• Fiche technique de Joker Renaissance:
  • Prix : 35 EUR
  • Public : 12+
  • Collection : DC Essentiels
  • Date de sortie : 27 septembre 2019
  • Pagination : 416 pages
  • Scénariste: James Tynion IV, Scott Snyder
  • Dessinateurs: Greg Capullo, Mark Simpson (Jock)
  • Contenu vo: équivalent des tomes 3 et 7 de la série en DC Renaissance (#13-17 + #35-40)

Toujours en tirant profit de la sortie du film Joker dans nos salles pour la rentrée, Urban Comics étoffe son catalogue dédié au prince du crime de Gotham en y ajoutant Joker Renaissance. Si cet ouvrage n’a rien de nouveau en soi, il a tout de même le mérite de compiler deux excellentes parties du run Batman de DC Renaissance par Greg Capullo et Scott Snyder ayant débuté en 2011, celles du tome 3 et 7. Le tout est évidemment centré sur l’ennemi juré du Chevalier Noir mais son extraction du contexte charnus établis par notre duo d’artistes inséparable pourrait rendre sa compréhension un peu plus difficile tout en détachant le lecteur d’événements clés s’étant déroulés dans les autres tomes de la série, apportant un peu de sève au tout.

Le Clown Prince du Crime s’apprête à porter les attaques les plus fortes jamais lancées à l’encontre du Chevalier Noir.Que ce soit en s’en prenant directement à Alfred et toute la Bat-Famille ou en prenant le contrôle des membres de la Ligue de Justice à l’aide d’un mystérieux gaz, le Joker est toujours là pour se rappeler au bon souvenir de Batman et le pousser dans ses derniers retranchements, son pire ennemi, le plus fou, le plus mauvais. Ni plus, ni moins.

Extrait d’un run incontournable

Cet ouvrage Joker Renaissance peut donc se découper en deux sections distinctes. La première présente le retour du Joker à Gotham City après une longue année d’absence. N’ayant pas effacé de son esprit la rivalité qui l’oppose au plus grand détective du monde, il décide de contourner ce dernier en s’en prenant directement aux membres de la Bat-family. Dans l’ensemble, le récit est créé avec le plus grand soin. D’un côté, nous posons les yeux sur le remarquable travail de Greg Capullo dont les dessins délivrent toujours une perspective très lugubre et pourtant fascinante de Gotham. D’autre part, l’écriture minutieuse de Scott Snyder met véritablement le Joker sur un piédestal avec du grand spectacle. Le personnage est fou, audacieux et ne lésine pas sur les moyens pour faire souffrir tous ceux qui arboreraient le bat-symbole. Cela nous ramène d’ailleurs à la bonne époque de diffusion des Batman Animated Series dans lesquels le Joker avait toujours un tour dans son sac pour mener la vie dure à nos héros. A peu de choses près car le ton donné par Capullo et les traits de caractères appliqués par Snyder sont ici destinés à un public plus mature. Les scènes agressives et ensanglantées ne sont pas timides dans Joker Renaissance, un choix artistique qui fait partie intégrante de la signature de notre duo préféré.

Effets pervers de la sacralisation d’un personnage

La seconde partie se focalise sur un fait de plus grande envergure. Le Joker a effectivement affecté le mental de toute la Ligue de Justice, un groupe de super héros supposés êtres égaux à Batou, en tout cas en ce qui concerne leur efficacité contre les menaces de la Terre. Le défi est dès lors beaucoup plus grand et dépasse même l’entendement à certaines occasions. Le scénario nous montre encore une fois le Joker au top de sa forme, si bien que ce dernier semble relativement intouchable. Snyder part alors dans une spirale de violence, de déjouement de plans à l’encontre de Batman si bien que ce dernier semble totalement inefficace et très prévisible aux yeux du criminel. Nous avons l’habitude de voir le Joker prendre momentanément le dessus sur Batman, ce qui rend cette rivalité légendaire si surprenante. Les auteurs parviennent à captiver l’attention du lecteur grâce à des retournements de situation imprévisibles mais rattrapables par le héros capé. Ceci dit, cette seconde moitié en fait un peu de trop, ce qui nous fatigue à croire que le vilain aura le dessus sur Batou en toutes circonstances. Il est dès lors difficile de se dire que les plans de ce dernier pourraient basculer à n’importe quel moment, laissant le récit tourner en rond pendant un petit moment.

Ceci dit, nous devons bien reconnaître que le Joker en tant que tel aura pu bénéficier d’un traitement soigné de la part de nos deux artistes. Joker – Renaissance est une compilation centrée sur le personnage et destinée aux fans de celui-ci qui ne voudraient pas s’embêter à lire la série Batman de Capullo et Snyder qui, entre nous, l’une des meilleures de ces dernières années. Respectant à la fois l’image d’un criminel arrogant, fou et imprévisible, le livre se perd hélas durant quelques tomes dans un caricature du personnage. Les auteurs ont en effet parfois tendance à sacraliser le clown si bien qu’il semble inatteignable par Batman. Impensable pour un fan du justicier! En soi, cet ouvrage n’apporte pas grand chose de neuf à l’univers de DC Comics, c’est un fait certain, mais donne un bel aperçu de la vision du personnage par Greg Capullo et Scott Snyder qui sont de véritable artistes en vogue chez DC Comics depuis quelques années.


SITE OFFICIEL DE JOKER RENAISSANCE


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here