Shazam, ou anciennement Captain Marvel, est un héros très peu connu du grand public. L’an passé la Warner a pris un risque en nous proposant un long métrage centré sur le personnage et toujours inspiré du comics de ses origines. Ce sera donc étrangement David F. Sandberg qui se chargera de la production, l’homme ayant déjà travaillé pour Warner Bros. en réalisant le film d’horreur Annabelle 2. Un tout autre registre donc dont pourraient tirer parti les effets spéciaux de ce Shazam.

Synopsis:

On a tous un super-héros qui sommeille au fond de soi… il faut juste un peu de magie pour le réveiller. Pour Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans placé dans une famille d’accueil, il suffit de crier « Shazam ! » pour se transformer en super-héros.
Ado dans un corps d’adulte sculpté à la perfection, Shazam s’éclate avec ses tout nouveaux super pouvoirs. Est-il capable de voler ? De voir à travers n’importe quel type de matière ? De faire jaillir la foudre de ses mains ? Et de sauter son examen de sciences sociales ? Shazam repousse les limites de ses facultés avec l’insouciance d’un enfant. Mais il lui faudra maîtriser rapidement ses pouvoirs pour combattre les forces des ténèbres du Dr Thaddeus Sivana…

Le film se base sur un casting plutôt solide. Même si quelques noms, dont l’acteur principal, Zachary Levi, ne parlent pas à grand monde, on ne peut nier une excellente performance globale tout au long du film. Seul le choix de l’acteur Mark Strong pour l’interprétation du Dr Sivana aura fait grincer quelques dents lors de l’annonce du casting à cause d’un petit manque de « gueule » pour ce super vilain aux traits de visage particulier toutefois, le tout passe à merveille et le personnage colle étrangement bien à la peau de Strong. On soulignera aussi de bonnes performances de la part des enfants Freeman, la nouvelle famille adoptive de Billy Batson, et en particulier Freddy (Jack Dylan Grazer) qui prend très vite la place d’un véritable acolyte pour le super héros.

Sivana, bien interprété dans le film Shazam ?On ne peut au final qu’être enchanté par l’incarnation de Shazam par Zachary. Que ce soit au niveau de la gestuelle et des expressions de visage, le script est retransmis avec passion et donne une dynamique toute particulière à la moindre scène avec Shazam. Lors de la découverte progressive de chacun de ses pouvoirs, c’est à chaque fois une petite victoire que transmet le personnage au public, et c’est ce qui fait par ailleurs tout le charme de ce film.

A contrario, il est compliqué d’en dire autant de Billy Batson (Asher Angel) hélas, car il semble avoir un peu de peine à s’épanouir et prendre possession son personnage et les enjeux qui lui sont attachés.

Chapeau également pour les costumes. Celui du héros reste fidèle à ses origines faites de papier et il en va de même pour le sorcier et le Dr Sivana. C’est du gros travail et l’ambiance du film garde une balance agréable entre les moments un peu plus dramatiques et les scènes d’humour. Nous ne reprocherons au final que quelques moments ou cet humour est trop insistant et tire le script en longueur, mais rien de très dérangeant.

Shazam est en définitive un bon film DC familial. Prenez un scénario à la sauce super-héros, ajoutez-lui de l’innocence d’enfant, de l’humour décalé pour un héros qui ne se prend pas au sérieux et une touche de drame et vous obtenez un divertissement familial incontournable… Mais où est donc Black Adam?

Qu’en est-il de la version 4K?

La version 4K est visuellement resplendissante. Le film Shazam propose une diversité de scènes colorées qui ne peuvent véritablement être exploitées à leur plein potentiel avec cette version ultra haute définition qui en capture toute l’essence. Ce sera plutôt du côté du son que le film séduira un peu moins. Si nous retrouvons comme d’habitude une piste Dolby Atmos-True HD, Shazam dit non au DTS-HD Master Audio en optant pour du Dolby Digital 5.1. Au contraire de Shazam qui proposait une expérience ultime aux possesseurs de home cinémas 7.1, le film ne vise pas le même rendu, ce qui est dommage puisque plusieurs scènes pourraient en tirer parti, notamment dans le temple du sorcier ou en cas d’orage.

Pour ce qui est des bonus, nous n’avons pas un making-of aussi complet et intrusif que celui d’Aquaman et Jason Momoa. A la place, nous pouvons profiter de bêtisiers, des auditions ainsi qu’un comics animé et un explicatif sur les origines du super héros. C’est donc un peu moins copieux que ce à quoi commençait à nous habituer Aquaman, mais cela reste malgré tout satisfaisant, étant donné que Shazam n’est pas une vitrine d’effets spéciaux égale aux aventures du roi de l’Atlantide.


SITE OFFICIEL DE SHAZAM


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here