Caractéristiques techniques de la SteelSeries Rival 650:Steelseries Rival 650 spécifications techniques

Capteur

  • Capteur: SteelSeries TrueMove3 + Dual Sensor System
  • Type de capteur: Optique
  • CPI: de 100 à 12 000, par incréments de 100
  • Accélération: 50G
  • Accélération matérielle: Aucune (accélération matérielle nulle)
  • Précision de la trajectoire: 1:1
  • IPS: Plus de 350, sur les surfaces QcK SteelSeries

Options de personnalisation

  • Boutons programmables: 7
  • Type de switchs: Steelseries prévus pour 60 millions de clics
  • Illumination: 8 zones RGB contrôlées indépendamment
  • Poids: 121 g sans câbles, customisable jusqu’à 153 g
  • Longueur: 131 mm
  • Type de câble: détachable, gomme flexible
  • Longueur du câble: 2 mètres

Compatibilité:

  • Systèmes d’exploitation: Windows, Mac, et Linux. Port USB requis
  • Logiciels: SteelSeries Engine 3.12.13, pour Windows (7 ou plus récent) et Mac OSX (10,8 ou plus récent)

Contenu de la boite:

  • Rival 650 Wireless Gaming Mouse

  • Transmetteur sans fil USB
  • Câble USB pour la recharge/transfert de données
  • Adaptateur d’extension
  • Poids additionnels (8x4g)
  • Guide d’information sur le produit

Dans la série de souris gamer au poids modulable, il y a du côté de SteelSeries la Rival 650, version actualisée de la Rival 600 sortie il y a plusieurs mois. Fière première représentant des souris sans fil de la marque, celle-ci compte bien offrir toutes les qualités esthétiques et techniques du modèle précédent tout en apportant sa petite touche de nouveautés.

Une ergonomie perfectible mais confortable

Côté design, rien ne semble avoir changé par rapport au modèle qui la précède. La Rival 650 conserve les formes et matériaux de son aînée. Elle profite de deux boutons principaux fait d’une matière Soft Touch très agréable au toucher, permettant aisément le glissement des doigts d’avant en arrière et la forme légèrement incurvée de ces deux boutons évite tout dépassement. Le dos est également fait de cette matière douce alors que les cotés optent pour un plastique anti dérapant pour maintenir les doigts en place. Le reste de la souris est fait d’un métal léger et gris pour que la Rival 650 garde une couleur assez uniforme.

L’ergonomie offerte par la souris est exemplaire. Convenant parfaitement pour les grandes mains, elle permet une prise en Palm Grip totale, de la pointe des doigts à la paume, ce qui nous rappelle la prise en mains de la Corsair Nightsword ou de la Logitech G502. Côté boutons programmables, nous retrouvons un bouton supplémentaire entre les deux clics principaux et trois boutons disposés en « L » renversé sur la tranche de gauche. Très accessibles au pouce, ces trois boutons disposent également de switchs permettant une activation facile et agréable. La molette est elle très bien crantée, précise et agréable à toucher. En bref, la SteelSeries Rival 650 offre une parfaite prise en mains, que ce soit au niveau des matériaux utilisés comme de la disposition des boutons et de la forme globale du périphérique. On ne pourra peut-être que lui reprocher sa tranche de droite convexe laissant trainer les doigts de la main sur le tapis.

Un peu de surpoids?

Qui dit passage au sans fil dit également poids plus élevé. Loin d’être la plus légère des souris wireless, la SteelSeries Rival 650 pèse environ 120 grammes, soit 25 de plus que la SteelSeries Rival 600. Cela reste très léger, bien sûr, mais pas assez au vu de ce que la concurrence parvient à mettre en place.

