Dans un souci de continuer à faire vivre The Division 2 en tant que bon « game as a service », Massive Entertainment propose une extension majeure en marge de la nouvelle saison de contenu. Warlords of New York est dès à présent disponible sur consoles et PC, amenant avec elle une tonne de nouveautés supplémentaire.

Warlords of New-York ramène les joueurs dans la ville du premier opus en ce début mars. Une fois l’extension lancée, il est recommandé pour les joueurs d’avoir atteint le niveau 30 et World Tier 5. Ceci dit, il est aussi possible d’attribuer un boost à l’un des personnages possédés pour le mettre au juste niveau. Cela permet au joueur de se plonger directement dans l’extension sans avoir besoin de farmer ou même d’avoir commencé le jeu. Mais ne vous en faites pas, la difficulté de l’extension se calque sur le niveau de l’agent. Elle est donc tout à fait réalisable pour un néophyte de la franchise. Une fois ce nouveau chapitre commencé, notez qu’il sera impossible de revenir à Washington avant d’avoir vaincu le boss final.

Warlords of New York c’est une nouvelle destination et de nouvelles cibles

Une chasse à l’homme commence. En tant qu’agent de la Division, vous devrez remettre les pieds à New York pour y remettre de l’ordre. Aaron Keener, renégat, sème la panique et tente de prendre le contrôle total sur la ville. Il n’est toutefois pas seul a agir. Dans sa démarche, cet ancien agent de la Division s’est entouré de 4 autres anciens membres. À la façon d’un Ghost Recon Wildlands, il faudra de manière logique se débarrasser des sbires de Keener pour arriver jusqu’à lui.

Aaron Keener est votre cible principaleWarlords of New-York s’ouvre à nous sous forme d’une carte recouverte de brouillard. La ville est divisée en 4 sections dans lesquelles il faudra enquêter. Enfin, enquêter est un bien grand mot. Une fois la destination choisie, le jeu fera en sorte de vous conduire droit à l’objectif. Chaque section représente un sbire d’Aaron Keener. Le principe n’est au final pas très différent du jeu de base. Il faudra enchaîner les zones remplies d’ennemis, les anéantir et arriver jusqu’au boss concerné.

Nous sommes ici dans un contexte où la Division n’est pas bien perçue par les habitants de la ville. Beaucoup de choses ont changé depuis le premier opus, et les survivants voient l’arrivée des agents comme le début d’une nouvelle vague de violence. Dommage que le jeu n’accentue pas plus ce sentiment d’inhospitalité avec les habitants qui agissent finalement de la même façon qu’à Washington.

Des  combats de boss plus stimulants

Si le gameplay n’a pas vraiment changé, on a tout de même remarqué un bel effort de la part de Massive Entertainment sur les affrontements de ces ennemis principaux. Se terrant chacun dans une zone particulièrement soignée en termes de level design, les mécaniques destinées à les faire tomber varient pour chacun d’eux. Le joueur devra à la fois surveiller les ennemis traditionnels, mais aussi le décor. Celui-ci peut rapidement jouer en notre défaveur.

Dans un sens, cette combinaison de gun fight et d’interactions avec le décor ajoute un beau cachet aux affrontements de boss. Alors qu’autrefois les combats contre les ennemis supérieurs se succédaient et se ressemblaient, Warlords of New York parvient plus facilement à mettre une identité sur chaque personnage principal et rend l’affrontement mémorable. La difficulté n’est malgré tout pas énorme. L’extension se met à la portée de tous, mais la victoire nécessite d’être vigilants. Une erreur peut vite être fatale et il faudra ainsi recommencer tout le combat ou la moitié si vous êtes arrivés au checkpoint.

Certains environnements de Warlords of New York sont somptueuxAaron Keener ne sera accessible qu’une fois ses 4 alliés vaincus. Peu surprenant nous direz-vous. Mais ce n’est pas parce que vous aurez enchaîné 4 victoires que vous pourrez foncer tête baissée sur lui. La mission principale l’impliquant requiert un niveau de 40, le nouveau seuil apporté par cette extension. Le jeu forcera par conséquent les joueurs à se pencher davantage sur les quêtes annexes pour engranger de l’expérience et du meilleur équipement.

Un système RPG plus clair

Le système RPG a lui aussi subi quelques changements à l’occasion de la sortie de Warlords of New-York. Cette fois, chaque pièce d’équipement présente des valeurs réparties sous 3 attributs: l’attaque, la défense et les compétences. De plus, chaque pièce peut être améliorée en portant un équipement complet. Par exemple, porter 3 pièces d’un même ensemble peut apporter un boost de régénération supplémentaire. Ce remaniement d’interface RPG rend les choses bien plus claires. Cela nécessite évidemment un petit temps d’acclimatation, mais la gestion n’en sera qu’améliorée.

Le contenu end-game reste de son côté plutôt classique. Après avoir abattu l’histoire principale en quelques petites heures de jeu, le joueur peut surpasser le niveau 40 avec un niveau SHD. Celui-ci octroie de belles récompenses, et il est dans l’intérêt du joueur de l’augmenter pour se préparer aux raids. Précisons aussi que, du coup, la ville de Washington rouvrira ses portes.

Warlords of New York ravive la flamme

Si elle ne révolutionne pas le jeu en soi, l’extension Warlords of New York de The Division 2 à le mérite d’implanter plusieurs nouveautés très sympas. On remarquera avant tout les efforts de Massive Entertainment à vouloir proposer une nouvelle campagne soignée. Les personnages introduits dans ce contenu additionnel possèdent une identité forte qui les fait sortir du lot par rapport aux antagonistes précédents. Cette fois, un simple dialogue radio pour les présenter ne suffit plus. Ubisoft use de cinématique en images de synthèse ou in-game pour afficher chacun des soldats d’Aaron Keener et lui-même. Pour la première fois dans The Division 2, nous avons clairement l’impression de faire face à une menace concrète.

La refonte du système RPG est aussi bienvenue. À présent, le loot devient plus clair et gérable. Les statistiques peuvent très vite être comparées. Il est dès lors plus facile d’équiper son personnage avec efficacité et rapidité. Cela annonce en tout cas un bel avenir pour la franchise qui, on l’espère, poursuivra sur cette lancée.

Points positifs:

  • Le nouveau seuil de niveau max
  • La refonte du système RPG
  • Une campagne mieux présentée
  • Certains environnements somptueux
  • Des personnages plus symboliques
  • Les nouvelles compétences à débloquer avec chaque boss

Points négatifs:

  • Un petit manque de difficulté
  • La durée de vie de la campagne principale
  • Outre les combats de boss, pas de changements dans le gameplay


Fiche technique de The Division 2 Warlords of New York :Fiche technique de The Division 2Éditeur : Ubisoft
Développeur: Ubisoft
Date de sortie : 3 mars 2020 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Shooter RPG
Multi : oui
Langue : français

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8
Article précédentCommand & Conquer Remastered arrive en juin sur PC
Article suivantTEST – Nioh 2 sur PS4
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here