Proposé pile à temps pour les fêtes de fin d’année dans nos salles de cinéma, Last Christmas présente une comédie romantique tâchant de ne pas tomber dans le trop classique. C’est notamment grâce à la douce Emilia Clarke en vedette du casting que le réalisateur Paul Freig va tenter de tirer son épingle du jeu.

Synopsis:
Kate traîne derrière elle une série de mauvaises décisions et erre dans Londres au son des grelots accrochés à ses bottes de lutin, seul emploi qu’elle ait réussi à décrocher dans une boutique de Noël. C’est pourquoi elle n’en croit pas ses yeux quand elle rencontre Tom qui semble voir en elle bien plus que ce qu’elle laisse paraître. Alors que la ville se pare de ses plus beaux atours pour les fêtes de fin d’année, rien ne semblait les prédisposer à nouer une relation. Mais parfois, il suffit de laisser opérer la magie de Noël, d’ouvrir son cœur et d’y croire…
L’aventure commence donc de façon plutôt traditionnelle, mettant dans un premier temps Kate (Emilia Clarke) en avant-plan. Après avoir fait le tour du personnage et de sa situation, c’est au tour de Tom (Henry Golding), un bel inconnu charmeur, de faire son entrée. Le spectateur se rendra rapidement compte que les deux protagonistes s’opposent assez bien dans leur façon d’agir. Kate se demande bien ce qu’un gars comme celui-là peut bien lui chercher. De son côté, Tom tente le tout pour le tout afin de séduire Kate en faisant bon nombre de pitreries, saupoudrées de sourires charmeurs.
Un amour impossiblme dans Last Christmas?
Malgré un scénario focalisé sur cette relation naissante et presque bizarre, la seconde moitié du film nous plonge dans un aspect beaucoup plus psychologie. La morale reste tout de même assez peu originale et, comme on pouvait s’y attendre, Tom pourrait être l’homme qui remettra de l’ordre dans la vie de Kate. Mais c’est véritablement la conclusion de Last Christmas qui bouleversera le déroulement de l’histoire et qui risque de faire couler quelques larmes.
Last Christmas n’est pas pour autant exempt de défauts. Le premier, et le plus flagrant, reste une alchimie peu perceptible entre les deux protagonistes. Entre Kate et son caractère si particulier et Tom, jovial et surjouant (trop) souvent ses émotions, il semble y avoir un gouffre bien plus profond entre les deux personnages que ce que le scénario veut nous laisser croire.Le jeu d’acteur de Henry Golding n’est pas vraiment resplendissant. C’est principalement Emilia Clarke qui portera toute la crédibilité de l’affaire sur ses épaules. On ne peut en effet que rester admiratif devant ses mimiques de visage et son incarnation parfaite du personnage de Kate.

Last Christmas n’est pas une déception, mais n’est surement pas incontournable non plus. Il reste une comédie romantique sympa avec un twist original pour se démarquer de la flopée de réalisations du même genre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here