De plus, la forme de la souris manquant de courbes sur les tranches rend le soulèvement un peu fastidieux et l’arrière parvient difficilement à se décrocher du tapis. Pour aider le joueur à répartir au mieux le poids dans la souris et palier à cette légère obésité, un petit étui de 8 poids de 4g est livré. En retirant doucement les deux tranches de la souris, il est ainsi possible de les répartir à droite et à gauche pour maîtriser la force centrifuge et  peut être rendre le soulèvement plus homogène. Globalement, la SteelSeries Rival 650 cible ainsi les joueurs préférant des souris plus lourdes.

Deux capteurs optiques pour un suivi optimal

Pour ce qui est de la précision, le modèle sans fil reprend la fameuse paire de capteurs optiques TrueMove3+ maison. L’un d’eux sert au calcul de la hauteur de soulèvement. A ce titre, le joueur peut régler la hauteur à laquelle la coupure de mouvements se fait, et précisons que la Rival 650 permet de paramétrer celle-ci à une hauteur minimale de 5 millimètres, ce qui est très peu. Dès lors, il devient facile d’éliminer tout mouvement perturbateur lorsque le jeu en cours requiert de soulever très régulièrement la souris. Pointons enfin du doigt que cette possibilité reste une solution idéale pour pallier au poids un peu élevé de la souris.

Le second capteur est un PixArt permettant une rapidité de 12 000 ppp au maximum et permet des accélérations allant jusqu’à 50G, ce qui est largement suffisant pour n’importe quel joueur. Son suivi optique « 1 to 1 » afin de retranscrire au mieux les mouvements de la main sur l’écran, sans latence.

Une communication sans fil et sans défauts

Enfin, la souris SteelSeries Rival 650 vient avec un dongle 2,4 GHz offrant une connexion en radiofréquence de 1 000 Hz pour offrir une précision à toute épreuve. Nous n’avons en effet remarqué aucune latence et les mouvements sont aussi bien retranscrits qu’en filaire. Du coup, la SteelSeries Rival 650 est un parfait exemple pour les hardcore gamers ayant peur des périphériques sans fil. Notons aussi que la batterie permet une autonomie maximale et costaude de 24 heures de jeu et que la recharge rapide délivre 10 heures de jeu en 15 minutes de charge. Même s’il ne s’agit pas de l’autonomie la plus grande à l’heure actuelle, elle reste remarquable pour un modèle à double capteur et disposant d’une si belle touche de RGB.

Celle-ci est d’ailleurs paramétrable via le logiciel SteelSeries Engine 3, au même titre que les réglages de précision du lift-off, la mise en veille, des deux (seulement) sensibilités de capteur embarquées et des macros.

Pour terminer, cette SteelSeries Rival 650 est une très bonne surprise sur plusieurs points. Délivrant une esthétique resplendissante ainsi qu’un confort d’utilisation impeccable, l’activation de tous les boutons est facile et les matériaux utilisés inspirent la confiance. Le double capteur optique, au détriment d’une autonomie plus haute, délivre une précision irréprochable et un calcul de la hauteur de soulèvement pour un paramétrage aux petits oignons. Seul son poids lui fait défaut mais cela ne devrait pas lui porter préjudice pour les utilisateurs préférant des souris plus lourdes. Il ne lui manque peut-être qu’un bouton RapidFire pour être une souris irréprochable et quelques grammes en moins sur la balance.

[the_ad id= »74838″]

Points positifs:

  • Une très bonne ergonomie
  • Les deux capteurs permettent une très bonne précision et un liftoff très bas
  • Les boutons additionnels sont facile d’accès
  • L’autonomie de 24H et le fast charge
  • Le dongle à fréquence de 1 000 Hz pour une transmission fidèle
  • Le périphérique est très joli
  • Les poids pour mieux contrôler la prise en mains

Points négatifs:

  • Une souris sans fil un peu lourde
  • Seulement deux sensibilités embarquées
  • La tranche de droite bombée ne maintient pas assez les doigts


SITE OFFICIEL DE LA STEELSERIES RIVAL 650


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
9
Article précédentOne Reality : Une expérience gaming VR à tester
Article suivantAvis – Alita : Battle Angel, une adaptation à la hauteur de nos attentes
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here