Fiche technique de DCeased:DCeased est disponible chez Urban Comics

  • Prix : 22,5 EUR
  • Public : 12+
  • Collection : DC Deluxe
  • Date de sortie : 28 février 2020
  • Pagination : 240 pages
  • Scénariste: Tom Taylor
  • Dessinateurs: Trevor Hairsine, collectif
  • Contenu vo: DCeased #1-6, DCeased: A Good Day To Die #1

Le phénomène DCeased débarque enfin en Europe. Dans cette nouvelle série signée Tom Taylor (Injustice / Batman), l’univers DC prend une toute autre dimension et opte pour le genre horreur. Tout en surfant sur la vague des zombies et de ce qu’à proposé Marvel avant ça, DCeased est un run unique qui tire profit d’une thématique très peu abordée du côté de chez CD Comics.

Darkseid a de nombreuses fois tenté de conquérir la Terre et de réduire à néant les super-héros qui la défendent. Mais aujourd’hui, il y est parvenu.
Lors d’un combat contre la Ligue de Justice, le seigneur d’Apokolyps a déchainé toute la puissance de l’équation d’anti-vie, faisant ainsi du monde un enfer habité d’individus contaminés et hystériques qui se dévorent les uns les autres. Et face au chaos planétaire de l’anti-vie, les héros sont aussi vulnérables que désemparés.

DCeased, un scénario qui dégénère rapidement

Le récit commence avec une victoire. Mais très rapidement, le ton est donné. Darkseid faillit à sa tâche et crée par erreur un virus issu d’une dégénération de l’équation d’anti-vie. Celui-ci se propage rapidement, mais de deux façons. Il utilise premièrement lé méthode trèsLa Terre est en péril classique du toucher, comme tout bon virus zombie. Ensuite, chose plus étonnante, le virus d’anti-vie se transmet également par internet et les écrans. Quelle étrange décision qui, du coup, accélère la cadence des évènements par rapport à une épidémie classique.

Dans ce run, Tom Taylor ne semble pas faire de chouchous parmi les héros de la Justice League. Tous peuvent être infectés d’une façon ou d’une autre. Les évènements de DCeased sont assez captivants. Le scénario s’engouffre dans une problématique qui ne cesse de prendre de l’ampleur au fil des chapitres. À chaque page, un évènement vient alourdir la situation. Alors que l’on pensait que les choses ne pouvaient pas être pires, l’auteur nous démontre que si.

Une esthétique unique et propre

De son côté, Trevor Hairsine et ses collègues tiennent un excellent coup de crayon. Ils parviennent à étaler des moments d’horreur détaillés, parfois gores quand il le faut, mais jamais dans l’excès. Le character design est lui aussi respecté. Les détails de visages et de tuniques sont présents dans la plupart des planches et l’ensemble se présente très proprement. Le côté artistique de DCeased est en effet une réussite.

Soulignons enfin l’ajout de couvertures alternatives en fin de tome. Le travail artistique des différents dessinateurs talentueux est à ne pas manquer. Chapeau bas également pour l’adaptation de certaines affiches de films d’horreur bien connus comme The Conjuring et La Nonne version DC Comics. Un vrai régal pour les yeux.

En définitive, ce premier volume DCeased est excellent. Il délivre de l’action et un concept inédit sans surcharger le lecteur d’informations inutiles. L’action est bien présente, et on ne peut que rester admiratifs devant le scénario très sombre opposant les héros infectés à ceux qui tâchent de sauver une fois de plus la Terre. La fin reste un peu abrupte, mais nous tease déjà une suite qui s’avère riche en péripéties.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here