Près de 5 ans après la sortie d’un reboot très remarqué pour la série de films sur Godzilla, le second épisode revient en force avec la mise en avant de scènes aux effets spéciaux puissants, marchant sur les plates bandes d’un certain Pacific Rim.

Synopsis:
L’agence crypto-zoologique Monarch doit faire face à une vague de monstres titanesques, comme Godzilla, Mothra, Rodan et surtout le redoutable roi Ghidorah à trois têtes. Un combat sans précédent entre ces créatures considérées jusque-là comme chimériques menace d’éclater. Alors qu’elles cherchent toutes à dominer la planète, l’avenir même de l’humanité est en jeu…

Pour cette seconde partie, Godzilla n’est désormais plus une menace comme il était perçu dans le premier film. Les humains s’étant enfin mis à l’esprit que des forces naturelles les surpassant pouvaient exister, notre monstre lézard est donc désormais perçu comme une chance de se défendre face à d’autres dangers similaires. Un peu plus tard dans le scénario et pour une raison assez classique de rétablir l’ordre naturel des choses sur Terre en effaçant l’empreinte beaucoup trop présente de l’humain, un groupe de vilains va réveiller des créatures gigantesques régnant autrefois sur notre belle planète.

S’en suit alors une succession de véritables claques visuelles, bourrées d’action à base de combats de monstres et d’interventions mineures de la part des humains. Cette fois, Godzilla: Roi des Monstres dit à dieu à une partie de son casting d’avant dont Bryan Cranston pour faire appel à de nouvelles fortes têtes comme Kyle Chandler (First Man/Game Night) dans le rôle principal de Mark Russel mais aussi Millie Bobby Brown dans la peau de sa fille et que beaucoup reconnaîtront pour son rôle dans la série Netflix Stranger Things. Le line-up fonctionne plutôt bien et nous ne remarquons pas spécialement de mauvais jeu d’acteur mais les personnages peine un peu à prendre de l’importance face à la menace des monstres, à l’exception de Ken Watanabe (Dr. Ishiro Serizawa) déjà présent dans le film précédent et désormais habitué des gros blockbusters d’action.

Le réalisateur Michael Dougherty ayant désormais repris le flambeau attribué à Gareth Edwards fait tout son effet. L’homme a à son actif un sacré CV comptant parmi ses réalisation des films incontournables comme Superman Returns ou X-Men Apocalypse, des productions nécessitant des effets spéciaux précis et efficaces. Ce Godzilla II n’a définitivement rien à envier face à des vitrines FX comme Pacific Rim. Le spectacle est grandiose de A à Z, même si l’action part un peu trop dans un micmac d’explosions et effets lumineux sur la fin, donnant à la bataille finale un aspect un peu brouillon.

Mise de bout en bout, cette aventure est donc franchement bien ficelée. Godzilla: Roi des Monstres, c’est avant tout un show bien calculé et dopé aux scènes d’action avant même d’opter pour un scénario profond, ce que regretterons certains. Face à un tel affrontement de titans, il est difficile pour le casting de briller, malgré la présence de quelques visages célèbres et talentueux. L’équilibre n’est donc jamais parfait et les effets spéciaux volent donc souvent la vedette au reste. Si vous êtes venus voir des Monstres gigantesques se taper dessus sur un fond post-apocalyptique des plus réussis, il ne faut absolument pas passer à côté de cette suite.

Une version UHD convaincante?

Oui, si l’on est équipés, la version 4K de Godzilla: Roi des Monstres est elle aussi très convaincante. Warner Bros. Entertainment à cette fois opté pour un rendu Dolby Vision et HDR 10+ sur les écrans compatibles pour s’assurer que le show soit épatant. Toutefois, la résolution entre dans les rangs des classiques avec un master intermédiaire a été supervisé en 2K, une norme pour la plupart de ces versions UHD. Le film s’octroie par ailleurs une bande-son VF en Dolby Digital 5.1 et même Dolby Atmos pour ceux qui sont équipés. En guise de bonus, le spectateur peut apprécier un making-of et un commentary du réalisateurs assez complets pour une bonne vision de la réalisation de cet univers et des monstres, avec un accent mis sur Mothra et « Godzilla 2.0 ».


SITE OFFICIEL DE GODZILLA II: ROI DES MONSTRES


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8
Article précédentAVIS – Hell’s Paradise Tome 3
Article suivantAVIS – Jagaaan Tome 4
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here