Fiche technique de MotoGP 19:

Éditeur : Milestone
Développeur : Milestone
Date de sortie : 6 juin 2019 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Course/simulation
Multi : oui
Langue : français

Rentrons dans le vif du sujet avec la maniabilité des véhicules qui ne semblent pas avoir fait de véritable bond en avant. Loin de parler d’innovations, les sensations semblent pourtant un peu plus réalistes que les opus précédents qui étaient déjà assez bons. Les sensations sont bonnes en MotoGP comme en Moto2, mais un peu plus arcade dans les sous-catégories Moto3 et Red Bull Rookies Cup, même s’il est vrai que ces deux roues sont bien plus maniables que leurs grandes sœurs. Mentionnons aussi la présence, pour la première fois dans l’histoire de la franchise, de la catégorie MotoE, un type de bolide assez spécial à contrôler, mais c’est principalement au sound-design que la chose choque puisque l’on dit a dieu aux rugissements de moteurs. Cette approche typée écologie est assez intéressante pour une première prise de contact, mais nous sommes persuadés qu’ici aussi, le comportement de la moto reste à améliorer, surtout en sortie de virages et aux freinages qui sont un peu trop souples selon nous.

Si le jeu se concentre donc sur la saison actuelle de MotoGP, on a aussi droit à une jolie section du jeu en solo appelé « Défis historiques » et dans laquelle le joueur peut  revivre des moments clés de la discipline répartis selon 4 catégories; Héros des 500 cm³, l’Aube de MotoGP, Grandes Rivalités et l’Ère Moderne. Un mode de jeu qui n’est pas sans rappeler le titre Valentino Rossi: The Game du même studio qui proposait à ses acquéreurs de revivre la carrière du pilote.

Une carrière un peu maigre

Ce sera finalement au niveau du mode carrière que ce MotoGP 19 peinera à convaincre. Plutôt classique dans la forme, elle commence tout d’abord par le choix de la difficulté, entre Pro et Normal, puis enchaîne sur la sélection de la catégorie dans laquelle le joueur veut démarrer, à savoir que l’objectif global restera de garder un classement convaincant dans la catégorie reine. La suite des choses est d’office plus prévisible. Il s’agira d’enfourcher sa bécane, remporter des points au classement, des points de recherche et développement auprès de son écurie, améliorer sa moto et ainsi faire de l’œil aux plus grosses écuries. Pour seul élément d’immersion servi aux joueurs, les briefings entre le pilote et ses techniciens dans les stands afin de dépenser ces fameux points en recherche et développement durement gagnés pendant les courses.

Greffons tout de même à cette carrière, qui est un peu l’image de la persévérance du joueur, la possibilité de créer un pilote à son image. A l’instar de ce que proposait MotoGP 18 de façon très archaïque puis plus exploité dans Ride 3, MotoGP 19 donne de véritables outils pour créer et éditer des casques, des numéros de course, des autocollants de pilote ainsi que des stickers de moto par le biais d’un menu sobrement intitulé Éditeur Graphique. Un ajout sympa qui titillera les instincts d’artistes se cachant au cœur de certains d’entre nous.

MotoGP 19 nous offre une IA innovéeFaites la connaissance d’ANNA

Si l’on se penche sur la bête noire des jeux de course, l’IA, nous faisons la rencontre d’un tout nouveau système spécialement concocté par le studio Milanais baptisé A.N.N.A. Cette intelligence artificielle avait été présentée par les développeurs comme un système conscient de ses actes et de son environnement, ce qui permettrait aux pilotes adverses d’adopter une conduite délivrant un challenge réel aux joueurs en évitant toute gêne de bêtise informatique. Le résultat est au final plutôt convaincant et démarque assez bien MotoGP 19 de ses prédécesseurs grâce à des pilotes qui changent leur comportement de piste en temps réel, pour ainsi dire, mais qui se veulent par conséquent plus prudents et prennent moins de risques, surtout en temps de pluie.

Côté multijoueur, les pilotes se réjouiront de constater la présence d’un menu de sélection de salons. Il sera ainsi facile de choisir une compétition en fonction de la météo, de la classe concernée, de la présence de qualifications, mais surtout du nombre de joueurs déjà présents (maximum 12 par salon) ainsi que le ping. Il est dès lors possible de créer son propre salon; qu’il soit public ou privé, et d’en décrire les les spécificités avec une jolie petite liste d’options dont certaines ne seront modifiables qu’en partie privée. C’est notamment le cas de la suppression des pénalités et des collisions pour un maximum de fun au-delà de la simulation.

Une année forte pour la franchise

Il est clair que Milestone aura pris en compte les points négatifs du titre de l’année passée pour nous concocter un MotoGP 19 riche en contenu. On baissera avant tout notre chapeau devant une IA plus réaliste, intelligente et qui n’hésite pas à donner un challenge aux joueurs. Côté contenu, nous assistons à une ribambelle d’expériences exclusives, à commencer par les défis historiques qui retracent de la plus belle des façons les moments clés de l’histoire de la discipline. Remarquons enfin que le mode multijoueur aura bénéficié de belles améliorations dont l’instauration de réels salons, mais on regrettera malgré tout l’absence de possibilité de s’affronter en local, ce qui est bien dommage au vu de la qualité visuelle que le titre propose, ce qui aurait pu amener de belles batailles plutôt réalistes.

Points positifs:

  • L’IA mieux travaillée
  • L’ajout des défis historiques
  • L’éditeur graphique plutôt complet
  • Un mode multijoueurs avec salons
  • Le nombre de motos et les différentes catégories

Points négatifs:

  • Pas de split-screen
  • La carrière n’est pas à la hauteur des attentes
  • Pas de météo dynamique


SITE OFFICIEL DE MOTOGP 19


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentTEST – Assetto Corsa Competizione
Article suivantElden Ring: Hidetaka Miyazaki donne les premières infos sur la narration
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here