Fiche technique de Song Of Horror :

Éditeur : Raiser Games
Développeur: Protocol Games
Date de sortie : 5ème épisode en mars 2020 et sortie Xbox/PS4 le 2ème trimestre 2020
Type :  Point and click/Enquête
Multi : Non
Langue : VOSTFR

Prologue

L’aventure prend place en 1998 lorsqu’une maison d’édition envoie son employé/larbin Daniel, divorcé et ancien alcoolique, chercher un manuscrit fini et prêt à être publié auprès de Sebastien Husher, grand écrivain de renom.
Jusque-là tout va bien. Sauf que nos protagonistes n’ont sans doute pas vu la même cinématique d’introduction que nous. Du coup ils ne savent pas qu’une menace ténébreuse rôde autour de l’écrivain.

C’est en vous rendant à l’adresse de l’immense manoir des Husher que le doute commence à se faire sentir.
L’habitation semble déserte, personne ne répond aux divers appels et les portes se laissent franchir d’elles-mêmes. Un peu trop simple non? Une phase d’exploration s’ensuit et vous aurez l’occasion d’arpenter la bâtisse en plein jour, fouillant chaque recoin, sentant le drame arriver.
Car oui, rentrer impunément dans une maison aussi glauque est rarement une bonne idée.
Ahhh Daniel, tu aurais dû savoir qu’on était dans un jeu d’horreur!

Notre protagoniste trouve malin de suivre le bruit d’une mélodie inquiétante (cours !) jusqu’à la porte d’une cave (COURS !) et décide d’y descendre (?!?!?). Bien évidemment, il se fait piéger (sans blague), la porte disparaît derrière lui et il sombre dans la folie.
Les heures deviennent des jours et tout semble fini pour notre pauvre ami.

C’est à ce moment que la société d’édition s’inquiète de ne pas avoir récupéré son manuscrit chéri (on s’en fout de Daniel) et se décide à envoyer quelqu’un d’autre choper lui-même le livre. Nous n’en dirons pas plus afin de ne pas vous gâcher l’effet de surprise, mais sachez que les différents épisodes prendront lieux à différents endroits/moments afin d’éclaircir le mystère qui entoure Husher et son manuscrit interdit.

Les points d'intérêts sont marqués par des loupes
Lemmings Simulator

Premier constat sympa, Song of Horror vous propose d’incarner un héros différent parmi quatre personnages, le roster changeant à chaque épisode. Chacun de ceux-ci aura sa propre motivation afin d’élucider le mystère et aura ses propres compétences/statistiques.
Notons que les différentes interactions avec les objets seront propres à chaque personnage, la personnalité de celui-ci changeant les dialogues.

Mais pourquoi cette possibilité de choix me direz-vous ? Tout simplement parce que les morts dans le jeu sont définitives et qu’à chaque erreur vous devrez recommencer l’épisode avec un personnage différent, poursuivant votre enquête là où le précédent aura échoué.
Cette mécanique originale plaira à certains, mais frustrera les autres tant la difficulté du titre est aléatoire et par le côté punitif de chaque erreur.

Afin d’éviter une mort prématurée, il faudra être attentif aux moindres bruits et éviter les dangers en naviguant dans les différents lieux que vous proposeront les 4 épisodes disponibles actuellement (le cinquième et dernier épisode est prévu pour mars 2020)

Le son du silence

Le travail sonore est tout particulièrement bien travaillé, la spatialisation du son étant au cœur du gameplay et on vous recommandera de jouer en surround au casque. A titre informatif, nous avions précédemment réalisé un top 5 des casques gamer du moment.
Chaque bruit aura son importance, des lattes du plancher à votre cœur battant à tout rompre. Il vous faudra donc tendre l’oreille et écouter aux portes afin d’éviter de vous précipiter dans des endroits interdits.

Car une présence inquiétante rôde dans les différents lieux explorables et vous devrez faire en sorte d’éviter de croiser sa route. On ne parle pas d’un Némésis façon Resident Evil 2 et 3, mais bien d’une ombre menaçante bloquant certains passages, vous obligeant à trouver un chemin secondaire afin d’atteindre votre objectif et à vous cacher/vous défendre lors de certains passages.

Fausse bonne idée, ce ‘spectre’ est généré par rapport à vos déplacements et dépend d’une intelligence artificielle et non d’un script. lCe choix laisse place à de la frustration à certains moments. Si le jeu décide de vous bloquer une porte, il vous faudra arpenter les différentes pièces aux alentours afin de pouvoir revenir et continuer votre exploration.
Autant dire que votre carte et votre sens de l’orientation seront vos meilleurs atouts.

Un exemple de cinématique, doublées en VO
Sous le capot

Côté mécaniques de jeu, les phases d’explorations amèneront à des énigmes qui elles-mêmes débloqueront un accès à de nouvelles pièces. Un schéma classique pour le genre. Les déplacements quant à eux seront assez rigides avec des plans de caméras fixes.
Les phases de recherches feront grandement penser aux titres des studios Telltale ou Quantic Dream, avec des objets à interagir marqués par un point d’intérêt.

Song of Horror propose de beaux effets de lumières et d’ombres même si les animations des personnages feront parfois penser à des Playmobil. Il reste un gros travail à effectuer sur les animations faciales, choquant tout particulièrement lors des gros plans (CF la poupée de cire de Stromae du musée Grévin)

Contrairement à ce que son nom pourrait faire penser, le jeu n’est pas un titre horrifique à proprement parler. Ici, point de zombies ou tueur en série, on se trouve plutôt dans un thriller angoissant faisant échos aux œuvres de Lovecraft ou d’Edgar Allan Poe. Quelques ‘jump scare’ vous surprendront néanmoins, sans pour autant être bien méchants.

Song of Horror vous propose de vous déplacer dans des scènes aux caméras fixes

On vous parlait de la qualité de la bande-son, malheureusement seuls les dialogues sont doublés. L’ensemble des interactions avec les éléments se faisant sous forme de texte. Votre personnage aura quand même la délicatesse de ponctuer chaque ‘inspection’ d’éléments par des ‘Hmmm’, ‘Haha’ et autres ‘Yes !’.
Dommage.
On aurait aimé plus de travail sur les dialogues. Surtout pour un jeu narratif et surtout lorsqu’on voit le soin apporté à l’ambiance générale.

Point de vue durée de vie, comptez en moyenne entre une et deux heures pour voir le bout de chaque épisode, en fonction de votre réussite (ou non).

Pour les fans du genre

Song of Horror est un bain de nostalgie par rapport aux titres point and click des années 90. Nul doute qu’il plaira aux amateurs du genre et l’enquête sera suffisamment intéressante pour vous faire parcourir les différents épisodes. Dommage qu’il n’y ait pas plus de soin sur les doublages et sur les animations, le titre mérite plus. Quelques passages frustrants pourront néanmoins gâcher votre expérience, les morts étant assez punitives et parfois aléatoires. Nous attendons la sortie du cinquième épisode qui devrait clôturer l’histoire, plus qu’à voir s’il tiendra ses promesses.

Points positifs :

  • Une ambiance sonore efficace
  • Jeux d’ombres
  • Choix des personnages

Points négatifs :

  • Difficulté aléatoire
    Animations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here