Pour information, le développement de Daymare 1998 est assez particulier. L’équipe derrière le jeu travaillait initialement sur une démo d’un remaster du second épisode de Resident Evil. Malheureusement, Capcom mettra un stop à leur projet puisque le studio travaille déjà sur le soft de l’an dernier. Cependant, l’équipe italienne n’a pas voulu baisser les bras et continuer leur projet et c’est ainsi qu’est né Daymare 1998.

Daymare 1998 Evil

Le speech de départ n’a rien de vraiment original. Un laboratoire top secret développe certains traitements et d’une manière inconnue, un gaz inonde la station secrète tuant tous les scientifiques puis les ramènent à la vie sous forme de zombie. C’est après qu’entre en jeu une équipe d’élite chargée de récupérer ce fameux gaz, la section H.A.D.E.S. Vous commencez la partie par incarner un agent qui se veut remplir la mission coute que coute. Cependant, Daymare 1998 vous permettra de contrôler deux autres personnages, Raven qui fait également partie de l’équipe d’intervention et Samuel. Ainsi, sous forme de chapitre, vous allez explorer la station et bien plus encore avec les personnages qui défilent à tour de rôle afin que leur chemin se croise.

Du déjà vu non ?

Si vous ne connaissez pas l’histoire derrière le jeu et que vous commencez, vous risquez certainement de reconnaître son inspiration. En effet, il absurde de ne pas remarquer que le jeu d’horreur se calque en tout point à la saga RE. Cela peu être imager avec comme exemple le système de caméra, la personnalité de certain personnage, le système d’équipement ou de lot, les énigmes et même l’exploration dans la ville et ses environs, le modèle de checkpoint ou de coffres. Comme cela fut instauré très tôt, le seul moyen de tuer réellement un zombie est de logiquement lui tirer dans la tête. Daymare 1998 l’a bien compris avec la possibilité de nous positionner, armer notre arme et prendre le temps de viser pour faire plus de dégâts. Si sur le papier, c’est correct, il partage le même souci qu’avec Resident Evil puisque cette démarche marche de manière aléatoire, parfois ça va et parfois non.

Comme expliqué 2 paragraphe plus haut, vous devrez explorer les environs afin de trouver armes, munitions et soins. Cette mécanique se révèle être essentielle pour avancer dans le soft tant la difficulté de gérer les zombies est compliquée. En effet, si vous vous retrouvez face à une horde, l’esquiver est presque impossible, car vos mouvements sont réduits. L’unique moyen de vous en défaire sera d’user de chance en leur tirant dans la tête et d’en profiter pour fuir.

Le bas qui blesse

La première chose qui risque de vous frapper après avoir lancé le jeu est sans doute le rendu facial et graphique. Regard vitreux, tête rectangulaire, leur conception aurait très certainement été jugée « correcte » au lancement de la console. Or là, on se trouve justement en fin de vie et cela peut très certainement se justifier par le manque de budget. Ce défaut graphique ne se ressent pas seulement sur les personnages, mais également sur les zombies et les environnements.

En conclusion

En fin de compte, Daymare 1998 semble vouloir constamment rendre hommage à la saga des RE par le biais de clins d’œil et références bien trop appuyées. Le côté technique et graphique n’arrangera rien étant donné le peu de budgets que le studio a récolté pour faire le jeu. On soulignera malgré tout l’initiative a essayer de rendre honneur à la célèbre saga qui en a inspiré plus d’un.

Points positifs :

  • Une ambiance horreur assez réussie
  • Certaines énigmes qui cassent la routine du gameplay
  • Certains environnements bien anxiogènes

Points négatifs :

  • Gameplay rigide
  • Bien trop calqué sur son modèle
  • Un jeu d’horreur, mais sans la peur
  • Pas beau graphiquement parlant
  • Un scénario qui traîne en longueur et qui n’amène nulle part
  • La pauvreté des armes et du bestiaire

Fiche technique de Daymare 1998 :


Éditeur : Invader Studio
Développeur :
Invader Studio
Date de sortie : 28 avril 2020 sur PS4 et Xbox One
Type : Horreur
Multi : non
Langue : VOSTFR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here