Disponible depuis peu en magasin et sur les plateformes de ventes digitales, John Wick 3: Parabellum vient donner nouvelles aux fans inquiets de la situation de John Wick dans le second opus. Cette fois, notre maître des armes se retrouvé complètement dépassé par les événements car voilà sa tête mise à prix pour avoir transgressé une règle fondamentale à la fin du second chapitre. Si celui-ci se clôturait de façon magistrale, laissant la porte ouverte à d’infinies possibilités de retournements de situation, John Wick 3 démarre sur le même ton, sans laisser de répit aux spectateurs.

Synopsis:
John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental. « Excommunié », tous les services liés au Continental lui sont fermés et sa tête mise à prix. John se retrouve sans soutien, traqué par tous les plus dangereux tueurs du monde.

D’entrée de jeu, nous avons donc un John Wick fatigué, cherchant la moindre solution pour se sortir d’affaire ou, du moins, se mettre à l’abri durant le temps imparti pour que tous les assassins de la planète puisse le tuer pour récolter une sacrée prime. Bien qu’il soit expert dans le maniement d’armes et toutes techniques de combat lui permettant de survivre et faire face à toutes les menaces, John se sentira bien seul dans ce troisième volet, car aucune personne ne pourra lui venir en aide.

Le bal des enragés

Dans le fond, le concept de Parabellum ne change pas fondamentalement du reste de la série. On assisste à nouveau a de nombreuses scènes de lutte dans lesquelles John tâchera de résister aux assauts ennemis pour se donner un peu plus de temps pour trouver une solution et se sortir du pétrin. La qualité de ces combats est encore une fois de haute volée, d’une part car Keanu Reeves démontre un très grand savoir faire dans la chorégraphie de ce genre d’affrontements, mais aussi par de superbes plans de caméra et des décors très variés.

Dans ce volet venant clôturer une première trilogie, nous avons remarqué que le film était un  peu à l’image de la jaquette, très coloré et contrasté. Le réalisateur Chad Stahelski exploite en effet énormément le contraste entre un décor sombre et des éclairages de tous types, mélangeant parfois le tout à des jeux de lumière avec des vitres, des miroirs. Sur le plan artistique, le film est une parfaite réussite. Les chorégraphies sont d’une précision exquise, mais pas seulement de la part du protagoniste. C’est un travail globalement bien orchestré pour ce John Wick 3: Parabellum qui reste crédible du début à la fin, et le fait d’avoir gardé le même réalisateur depuis le tout premier film fait en sorte que ce dernier connaisse par cœur la personnalité de John Wick pour en tirer les meilleurs éléments d’action.

Tout en conservant sa nervosité présente depuis le tout premier chapitre, ce John Wick 3: Parabellum ne fait pas exception à la règle pour ce qui est de la dose d’action. Avec un scénario reposant sur une base très solide mise en place par le deuxième film, celui-ci clôture une course poursuite dans laquelle John devra tout donner pour survivre. Bien qu’il soit expert en un tas de choses, le réalisateur incorpore plusieurs scènes dans lesquelles John nous paraît exténué et faible, rappelant qu’il n’est pas un sur-homme. Néanmoins, la sacralisation du personnage reste tout de même présente, surtout dans les scènes de combat ou ses opposants n’hésitent pas un instant à reconnaître le talent du personnage pour la baston.

Puissant, magnifiquement orchestré et affichant de superbes plans qui raviront sans aucun doute les fans du genre, John Wick 3 joue la sécurité avec une recette de base améliorée mais le manque de profondeur de certains personnages enlève une partie du contexte que l’on aurait aimé voir exploitée.

Une version 4K qui en jette?

POur la version 4K, John Wick 3: Parabellum so’ffre une image en 2160p HDR10 ainsi qu’une bande-son VO Dolby Atmos, alors que la VF se contentera du DTS-HD Master Audio 7.1. Avec le système son adéquat, c’est du vrai spectacle, notamment grâce aux environnements dans lesquels se déroulent les scènes de combat. On ressent alors toute l’énergie qui se dégage de ces scènes, d’autant plus que sur le plan visuel, il s’agit très clairement du John Wick le plus impressionnant et diversifié.

On soulignera aussi des bonus très intéressants sur le tournage en lui-même mais surtout l’entraînement de Keanu Reeves pendant des mois. Tout l’art de tourner des scènes faisant hommage aux grands noms du style Action y est décortiqué, et c’est donc de la documentation très intéressante pour tout spectateur qui aurait soif d’apprendre comment l’acteur principal a pu obtenir une parfaite maîtrise des armes à feux et arts martiaux. Un travail de longue haleine de la part de l’équipe de tournage et d’autant plus du côté de Keanu Revves qui démontre une volonté colossale de rentrer dans la peau de ce personnage très particulier et qui a d’ores et déjà marqué le monde du cinéma. Mention spéciale pour le Steelbook fournit avec la version UHD, un régal visuel sous toutes ses facettes.


SITE OFFICIEL DE JOHN WICK 3: PARABELLUM


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here