Arrivée pile à temps en magasin pour le prochain cross-over des séries DC Comics, Crisis on Earth, Flash Saison 5 déboule avec comme synopsis une intrigue qui pourrait intéresser de nombreux fans.

Après avoir vaincu Clifford DeVoe, Barry et son équipe découvrent l’existence de Nora West-Allen, la fille de Barry et Iris venue du futur. Dotée des mêmes pouvoirs que son père, la jeune bolide a perturbé la chronologie et a fait apparaître Cicada, un tueur de méta-humains, plus tôt que prévu.

Un nouvel ennemi principal trop humain

Flash et son équipe feront la rencontre d’un nouvel ennemi dans cette nouvelle saison, Cicada. Ce dernier est d’ailleurs à nos yeux peu charismatique et assez mal interprété, surtout lorsqu’on y applique le doublage français. Ce n’est pourtant pas faute de chorégraphies de combat travaillées, mais aucune menace proéminente ne semble transpirer de ses paroles ou de ses intentions. Cet antagoniste donnera certes du fil à retordre à Barry, ce n’était pas sans compter sur les interventions in extremis de sa fille pour le sortir d’affaire. Bizarrement, on a la sensation que Flash n’est pas aussi efficace qu’il ne le devrait. Le scénario le pousse trop vite à être dépassé et met en avant des personnages secondaires comme Sherloque Wells, un personnage qui fera rayonner les performances d’acteur de Tom Cavanagh. L’arrivée de ce dernier donne un bon coup de pouce à l’équipe de Flash et ajoute un ton de sournoiserie et un soupçon d’humour pointilleux qui fait toujours plaisir dans un contexte aussi rectiligne depuis quelques saisons. D’autre part, Elongated Man et Cisco Ramon (Vibe) sont tous deux des personnalités montantes dans la série. Le premier semble cacher un destin plus important alors que le second prend les choses à cœur et incorpore beaucoup d’émotions diverses au scénario. La conclusion de cette cinquième saison éclaircit également le doute sur le retour d’une figure emblématique dans le camp des méchants, mais nous éviterons de vous en dévoiler davantage pour ne pas vous spoiler.

Une sous-intrigue rendant le tout plus attrayant

Le plus intéressant dans cette Saison 5 n’est sans doute pas la trame principale, hélas. Celle-ci est relativement prévisible et use de raccourcis scénaristiques trop évidents. Non, c’est véritablement autour de l’élément de fin de la Saison 4, Nora West-Allen, que tout semble se passer. Ce personnage ne tarde pas à dévoiler la raison de sa présence. En provenance du futur, ce personnage ne rêve apparemment que de revoir ses parents. Elle amène avec elle quelques faits intrigants au sujet de Flash dans ce futur, mais ses intentions semblent malgré tout encore floues sur certains points. C’est alors au spectateur de déceler cette part de mystère qui subsiste en arrière-plan pendant que les échanges entre le héros Flash et son nouvel ennemi font rage.

Des enjeux plus personnels et familiaux

Comme nous le disions plus haut, l’antagoniste principal de cette saison manque cruellement de prestance. A côté de ça, Barry et compagnie ne semblent pas mettre le doigt sur les enjeux des actes de cet ennemi et se détourne assez facilement sur des problèmes de famille. Les actes et paroles de la petite Nora poseront beaucoup de séquences de questionnement et de doute chez Barry et Iris West-Allen. Le touche psychologie est donc plus évidente et pour cause, celle-ci servira de tremplin au grand final et faire grimper la hype chez les fans pour la prochaine saison et l’événement cross-over Crisis on Earth. Il en va de même pour les amis de notre héros. Le script appuie effectivement sur l’importance des décisions prises par chacun tout en prenant en compte les répercussions que cela pourrait avoir sur les autres.

The Flash Saison 5 n’est donc pas le meilleur cru de la série. La faute à un ennemi relativement oubliable et d’autant plus affecté par un mauvais doublage français. Pourtant, tout semble prendre une bonne direction pour la suite de la série. Les effets spéciaux sont de bien meilleure qualité qu’auparavant, certains acteurs rentrent bien dans la peau de leur personnage et le tout semble reposer sur un pilier costaud et rempli de plans scénaristiques ambitieux. C’est donc une sensation de saison de transition qui découle de cette vingtaine d’épisodes. Fort heureusement, la présence de Nora, la fille de Flash, suggère une suite prometteuse. Le script est donc mitigé, mais bon lorsque l’on regarde entre les lignes. Tout se joue au cœur des relations de Barry avec sa fille et ses amis, moins dans ses combats. C’est un peu dommage, mais on attend de voir ce que donnera la sixième saison et le prochain cross-over d’envergure.

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
7
Article précédentAvis – Assassin’s Creed Odyssey sur Google Stadia
Article suivantHorizon Zero Dawn et Uncharted: The Lost Legacy dans le catalogue PS Now très bientôt
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here