Vous ambitionnez de devenir un gamer professionnel ? L’équipe esports de Sector One vous donne 4 conseils.

Le métier de gamer professionnel a le vent en poupe. Les gamers professionnels s’entraînent quotidiennement pendant plus de 12 heures afin de devenir les meilleurs de leur catégorie. Remporter un grand tournoi peut rapporter des millions d’euros et la gloire éternelle auprès des fans. Mais qu’est-ce qui fait la différence entre un gamer professionnel et un amateur ? Nous avons demandé conseil à Damien Rapoye, managing director de l’équipe esports de Sector One.

Créée en 2014, l’équipe eSport Sector One est aujourd’hui l’une des plus importantes au Benelux. Elle est notamment réputée dans le domaine des compétitions de League of Legends ainsi que Hearthstone et si ces deux jeux sont relativement différents dans leur approche, ils restent extrêmement compétitifs.

Damien Rapoye nous donne quelques détails très intéressants quant aux bases nécessaires pour forger de véritables compétiteurs eSport: « Dans ces jeux, tout est dans les détails. Tout comme dans les sports traditionnels que sont le football ou le tennis, nos joueurs s’entraînent dur pour être les meilleurs. Nous organisons par exemple trois à quatre fois par semaine des « scrimblocks », c’est-à-dire des séances d’entraînement lors desquelles nous affrontons d’autres équipes ou joueurs (semi-)professionnels. Chaque joueur se voit également attribuer un schéma d’entraînement personnel et des objectifs propres, afin d’acquérir de nouvelles tactiques.« 

Sector One n’en est pas à son coup d’essai : l’équipe a déjà préparé plusieurs joueurs au fleuron mondial. L’ancien joueur Gabriël « Bwipo » Rau, par exemple, joue actuellement dans l’équipe League of Legends, composée de cinq membres, de Fnatic. L’an dernier, ils ont décroché l’argent au championnat du monde en Corée du Sud. C’est la raison pour laquelle Damien Rapoye, l’une des forces motrices qui se cachent derrière Sector One, sait comment transformer un joueur amateur en un gamer professionnel. Il vous donne quatre conseils pour porter vos performances de jeu sur ordinateur à un niveau supérieur.

Conseil 1 : Personnalisez vos paramètres

Contrairement aux consoles Xbox One et PlayStation 4 ne délivrant qu’une configuration spécifique qu’il est impossible de modifier comme bon nous semble, le gaming sur PC est quant à lui très permissif. C’est aussi pourquoi les joueurs doivent prêter attention aux composants utilisés s’ils veulent rivaliser avec les meilleurs joueurs mais globalement, c’est avant tout le paramétrage de la machine qui reste le premier point essentiel.

Damien Rapoye continue en nous expliquant clairement les besoins que pourraient avoir les joueurs en fonction du jeu sur lequel ils s’entraînent: « Dans Hearthstone par exemple, peu importe que le jeu tourne avec souplesse ou non. Dans des jeux de tir à la première personne par contre, comme Counter-Strike, vous voulez un nombre maximal de frames per second (FPS). Pour le gaming de haut niveau, une moyenne de 150 FPS est indispensable.« 

Il est aussi fréquent de rencontrer une framerate peu élevée ou, pire encore, des saccades.

« Vérifiez alors les paramètres de votre ordinateur ou jeu. Diminuez les options graphiques in-game ou jouez à une résolution inférieure. Diminuez au maximum le nombre de programmes qui tournent en fond. Nombre de gamers ont décidé de se passer d’un antivirus, qu’ils comparent à un limiteur de vitesse sur une voiture de course. Vous jouez sur un ordinateur portable ? Veillez alors à brancher votre ordinateur portable sur secteur ou à ce que les paramètres de la batterie ne limitent pas les performances de votre jeu. Pour terminer, une connexion à Internet stable est indispensable. Quiconque rêve de devenir (semi-)professionnel doit opter pour une connexion à Internet câblée. Car sport électronique et WiFi ne font pas bon ménage.« 

Conseil 2 : Pensez ergonomie

Si les différentes marques de périphériques PC misent tout sur l’ergonomie et l’efficacité, ce n’est pas pour rien. Adopter une mauvaise position devant l’ordinateur ou mal exploiter l’espace du bureau peut poser de sérieux problèmes pour les joueurs professionnels. Une douleur peut par exemple se manifester au niveau des poignets et se transformer en redouté syndrome du canal carpien. Des douleurs dorsales, dues à une mauvaise assise, peuvent également constituer un obstacle.

