La petite araignée sympa du quartier revient en force avec une seconde aventure qui lui est entièrement dédiée dans Spider-Man: Far From Home. Après les tragiques événements d’Avengers Endgame, Peter Parker à l’étrange sensation que Tony Stark attend quelque chose de lui après son décès. Notre héros, s’aventurant cette fois en Europe aux côtés de Ned, MJ et les autres élèves pour un voyage scolaire, est loin de se douter qu’un complot malsain tournant autour de l’ensemble de la technologie Stark Industries se prépare dans l’ombre.

Après tout ce que notre héros a vécu dans les précédents Avengers, le besoin de repos envahit Pete. Mais pour Tante May (Marisa Tomei), il est impensable que notre jeune héros s’en aille avec son costume. Peter ayant juré de faire une pause va néanmoins devoir faire face à une nouvelle menace en rusant pour ne pas que ses disparitions coïncident avec l’apparition de Spider-Man en Europe aux yeux de sa classe, et surtout MJ!

Si l’on pouvait reprocher au premier film sur l’homme araignée avec Tom Holland dans le costume d’être un peu trop enfantin, Spider-Man Far From Home semble ne plus se reposer sur les mêmes petits défauts. Cette fois, l’intrigue dépasse un peu plus Peter Parker et met en jeu un système d’armement Stark pouvant affecter la planète. D’entrée de jeu, le fait que Stark ait légué à Peter le commandement de sa technologie implique de grosses responsabilités pour notre petit protagoniste. Du coup, entre deux manipulations maladroites et assez amusantes, Peter s’affiche stoïquement à réfléchir mûrement sur l’impact qu’auront les décisions de Stark sur sa vie. Non, il n’est pas le nouvel Iron Man, mais tout porte à croire que notre génie de la technologie croît assez en Peter pour que celui-ci adopte une certaine maturité (qui manquait un peu dans le premier opus) afin de tout gérer en cas de crise.

Côté antagonistes, l’arrivée de Mysterio est une aubaine pour les fans de Spidey. Ce personnage mythique de l’univers Marvel possède un character Design très bien pensé et original qui le réalisateur Jon Watts a su retranscrire avec succès, notamment appuyé par les talents d’acteur de Jake Gyllenhaal. Le personnage joue ici un double jeu tout au long du film et la réalisation à minutieusement été préparée pour ne pas jeter le doute immédiatement sur le spectateur.

En marge du casting toujours impeccable, on remarquera que dans sa globalité, Spider-Man Far From Home est une superbe galerie d’effets spéciaux. Que ce soit au niveau de la destruction des décors, de la réalisation de Mysterio et ses pouvoirs, les monstres élémentaires ou les acrobaties de Spider-Man, tout est parfaitement orchestré. On aura tout particulièrement aimé les tromperies visuelles de Mysterio qui nous font passer d’une scène à l’autre. Voir Spider-Man confondre ce qui est réel et ne l’est pas à cause de son opposant perd aussi un peu le spectateur, et c’est tant mieux. Cela sort le scénario d’une certaine linéarité et fait bouger pas mal de choses dans le fil conducteur de la trame. C’est donc la deuxième claque visuelle offerte par un film sur le héros en très peu de temps, juste après l’excellent Spider-Man New Generation dans un registre animé.

En somme, ce Spider-Man Far From Home renouvelle la formule de son prédécesseur en y incorporant une pléthore de scènes à effets spéciaux incroyables. Notre petit Peter Parker reste toutefois fidèle à lui même. Jeune, dynamique et maladroit, il enchaînera les bêtises et les situations fâcheuses sans jamais délivrer la blague de trop. Parallèlement au ton de Spider man far from home water elementall’humour bien présent, la romance entre Pete et MJ ne prend jamais le pas sur les événements avec Mysterio et reste assez en retrait pour ne pas tomber dans le film à l’eau de rose, et c’est tant mieux! Le tout est donc une totale réussite pour l’un des super-héros préférés des fans de Marvel. Certes, on peut ne pas aimer cette version du « Spider-Man qui a encore beaucoup à apprendre », mais on ne peut en aucun cas retirer au film sa qualité de réalisation et le jeu d’acteurs tout simplement impeccable. Les enjeux dépassent cette fois les rues de New-York et la conclusion est aussi respectable que n’importe quel autre production Marvel… Bravo Sony!

Au menu de la version 4K

Comme toute bonne production Sony Pictures qui se respecte ces dernières années, Spider-Man Far From Home vient bien entendu dans une version 4K que nous allons vous décortiquer. Le boitier comprend donc comme d’ahbitude la version 4K et le Blu-ray du film mais intègre également des bonus qui, eux, ne sont pas disponibles en UHD. Sony a intégré pour les fans des bêtises de Luke Holland un bêtisier du tournage ainsi que 5 scènes coupées. PAr la suite, un making-of en bonne et due forme est au programme avec des explications sur la façon dont l’équipe de tournage gère le fait que Tom Holland grandit, les différents lieux de tournage, la conception de Mysterio, les 5 costumes de Spidey ou encore des commentaires sur la façon de travailler de Jon Watts avec Tom Holland et bien plus encore.

Pour ce qui est de la technique, le Blu-ray UHD propose une piste Dolby Atmos en VO et opte pour DTS-HD 5.1 pour le français. Sony ne faisant jamais les choses à moitié pour la qualité visuelle, nous avons même droit à du HDR10 et un master Dolby Vision pour du grand spectacle, contrairement aux productions Disney qui semblent totalement laisser ce cachet de côté. Cela permet notamment au film de proposer des noirs plus intenses et des couleurs assez bluffantes, ce qui est un atout de taille dans un film où le voyage entre différents pays constitue le cœur du scénario. Malheureusement, Spidey ne s’offre pas de pure 4K à proprement parler mais bien un upscale de 2K. C’est amplement suffisant pour obtenir une image détaillée et contrastée au mieux à l’aide du HDR bien sûr, mais cela manquera toujours de cette extrême finesse que les détenteurs de TV 4K dernier cri attendent.

La version 4K de Spider-Man Far From Home est en conclusion plutôt satisfaisante et fait mieux que la plupart des productions Marvel de Disney. La qualité s’en ressent immédiatement grâce aux options implantées par Sony. Le film est ainsi très qualitatif sur le plan visuel tant que sur ses pistes audio. On en regrettera encore une fois que l’absence d’une piste française en Dolby Atmos, ce qui nous empêche de profiter pleinement de notre installation.


SITE OFFICIEL DE SPIDER-MAN FAR FROM HOME


RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
9
Article précédentSekiro: Shadows Die Twice offre un thème dynamique sur PS4
Article suivantSony fera ses dernières grosses annonces de 2019 le 10 décembre
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here