Fiche technique de MXGP 2019:

Éditeur : Milestone
Développeur : Milestone
Date de sortie : 27 août 2019 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Course/Simulation
Multi : oui
Langue : français

Un an après son MXGP Pro qui sera parvenu à redresser la barre quant aux sensations de jeu délivrée à une communauté très fan de la catégorie, MXGP 2019 débarque dans nos rayons avec quelques nouveautés qui risquent de titiller l’esprit créatif de certains et véritablement animer la communauté en ligne par un système de partage plus complet. Voyons cela en détail ainsi que les autres surprises cachées.

Des sensations toujours convaincantes

A ce sujet, deux physiques sont à disposition. La physique normale donne étonnamment des sensations très arcade. Difficile en effet de tomber de sa moto, il faudra de sérieuses collisions avec les opposants, des obstacles de circuit ou un très mauvais atterrissage pour être dans la faute fatale.

L’autre, plus réaliste est bien moins permissive. Il faudra diriger au mieux la moto, doser ses freinages et négocier les atterrissages pour ne pas se planter. De ce côté, on se rapproche fortement des sensations de jeu qu’offrait MXGP Pro l’an passé, sans grandes innovations à l’exception de meilleures sensations de poids en fonction des modèles de moto. Les deux roues réagissent bien aux conditions climatiques et de terrain pour une immersion aussi grande que possible, et c’est plutôt réussi puisque l’on ressent toutes les aspérités des tracés. Les joueurs devront alors être vigilants au moindre détail, que ce soit pour l’atterrissage, la façon d’aborder les virages ou même la répartition du poids du pilote sur la moto grâce au joystick droit. D’ailleurs, la pluie influence ici réellement les glissades de la bécane, influencés par le poids de la moto.

En ce qui concerne les MX2, là aussi on ressent de meilleures sensations de pilotage et un comportement plus naturel des engins. Les accélérations et tous les contrôles en course de façon générale sont mieux retranscrits manette en mains. Il n’est donc plus question de foncer tête baisser dans l’insouciance d’un gameplay totalement arcade par manque de développement consciencieux pour cette seconde catégorie.

L’IA aura elle aussi subit un petit coup de polish. Moins agressive, elle négocie beaucoup mieux les virages en début de course, lorsque les pilotes sont amassés les uns sur les autres et ont moins vite tendance à suivre la même courbe. C’est véritablement au cœur de la difficulté que l’on ressent un petit manque de challenge. Les habitués de la série devront en effet cibler les niveaux les plus hauts pour affronter des adversaires de taille, un problème que l’on avait déjà souligné dans d’autres jeux d’arcade dont Formula 1.

Côté visuel, l’opus de cette année frappe fort. Les différentes textures de revêtement de sol, les jeux de lumière en fonction de la période de la journée et de la météo ainsi que les reflets sur les tracés humides rendent le tout très naturel même si l’on aurait aimé encore un peu plus de travail sur les ombres (coucou Nvidia RTX?). C’est agréable de se lancer à toute vitesse dans le Playground qui représente un bel éventail de paysages tout comme dans les diverses compétitions qui rythment le mode Carrière.

A ce sujet, MXGP ne fait pas dans le détail et pose directement deux choix aux joueurs. Soit vous décidez de vous lancer dans un championnat pour un sponsor et, du coup, vous aurez le loisir de personnaliser votre moto ou, à l’inverse, vous décidez directement de rejoindre une écurie officielle et la moto qui va avec. Il sera donc impossible d’en modifier les composants. Cela reste très classique mais efficace. Les autres modes ne sortent eux non plus pas des sentiers battus. On retrouve ainsi la course rapide, le contre-la-montre et le mode championnat, mais la particularité de MXGP 2019 est que l’on peut désormais se délecter des tracés et écuries officielles de la saison actuelle, contrairement à ses prédécesseurs qui ne se contentaient que des versions de l’année précédente.

Le Waypoint, nouvelle mécanique de créativité

Le concept du Waypoint est relativement simple et vient compléter l’éditeur de circuits faisant surface pour la première fois dans la série des MXGP. Le joueur place de 4 à 15 checkpoints répartis où bon lui semble à travers le grand terrain d’entraînement. Il est possible d’y placer des points de passage traditionnels, une ligne d’arrivée, mais aussi des points de réapparition. Sans placer ces derniers, le joueur tombant de sa selle devra recommencer le tour depuis la ligne de départ.

Le mode Waypoint du Playground de MXGP 2019Les possibilités de création de course dans le Playground sont donc infinies, mais à la fois limitées par l’espace de jeu prédéfini. Cette barrière sera cassée avec le fameux outil permettant de créer intégralement son circuit de motocross. Toutefois, le Waypoint accuse de la bonne connaissance du joueur quant aux tracés du terrain d’entraînement. Le joueur qui tirera au mieux avantage de ce terrain pourra sans problème remporter ces épreuves. D’ailleurs, un système permet à la communauté de s’échanger les tracés créés.

A côté de cet outil de création, le Playground s’offre plusieurs activités comme des courses ou contre-la-montre, mais aussi des défis variés qui permettront d’acquérir des pièces moto pour le mode championnat. Encore une fois, les défis demandent régulièrement d’accomplir un objectif dans un temps imparti. Une bonne connaissance du Playground est donc nécessaire ainsi qu’une maîtrise parfaite du bolide.

Un éditeur de circuit, enfin!

Véritable grosse nouveauté de ce titre, l’éditeur de circuit n’est pas une révolution en soi dans les jeux du genre mais signe l’arrivée de celui-ci dans la série officielle du championnat de motocross. A l’image de ce que l’on retrouvait par exemple sur Monster Energy Supercross 2, nous avons à portée de main un large éventail d’éléments de piste pour créer et même partager ses créations avec la communauté. Cela donne au titre une excellent rejouabilité.

MXGP 2019 ne rend pas vraiment de second souffle à la série mais se contente encore d’étoffer une recette traditionnelle qui avait convaincu beaucoup de fans avec l’opus précédent. On retrouve cette fois l’éditeur de circuit offrant une bonne rejouabilité au titre ainsi qu’un Playground plus abouti avec le système de Waypoint très amusant en renforçant l’esprit communautaire. Car c’est véritablement autour de cet aspect et le partage en ligne que les développeurs de Milestone semblent avoir dirigé cet opus. Que ce soit du côté visuel ou prise en mains, on assiste à quelque chose de très propre mais on cherche encore quelques innovations dans le mode Carrière comme un aspect de la gestion totalement absent.

Points positifs:

  • Un mode waypoint très amusant
  • Un éditeur de circuit complet
  • La présence des écuries et tracés de la saison en cours
  • Un rendu visuel convaincant
  • Une IA améliorée
  • Un effort de réalisme sur les MX2

Points négatifs:

  • Des temps de chargement un peu longs
  • Peu d’innovations niveau mode Carrière
  • La bande son très oubliable


SITE OFFICIEL DE MXGP 2019


 

RÉSUMÉ DU TEST
NOTE GLOBALE
8
Article précédentGoogle Stadia: la liste complète des jeux déjà confirmés
Article suivantAVIS – Dr Stone Tome 7
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here