Fiche technique de Wreckfest:

Éditeur : THQ Nordic
Développeur : Bugbear Entertainment
Date de sortie : 27 août sur PS4 et Xbox One, le 14 juin 2018 sur PC
Type : Course
Multi : oui
Langue : français

On se souvient encore de cette époque où, peu importe le jeu de course auquel nous jouions, foncer dans les adversaires était amusant et permettait surtout de prendre l’avantage dans le classement. Des années plus tard, notre âme d’enfant n’est toujours pas partie et le studio Bugbear réalise enfin notre rêve de voir ces crashes improvisés transformés en objectif de destruction massive. Un an après sa sortie sur PC et un long développement, voici enfin Wreckfest sur PS4 et Xbox One.

Un Destruction derby de l’enfer

Le titre se présente de manière assez classique dans les menus. Vous avez un mode carrière reprenant divers championnats classés selon la catégorie de véhicules utilisée. On y retrouve tout type de compétitions, des courses de tondeuses à gazon survitaminées aux compétitions sur circuits. Pour chaque championnat, un score de complétion est définis. Celui-ci ne s’atteint que lorsque les objectifs bonus sont réalisés et débloque le championnat suivant. Les objectifs de courses ne sont pas toujours les mêmes, et il ne suffit bien souvent pas de terminer premier pour les réussir et engranger un maximum de points. Dans le cas des courses sur circuit par exemple, terminer premier est un « plus » mais le jeu nous demandera parfois de réaliser un certain nombre de dégâts sur ses adversaires, faire partir un nombre précis de voitures en sucette dans le décor ou encore terminer dans le top 3 en restant entier.

L’expérience de jeu est donc variable, d’autant plus que les conditions de course ne varient elles aussi. Selon le véhicule, ses améliorations et le revêtement de sol, la conduite est variable mais il faudra réellement pousser les dégâts en réaliste et les rapports de vitesse en manuel pour tirer le maximum de l’expérience Wreckfest et ressentir tout son potentiel. Il est presque impossible de finir une course sans avoir subit aucun dégâts. Lors que les opposants rentre dans votre voiture, celle-ci subit des contraintes au niveau des différentes pièces, ce qui affecte donc la conduite et le comportement du bolide. S’en suit alors des changements de rapports plus longs, une accélération moindre et, bien sûr, la perte de parties de carrosserie. Celle-ci se désintègrera par ailleurs beaucoup plus vite lorsque les 4 points de blindage de la voiture seront anéantis par les adversaires à force d’être emboutis.

L’expérience solo est donc une totale réussite pour ce Destruction Derby modernisé. Ces différentes courses et joutes s’effectueront sous une bande-son acharnée bien souvent faite de Metal bien lourdingue pour rendre l’esprit de démolition encore plus présent. Nous pouvons y apprécier des titres à la basse bien grasse de groupes comme Halestorm, Airbourne, Motörhead ou même Rage Against the Machine et Mastodon. Bref, Bugbear n’a pas eu peur de mettre la main au porte-monnaie pour acquérir les droits d’auteur de ces groupes de renommée mondiale et créer une ambiance totalement endiablée. C’est le carton plein, un vrai défouloir.

Au fil de la progression, l’expérience gagnée par le joueur donnera accès à de nouvelles pièces pour les voitures et de la monnaie pour en acheter de nouvelles. C’est dans la section « Garage » que le joueur aura une vision globale de ce qui est possible de faire avec les voitures du jeu. Concernant les pièces détachées, celles-ci influencent l’accélération, la vitesse maximale, la gestion des virages et la force du véhicule. Ce sont les paramètres d’un véritable bolide de destruction massive et, au fil que ceux-ci augmentent à force d’intégrer de meilleurs filtres à air, refroidisseurs; collecteurs d’admission et autre, la classe du véhicule sera revue à la hausse et ne sera du coup accepté que dans les compétitions appropriées.

Au marché, nous pourrons nous délecter de nombreux véhicules possédant des noms de code fun. Il n’est pas question de constructeur puisqu’ici, les engins auront un look bien différent des versions normales même si nous reconnaitrons au passage quelques modèles historiques grâce à l’esquisse de la carrosserie, presque méconnaissable. Dans le catalogue défilerons ainsi RoadSlayer; WarWagon; HotShot; Boomer et autres désignations faisant référence au chaos régnant sur les pistes de Wreckfest. Chaque voiture aura bien entendu ses statistiques propres, une transmission avant ou arrière, une classe et une région mais la plupart d’entre-elles demanderont un niveau spécifique pour être achetée. A vous donc d’enchaîner les compétitions pour vous faire plaisir avec le blé récolté!

Back to the Stone Age

Côté multijoueur, le jeu mise là aussi tout ce qu’il peut sur la diversité d’expérience de jeu. Nous pouvons retrouver des joueurs du monde entier sur des épreuves au choix allant de Debry aux courses de véhicules spéciaux (moissonneuses-batteuses et  camping cars par exemple) en passant par les courses classiques. Le jeu prend de plus tout son sens dans ce mode en ligne puisque chacun agit pour soi dans un but ultime de destruction d’autrui. Le challenge y est ainsi plus corsé mais, attention de ne pas sacrifier vos manettes pour autant! Elles ne vous ont rien fait!

Wreckfest est donc l’expérience Destruction Derby ultime. S’appuyant sur des graphismes très propres, des effets de dégâts soignés et une bande-son riche en musique bien lourde incitant au chaos, le jeu est un éventail presque infini de défouloirs au volant de voitures rugissantes. Et si par chance vous êtes en quête de course un peu plus déjantées, allez donc faire un tour du côté online avec des courses de véhicules totalement improbables et foncez dans les autres pour les démolir, les faire tourner ou les anéantir. Jamais le goût de destruction n’aura été si doux…

Points positifs:

  • Des sensations de crash puissantes
  • La bande-son motivante
  • La conduite est sympa
  • L’expérience de jeu est variée
  • La possibilité de customiser et améliorer tous les véhicules et augmenter leur classe
  • Le soft est très joli dans l’ensemble

Points négatifs:

  • Quelques problèmes de traduction
  • Des temps de chargement parfois un peu longs
  • Quelques petits bugs d’affichage


SITE OFFICIEL DE WRECKFEST


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here