Sorti le 8 novembre, Death Stranding apporte un concept et une histoire à la fois originale, mais également spéciale. Ainsi, nombreux étaient ceux à s’attendre aux réactions des joueurs et autant le dire, il divise. Il y d’un côté, ceux qui l’adore et de l’autre, ceux qui s’ennuient ou n’y voient aucune profondeur. Hideo Kojima, le producteur du jeu a décidé d’apporter quelques réponses à ses détracteurs.

Et c’est lors Strand Tour, qui consistait à faire le tour de plusieurs grandes capitales pour promouvoir son jeu que nos confrères de Jeux Vidéo.com ont pu s’adresser au producteur japonais.

Un jeu un peu incompris

En premier lieu, Hideo Kojima a été interrogé concernant la communauté qui est divisée par son titre à cause de sa lenteur au début de l’aventure, mais également et surtout avec les quêtes dites « FEDEX« . Il répond :

Je pense que beaucoup de gens l’ont oublié, mais c’était le même problème avec le concept de jeu d’infiltration, dans lesquels ça tire partout autour de vous, mais où vous n’avez pas d’arme et devez éviter la confrontation. À l’époque (ndlr : Metal Gear est sorti en 1987), il y avait beaucoup de retours négatifs. Cependant, après 10 à 20 ans d’existence, c’est devenu un genre, perçu de manière très positive. Tout ce qui est nouveau s’attire forcément certaines critiques négatives. Effectivement, si c’est 100% négatif, je ne veux pas en créer d’autres. Chaque joueur qui a expérimenté quelque chose de nouveau l’a fait avec un peu de crainte. Je pense que c’est une réponse très naturelle.

Il fera par la suite une analogie avec le cinéma et le fait que certains films au début de leur sortie ont été bashé pour finalement devenir culte dans le monde cinématographique :

Regardez les retours à l’époque de 2001 : l’Odyssée de l’Espace, que j’ai adoré. À sa sortie, les gens disaient que c’était ennuyeux, tout le monde s’endormait, les gens ne comprenaient rien. Blade Runner, c’était pareil. Mais regardez ce qu’on en pense aujourd’hui : ce sont des classiques, des films légendaires. C’est toujours pareil lorsqu’il y a de la nouveauté. La différence c’est qu’aujourd’hui, on a les réseaux sociaux, et que les gens qui n’ont pas expérimenté une oeuvre peuvent aussi donner des avis négatifs dessus.

Il n’oublie également pas de mentionner que Death Stranding est un jeu complexe et qui nécessite une certaine implication de la part des joueurs.

C’est difficile à expliquer, mais si vous jouez juste 10 ou 15 minutes, vous ne comprendrez pas. Vous devez le jouer jusqu’au bout pour pouvoir avoir un ressenti. Du coup, faire la communication et la promotion, c’est très difficile sur ce jeu.

Une note positive et une suite envisagée

L’interview se terminera sur les projets et ambitions d’Hideo Kojima et plus précisément si une suite est potentiellement envisagée.

Je ne peux pas vraiment vous en parler… Mais je veux faire quelque chose de vraiment gros. La même chose qu’avec Metal Gear. Quand j’ai fait une suite à Metal Gear, j’ai fait certaines choses de manière totalement différente. Peut être que quelqu’un d’autre créera des jeux de ce type (ndlr : le Strand Game) et en fera un genre, mais je pense que « oui », une suite sera nécessaire, si les gens apprécient Death Stranding.

Si vous souhaitez consulter l’interview en détail, vous pouvez la retrouver au complet à cette adresse. Pour rappel, Death Stranding est disponible depuis le 8 novembre 2019 en exclusivité sur Playstation 4 et dont les précommandes sur PC sont déjà lancées. Si par ailleurs, vous n’avez toujours pas encore passé le cap, vous pouvez dès à présent lire notre avis sur notre test sans spoil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here