un scénario toujours tourné vers Harley Quinn.

Margot Robbie au top de sa forme

De son côté, l’ex-compagne du Joker s’en tire vraiment bien. Ce n’était d’ailleurs pas ce qui clochait dans Suicide Squad. Que ce soit pour ses traits que son interprétation, Margot Robbie donne une très bonne image du personnage. Déjantée, blagueuse, mais pas toujours raffinée,la criminelle sait très bien combler l’heure et demie de spectacle. On ne peut en revanche pas affirmer la même chose des autres membres des Birds of Prey. Black Canaru et Huntress, personnages charismatiques de l’univers DC, restent assez en retrait. Pire pour Huntress, subissant les moqueries constantes du reste des personnages, ce qui dégrade fortement sa crédibilité.

Margot robbie au top dans Birds of PreyCe n’est qu’en fin de scénario que les Birds of Prey, en tant que bande de super nanas, fait vraiment surface. Durant 20 bonnes minutes, nous assistons à un déluge d’action de leur part, alors que le reste du film ne se contentait que de pointer du doigt leurs faiblesses. Le scénario est donc assez inégal dans sa construction. Il propose néanmoins un humour constant et dosé, mais pas toujours subtil, ce qui pourra en agacer plus d’un.

Bon acteur, mauvais personnage

Le véritable raté vient du personnage de Black Mask. Si Ewan McGregor reste un excellent acteur, le script ne lui rend vraiment pas hommage. Le super méchant de l’univers de Batman, d’habitude si badass, se transforme en criminel maniaque à l’air efféminé et au Eyeliner trop présent. Birds of Prey surfe sur son impulsivité pour faire monter la crainte autour du personnage, sans jamais vraiment y parvenir. Cela n’est pas non plus aidé par la VF, qui ne colle absolument pas.

Dans son ensemble, le film est très coloré. La réalisatrice a visiblement mis les bouchées doubles pour les décors, qui sont à la fois variés et originaux. De l’usine d’Ace Chemicals au petit appartement de Harley en passant par la boite de nuit de Black Mask, tout est parfaitement créé pour donner une véritable identité visuelle au film.

Black Mask n'est pas crédible dans Birds of PreyBirds of Prey, un spin-off qui vaut le coup d’oeil

Birds of Prey, c’est avant tout un bon mélange entre action et humour, mais qui exploite de manière très maladroite l’univers DC. Harley Quinn  est à peu près le seul personnage à rester crédible alors que tout ce qui gravite autour d’elle ne semble être qu’un prétexte aux nombreuses farces et phrases choc lancées par le personnage. Le film aurait pu directement s’appeler Harley Quinn et les Birds of Prey, puisque le reste de la bande reste fort en retrait jusqu’à la scène finale qui semble se dissocier du reste du scénario.

Ce n’est pas pour autant que le film est mauvais, mais il faudra accepter ce petit côté de jeunes filles qui se rebellent comme des adolescentes qui en ont marre de se faire gronder par leurs parents. Dans tous les cas, si vous êtes fans du personnage de Harley Quinn, Birds of Prey reste à voir. Pour les puristes, il vaut simplement le coup d’oeil.

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7
Article précédentWarner Bros Games sera présent au DC FanDome
Article suivantNew Pokémon Snap et Pokémon Café Mix annoncés sur Switch
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here