Fiche technique de Darksiders Genesis :

Éditeur : THQ Nordic
Développeur: Airship Syndicate
Date de sortie : 5 décembre 2019 sur PC et Google Stadia
Type : Action/aventure
Multi : En ligne ou coop locale
Langue : français

Suite au succès de Darksiders III, les joueurs ne pouvaient qu’espérer une suite en bonne et due forme aux aventures de Fury. Les développeurs avaient en effet confirmer qu’un nouvel opus verrai le jour si le succès commercial de ce troisième chapitre était au rendez-vous, mais rien ne nous préparait à voir débarquer aussi rapidement un spin-off sur la série avec Darksiders Genesis. En attendant un jeu de plus pour la saga principale, Genesis propose quelque chose de relativement différent de ce que nous avons expérimenté jusqu’à présent.

Avec une vue hack’n slash et des mécaniques que l’on doit beaucoup à la série Diablo, le joueur prend le contrôle de Guerre, un cavalier bien connu des fans pour avoir été le premier personnage à être contrôlé par les joueurs, et Discorde, le quatrième et dernier cavalier de l’apocalypse qui a franchement la classe et aime beaucoup parler. C’est ainsi que sous la direction du Directeur Artistique de la série de jeux, Joe Madureira, son nouveau studio Airship Syndicate espère nous séduire avec un concept inédit apportant un brin de fraîcheur à Darksiders.

Une nouvelle aventure palpitante

Si vous suivez la série depuis ses débuts, vous savez probablement que les quatre cavaliers de l’apocalypse sont des hybridations entre anges et démons ayant reçu un immense pouvoir afin d’exécuter les ordres du conseil afin de garder l’équilibre à travers l’existence. Ce pouvoir leur étant attribué à cependant un prix. Les cavaliers ont en effet reçu pour mission incontestable d’éliminer le reste de leur peuple Nephilim sur Eden. Darksiders Genesis se déroule précisément avant les événements du premiers opus. Guerre et Discorde sont donc encore sous le choc de cette mission sanglante mais n’ont pas le temps de se reposer sur ces actes.

L’aventure démarre au moment où le Conseil soupçonne Lucifer, le roi des démons énigmatique et trompeur, de préparer un plan menaçant l’équilibre maintenu en place depuis si longtemps par le Conseil. Discorde et son frère Guerre sont donc tâchés de retrouver ses généraux et leur soutirer des informations à travers une succession de missions les amenant dans des endroits au level-design varié et à l’esthétique minutieuse tout droit sortie de l’imagination de Joe Madureira.

Un gameplay classique, efficace et ergonomique

Disponible dans un premier temps sur Google Stadia et PC, le studio recommande cependant l’utilisation d’une manette afin de mieux prendre en mains le soft qui, malgré son allure, tient beaucoup de la saga principale. Les joueurs habitués retrouveront d’ailleurs très vite leurs repères. Que ce soit pour Guerre ou Discorde, les contrôles sont similaires. Il y a une touche de (double) saut, une d’attaque de base, un dash, les flèches directionnelles pour l’utilisation d’objets et un petit combo de touches pour les attaques spéciales. Par la suite, quelques rares nouvelles armes, munitions spéciales et compétences seront accessibles pour nos deux Cavaliers. Un moyen de faire varier le système de combat mais également de déverrouiller de nouveaux passages dans les niveaux avec des mécaniques de puzzles parfois bien pensées.

Au fil des missions, le joueur finira rapidement par tomber dans le HUB central du jeu où Vulgrim, un démon rusé, fera office de marchand de boosts en tout genres. C’est à partir de ce point que le joueur se dirigera ensuite vers chacune des missions principales. Le passage auprès de ce PNJ est donc incontournable et c’est à cet endroit que les dépenses d’âmes et de monnaie in-game s’effectueront.

Un duo qui se complète

En jeu, il est possible de changer à n’importe quel moment de personnage. Guerre et Discorde ne se jouent cependant pas de la même manière. Le premier possède des attaques plutôt corps-à-corps et très efficaces, ce qui peut être dangereux dans certains cas mais offre aussi une belle résistance aux dégâts de mêlée. A contrario, Discorde est redoutable à distance avec ses armes à feu mais il est déconseiller de se frotter aux créatures en face-à-face. Le gameplay est donc ici plus dynamique et demande de prendre de la distance, sauter et esquiver. Par chance, le combat design de Darksiders Genesis est très réactif, on adorera tout particulièrement la visée avec le joystick gauche (ou la souris) qui s’avère très ergonomique et permet d’être très précis. Chacun de nos deux cavaliers possède ses propres jauges et l’alternance est ainsi très intéressante stratégiquement puisque l’avantage peut être rapidement pris sur un ennemi est à l’avantage de l’un de nos deux personnages.

Le système de progression de Darksiders Genesis n’a pas vraiment grand chose pour faire rougir la concurrence. En éliminant des ennemis, ceux-ci donnent aléatoirement des âmes, de munitions ou dans certains cas des des artéfacts à utiliser dans l’arbre de compétence assez simple proposé par le jeu. Celui-ci se divise en trois embranchements, la santé, l’attaque et la colère. Autant vous dire que le côté RPG du soft est très light, les développeurs ayant tout misé sur l’action à proprement parler. Cet aspect simpliste peut donc refroidir plus d’un joueur en recherche d’une expérience très personnalisable mais cette mécanique de loot sur les ennemis peut en pousser plus d’un à farmer certains niveaux pour améliorer les deux Cavaliers. Dans les niveaux sont également cachés des coffres dissimulant des bonus temporaires divers utiles à la progression et aux combats. Inutile de chercher très longtemps, on tombe forcément dessus la plupart du temps mais dans certains cas, de la souplesse sera nécessaire pour l’atteindre.

Dans sa globalité, Darksiders Genesis est un très bon jeu d’aventure. Il sait proposer son lot de contenu sans toutefois s’égarer dans des nouveautés hasardeuses pour tenter de sortir du lot. Il y a beaucoup de classique dans le soft et un aspect RPG très simple mais l’aventure et la patte graphique qui tient beaucoup des premiers jeux de la franchise sauront sans aucun doute séduire les fans. Le gameplay est quant à lui très ergonomique et plaisant. Le jeu est d’autant plus appréciable en coopération et dispose même d’une option d’écran partagé, ce qui est assez rare de nos jours pour le souligner. Vendu à environ 40€, la vingtaine d’heure de jeu nécessaire pour clôturer l’aventure principale est totalement rejouable dans des difficultés plus élevées. On ne reproche au final au titre qu’une petit manque de ramifications et de secrets dans les niveaux et une caméra jouant des tours aux jumping puzzles. Enfin, précisons que Darksiders Genesis ne s’adresse pas seulement aux fans hardcore de la série puisque le scénario n’est pas des plus difficile à comprendre.

Points positifs:

  • Une direction artistique fidèle à la série
  • Discorde est très agréable à jouer
  • Le combat design ne propose rien de nouveau mais est efficace
  • Un mode coop en ligne et du split-screen
  • Une durée de vie respectable
  • Le prix de lancement

Points négatifs:

  • Un aspect RPG un peu trop light
  • Le level design et l’angle de caméra amènent quelques imprécisions dans les mouvements, surtout dans les jumping puzzles


SITE OFFICIEL DE DARKSIDERS GENESIS


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8
Article précédentDestiny 2: la roadmap de la Saison de l’Aube détaillée
Article suivantMarvel’s Spider-Man 2 est pour 2021 sur PS5
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here