Marvel est véritablement au cœur de la pop culture actuelle. Depuis le rachat de Disney, les productions cinématographiques s’enchaînent, ne se ressemblent pas et semble constamment délivrer une qualité exemplaire.

Avec l’arrivée du long métrage animé Spider Man: Into the Spider-verse (rebaptisé « New Generation » dans nos contrées) peu de temps après Venom, Sony, détenant encore quelques droits sur certains héros Marvel autour desquels il crée son propre univers cinéma, va tenter de toucher un public encore plus vaste que d’ordinaire avec un récit à la fois attachant et dopé aux scènes d’action mémorables.

La recette des films animé marchera-t-elle dans ce cas bien précis, en marge du MCU de Disney? C’est ce que nous allons voir…

Spider-Man: New Generation, un grand cru Sony?

Synopsis:

Spider-Man : New Generation suit les aventures de Miles Morales, un adolescent afro-américain et portoricain qui vit à Brooklyn et s’efforce de s’intégrer dans son nouveau collège à Manhattan. Mais la vie de Miles se complique quand il se fait mordre par une araignée radioactive et se découvre des super-pouvoirs : il est désormais capable d’empoisonner ses adversaires, de se camoufler, de coller littéralement aux murs et aux plafonds ; son ouïe est démultipliée… Dans le même temps, le plus redoutable cerveau criminel de la ville, le Caïd, a mis au point un accélérateur de particules nucléaires capable d’ouvrir un portail sur d’autres univers. Son invention va provoquer l’arrivée de plusieurs autres versions de Spider-Man dans le monde de Miles, dont un Peter Parker plus âgé, Spider-Gwen, Spider-Man Noir, Spider-Cochon et Peni Parker, venue d’un dessin animé japonais.

Là où Spider-Man: New Generation prouve qu’il ne se contente pas de s’inspirer des précédents films sur le héros, c’est grâce à l’exploitation de l’histoire de Miles Morales, un Spider-Man peu souvent évoqué si ce n’est dans les comics et, plus récemment, dans le jeu vidéo Marvel’s Spider-Man de… Sony! En effet, les producteurs étant habitués des films d’animation auraient ainsi travaillé dans la continuité du jeu en présentant un personnage très particulier dont les débuts héroïques sont similaires au Peter Parker que tout le monde connait. Spider-Man: New Generation s’inspire aussi du Spider-Verse, l’univers étendu apparu dans les comics dès 2014. Celui-ci présente plusieurs versions du héros, mais toutes ne sont pas forcément intéressantes. On pensera entre autres à Spider-cochon, la version cartoonesque qui n’est qu’un horrible cliché de toutes les caractéristiques des animés d’époque. Bien qu’aussi très différentes de ses collègues, Peni Parker est une version manga de Spider-Man sous la forme d’une petite fille accompagné d’un robot construit par son père défunt et dans lequel réside l’esprit d’une araignée.

Bref, seuls les protagonistes plus traditionnels (Spider-man, Spider-Gwen, Miles Morales) sont les plus intéressants à développer, et le film ne s’attarde d’ailleurs pas vraiment sur les autres. C’est comme si le Spider-Verse était introduit dans le scénario pour souligner le fait que Miles n’est pas tout seul face aux événements qui l’attend et que son histoire est reliée de près à celles des autres Spider-men. Ces éléments vont véritablement lui servir de tremplin pour sauter dans le vide et prouver qu’il est l’égal de son idole, Peter Parker.

Alors que le scénario reste très convaincant malgré quelques petits éléments relativement inutile au développement de l’intrigue, c’est surtout sur le plan esthétique que Spider-Man: new Generation surprend. En effet, le film exploite plusieurs idées sur les différents plan et offre un mix idéal d’animation variées et largement inspiré des bande-dessinées qui ont donné vie au héros. On y retrouve donc régulièrement un grain d’image, des traits grossiers, l’apparition de phylactères pour accentuer des expressions ou états d’esprit ou encore des effets de flou donnant parfois l’impression qu’il s’agit d’une image réalisée pour la 3D. Le tout est donc très particulier à voir mais ô combien éblouissant.

Le rendu visuel de Spider-Man: New Generation est impressionnantOn tirera enfin notre chapeau face à une bande-originale qui restera en tête des jours après avoir regardé le film, notamment avec l’implication de la star américaine Post Malone et son titre Sunflower ayant servi aux fins marketing du film ou Nicki Minaj, Lil Wayne et Aminé pour donner un maximum de punch aux événements, et ça marche!

Spider-Man: New Generation est en définitive un titre très surprenant. Il nous aura émerveillé par son histoire délivrant des surprises, de l’humour de l’action bien dosés ainsi qu’un rendu visuel subjuguant. Si l’aspect animé peut faire croire qu’il s’agit d’un film destiné au jeune public, c’est tout faux puisque l’intrigue reste assez mature et ne tombe jamais dans le ridicule. Voilà très certainement un must-have pour les fans de Marvel.


SITE OFFICIEL DE SPIDER-MAN NEW GENERATION


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here