A ce sujet, Damien Rapoye adopte le dicton « Un corps sain dans un esprit sain » et poursuit:  « Il est dès lors essentiel d’adopter une bonne position devant l’ordinateur. Achetez une chaise de bureau de qualité, afin que vos bras puissent reposer sur votre bureau, et prévoyez un espace suffisant pour déplacer votre souris. Diminuez la luminosité de l’écran le soir pour préserver vos yeux. Mais surtout : pratiquez une activité physique ! Les grandes équipes de sport électronique font souvent appel à des coaches physiques, pour obliger leurs joueurs à bouger plus.« 

Si malgré tout des douleurs subsistent aux poignets, l’homme rassure: « Pas de panique : il y a une foule d’exercices que vous pouvez faire à la maison pour protéger vos poignets, comme l’étirement de vos doigts. Pour obtenir de plus amples renseignements, contactez de préférence votre médecin ou kinésithérapeute.« 

Conseil 3 : Une bonne communication est essentielle

Un gamer sans casque est impensable dans les compétitions de jeux en équipe. « Dans un jeu d’équipe comme League of Legends, une communication fluide est essentielle. Quand vous jouez seul, vous pouvez utiliser le chat ou les notifications, mais en équipe, la communication verbale est indispensable. Son efficacité et sa qualité sont généralement ce qui fait la différence entre un joueur amateur et un gamer professionnel.« 

Il vous arrive de vous énerver et de jurer dans le chat lorsque les choses s’enveniment? Ce n’est pas un problème, Damien Rapoye vous encourage même à le faire pour passer vos nerfs: « Se défouler, cela fait partie de la compétition. Nous l’encourageons même. Conseil : jurez un bon coup sur le chat et utilisez ensuite la touche backspace pour effacer votre tirade.« 

Conseil 4 : Investissez dans du matériel de qualité (le must : le SSD M.2 !)

Si l’on peut dire que l’habit ne fait pas le moine, le matériel fait bien le gamer! Jouer sur un équipement d’entrée de gamme n’est pas chose impossible bien sûr mais dans les compétitions ou le moindre mouvement et la moindre seconde peut être déterminante pour la conclusion d’un match, le matériel utiliser peut dans la plupart des cas être un facteur limitant. « Choisissez par exemple une souris adaptée à votre main. » continue Damien Rapoye. « Certaines conviennent mieux à une palm grip (si vous laissez reposer toute votre main), tandis que d’autres conviennent mieux à une claw grip (seuls les bouts des doigts touchent la souris). Vous pouvez également investir dans un bon casque, un clavier mécanique ou un écran à fréquence de rafraîchissement élevée.« 

« En plus de périphériques, vous avez bien entendu également besoin d’un PC de gaming de qualité. La technologie est un mystère pour vous ? Prêtez alors attention à ces deux composants : la carte vidéo et le type de stockage. La carte vidéo représente la puissance graphique de votre machine. Le type de stockage détermine notamment la rapidité de chargement de votre jeu ou des textures de jeu.« 

La question du disque dur classique ou du SSD se pose alors quand il s’agit d’installer un jeu. Cela fait-il vraiment la différence? La question a bien entendu aussi été posée au managing director de l’équipe esports de Sector One.

« Un SSD rend non seulement votre ordinateur extrêmement rapide mais réduit également le temps perdu avec les écrans de charge. Si les SSD étaient auparavant assez onéreux, ils se démocratisent de plus en plus. Un disque dur classique reste une bonne solution pour la sauvegarde par exemple de jeux, documents ou photos, mais ceux qui sont à la recherche de vitesse dans leurs applications et jeux doivent clairement opter pour un SSD.« 

Attention : tous les SSD ne se ressemblent pas ! « Nos gamers possèdent un SSD M.2, et plus précisément le Seagate FireCuda 510 SSD. Un disque de ce type est bien plus petit qu’un SSD classique mais affiche des vitesses jusqu’à six fois supérieures. Car ceux qui veulent faire leurs preuves dans le sport électronique ne veulent bien évidemment pas perdre à cause d’un matériel moins performant que celui de l’adversaire.« 

Vous avez envie de porter votre expérience de jeu à un niveau supérieur ? Voilà pourquoi le Seagate FireCuda 510 SSD est votre allié :

– Petit et puissant

Ce SSD M.2 est non seulement compact mais aussi extrêmement rapide.

– Performances de gaming inégalées

Dites adieu aux temps de chargement. Profitez d’un respawn plus rapide pour venir à bout de tous vos adversaires.

– Espace pour une vaste bibliothèque de jeux

De gros jeux ? Pas de problème grâce aux capacités de 1 et 2 To.

– Gaming sans souci

Un accident est arrivé ? Avec la garantie de 5 ans, dormez sur vos deux oreilles.

Les compétitions eSport ciblent aussi les consoles bien sûr. Si plus haut nous soulignons le fait qu’il est impossible de modifier les composants d’une console, le disque dur peut quant à lui être changé pour atteindre un stockage plus important que le traditionnel 1 To. Les Seagate Game Drives pour PS4 (infos ici) et Xbox One (infos ici) permettent d’attendre jusqu’à 4 To d’espace de stockage supplémentaire en externe pour sauvegarder vos jeux. Différentes versions, au look-and-feel parfaitement adapté à votre console, sont disponibles, comme le Seagate Game Drive for Xbox et le Seagate Game Drive for PS4.

En vente sur Alternate et Coolblue:
Seagate FireCuda 510 SSD
Seagate Game Drive for PS4
Seagate Game Drive for Xbox

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here