Fiche technique de Wolfenstein Youngblood:Fiche technique de Wolfenstein Youngblood

Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : MachineGames
Date de sortie : 26 juillet 2019 sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch
type : FPS
Multi : coop à deux
Langue : français

Annoncé un an à peine avant sa sortie, le spin-off Wolfenstein Youngblood, initialement prévu comme une grosse extension et suite directe de Wolfenstein II: The New Colossus, débarque enfin dans nos rayons avec une aventure intégralement coop appuyée par le soutient au développement d’Arkane Studio Lyon, réputé pour son travail titanesque sur le level design des jeux de la franchise Dishonored et, plus récemment, la dernière extension de Prey. Cette fois, fini de contrôler le vétéran B.J Blazkowicz, le joueur incarnera l’une de ses filles jumelles, Soph ou Jess pendant que l’autre sera contrôlée par l’IA, un ami ou un inconnu obtenu en matchmaking.

Nées pour tuer des nazis

L’aventure débute donc par le choix d’une des deux filles de Blazko, Soph ou Jess. Toutes deux relativement différentes sur le plan esthétique, le choix du joueur n’influencera en rien le déroulement de l’histoire ou la progression puisque ce qui est faisable avec l’une l’est avec l’autre. Par la suite, vous en viendrez à personnaliser l’apparence de leur exosquelette, leur arme de mêlée et armes à feu pour se plonger dans un scénario qui risque de déstabiliser les habitués de la série.

Pour cette fois, MachineGames dit adieu au FPS rectiligne et scénarisé pour une aventure plus tentaculaire. Après être parti sur les traces de votre père disparu sans laisser de traces dans le Paris sous occupation nazie, vous ferez la rencontre de la résistance française se cachant dans les catacombes de la capitale. À partir de là, nombreux seront les PNJ à vous donner des missions plus ou moins importantes pour la progression de vos recherches. À vrai dire, le scénario est assez en retrait dans Wolfenstein Youngblood et la plupart des tâches qui vous seront confiées ne seront qu’un prétexte pour arpenter les rues de la ville, dézinguer du nazi et supprimer leur présence pour libérer le peuple. Ce manque de linéarité est une évolution intéressante pour Wolfenstein, mais peut s’avérer être une nouveauté à double tranchant pour les joueurs aimant particulièrement les shooters à la narration forte.

Une expérience de jeu plus charnue

Wolfenstein Youngblood se dote également d’un petit aspect RPG par lequel le joueur pourra améliorer les compétences de la jumelle contrôlée ainsi que ses armes. Cela passera, de manière classique, par un système de points d’expérience et de monnaie in-game récoltés à travers les différents niveaux du soft. Cette partie RPG ne vous empêchera toutefois pas de progresser, mais elle est un atout de taille pour venir à bout des ennemis de manière plus efficace. Dans l’arbre de compétences, nous comptons par exemple l’augmentation de la vie maximum, de l’armure, de la durée de la compétence d’invisibilité et les attaques au corps-à-corps. Côté améliorations d’armes, il sera possible d’influencer la capacité maximale en munitions, le recul, les dégâts, la cadence et même l’esthétique grâce à un grand choix de revêtements déblocables contre cette monnaie économisée en pleine action.

Toujours aussi jouissif, le gameplay de Wolfenstein Youngblood reprend les bases de la franchise, ce qui permettra aux joueurs habitués de prendre leurs repères beaucoup plus rapidement. Si l’on a pu remarquer quelques chutes de framerate durant les cinématiques, le titre nous aura tout particulièrement surpris par sa prise en mains très fluide rappelant celle de DOOM sorti il y a quelques années. Diablement efficaces, les gunfights seront eux aussi légèrement plus libres grâce à ce level design permettant des approches variées, l’invisibilité pour le côté tactique et furtivité ainsi que le double saut pour des combats plus aériens, proche de ce que nous propose le doomslayer. C’est bien simple, jamais un jeu Wolfenstein n’aura été si violent et jouissif dans son gameplay.

Une destination, plusieurs terrains de jeu

Les missions de la campagne se déroulent donc dans un Paris modifié à la sauce Nazis steampunk, et le rendu est très efficace et réalisé avec soin. Le joueur, à force d’enchaîner les missions, parviendra sans trop de mal à prendre ses repères dans la dizaine de zones différentes et possèdera donc un esprit plus vif pour débloquer des passages ou étudier le level design afin de dominer les très nombreux ennemis. Ces zones sont toutes accessibles instantanément par le système de carte situé dans les catacombes. On notera également la présence de QG spéciaux à prendre d’assaut lorsque le niveau des jumelles le permettra. Se présentant sous la forme d’un « raid » ces missions spéciales sont très difficiles, marqueront la progression du joueur plus explicitement dans sa quête de libération de Paris et proposeront des challenges aux mécaniques plus étudiées, complexes avec des ennemis souvent plus résistants que d’habitude.

Paris est méconnaissable dans Wolfenstein Youngblood

Des mécaniques toujours innovantes

A ce sujet, le jeu marque aussi l’évolution technologique qu’a subie la Gestapo depuis Wolfenstein II: The New Colossus. Les Allemands possèdent maintenant des barres de vie et de bouclier ainsi que des armures plus complexes à démantibuler. Nous ne tarderons également pas à faire la connaissance de nouveaux antagonistes comme les « Kommandant », des ennemis assez faibles, mais permettant aux armées nazies d’appeler du renfort de plus haut niveau face à l’assaut de Soph et Jess. Une fois ce(s) Kommandant(s) éliminés dans le niveau, plus aucun ennemi puissant n’apparaîtra et il est donc dans l’intérêt du joueur de le(s) dénicher rapidement afin de ne plus en entendre parler.

Wolfenstein Youngblood est une parfaite réussite faisant avancer la franchise vers un contenu plus libre aux mécaniques plus permissives au niveau du gameplay. Nous obtenons au final une aventure coopérative incontournable à apprécier à deux ou seul grâce à une IA peu farouche et efficace. Le level design, la campagne non linéaire et le côté RPG font de cet opus le plus diversifié à l’heure actuelle. Chapeau bas pour la prise en mains toujours efficace garantissant des rivières de sang nazi et des combats intenses agrémentés d’une fluidité remarquable. Soulignons enfin la bande-son exquise et les personnalités fortes des deux jumelles qui n’hésitent pas à s’encourager mutuellement dans cette mission remplie de camaraderie et de moments touchants/badass.

Points positifs:

  • Le prix et le Buddy Pass pour jouer à deux!
  • Un gameplay toujours aussi jouissif
  • Le level design influencé par Arkane Studio
  • Les jumelles sont très attachantes
  • Un jeu tout aussi appréciable en solo qu’en coop à deux
  • La bande-son
  • L’aspect RPG simple à comprendre et efficace
  • La difficulté est toujours au rendez-vous, même à deux

Points négatifs:

  • Jouer en matchmaking peut entacher l’expérience
  • Un scénario un peu trop en retrait, ce qui peut déplaire chez certains
  • Quelques bugs de physique
  • On aurait souhaité un split-screen


SITE OFFICIEL DE WOLFENSTEIN YOUNGBLOOD


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentNBA 2K20: La démo annuelle sera bientôt disponible
Article suivantTEST – Razer Kraken X
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here