Fiche technique de The Division 2 :Fiche technique de The Division 2Éditeur : Ubisoft
Développeur: Ubisoft
Date de sortie : 15 mars 2019 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Shooter RPG
Multi : oui
Langue : français

Washington is next!

Bienvenue dans The Division 2, une expérience se déroulant aux alentours de la Maison Blanche et s’inscrivant dans la continuité de la catastrophe survenue au Black Friday à New York dans l’épisode précédent. Après avoir débarqué devant le bâtiment en proie à une faction d’ennemis hostiles, voilà que repose sur vos épaules l’avenir de la population. Vous devrez ainsi, en tant qu’agent sur-entraîné de la Division, faire face à plusieurs factions ennemies un peu moins distinguées les unes par rapport aux autres que dans le premier jeu. A l’exception des Black Tusks et leur technologie surdéveloppée arrivant dans le jeu une fois le niveau 30 atteint, les autres ennemis se suivent et se ressemblent. Même les ennemis de catégorie supérieure ne se présentent que sous la forme d’un sac à PV portant un nom random. Hélas, le constat d’un scénario pauvre qui s’appliquait à The Division est aussi applicable à cette suite. Franchement très en retrait, on jouera davantage à The Division 2 pour l’énorme contenu qu’il propose plutôt que pour son scénario fantôme.

Une progression lente mais sure

La première chose qui nous a frappé lors des premières heures de jeu avec The Division 2 est le nombre de similitudes avec son prédécesseurs. Pour tous les joueurs ayant passé du temps le le titre précédent, il ne faudra pas plus d’une dizaine de minutes pour reprendre totalement le soft en main avec un game design qui a déjà fait ses preuves. Néanmoins, ne venez pas croire que le jeu est une pâle copie du premier. Si les mécaniques fondamentales Des mécaniques de jeu authentiques pour the division 2semblent inchangées, nous noterons l’ajout de plusieurs nouveautés et correctifs qui auraient été les bienvenus lors de la sortie du premier jeu de la série. Premièrement, l’un des problèmes principaux rencontré ces dernières années était le profond dégoût des joueurs tués à peine rentré dans la Dark Zone. Cette fois, une zone de protection a été implantée autour de l’entrée de chacune des trois Dark Zones. Oui, The Division 2 a cette fois scindé sa zone PvE/PvP en trois. Pourquoi? Simplement pour délivrer différents level-design et ainsi proposer trois variantes de cette expérience que beaucoup trouvaient très intéressante. Pour ce qui est du reste, Massive Entertainment s’est à peu près cantonné à la recette traditionnelle demandant aux joueurs d’extraire le matériel looté et infecté pour le récupérer à Washington, lavé de tout virus.

Durant le combat, on retrouve également des sensations de tir plus réalistes. On a cette fois moins l’impression de tirer avec des pistolets à billes mais plus avec de vraies armes. Sur ce point, un gros effort de sound design à été mis en place, et il en va de même pour l’environnement qui nous entoure. D’autre part, les compétences de soutien des agents se sont étoffées. Chacune d’elles se décline en quelques variantes offensives ou défensives, et le joueur peut dès lors concocter son équipement en fonction de son propre style de jeu. The Division 2 est ainsi plus intime avec le joueur qu’auparavant, et l’immersion est par conséquent renforcée.

Ending is the beginning

Comme dans tout bon « shooter-looter », c’est véritablement une fois le niveau 30 atteint que le jeu commence réellement pour les joueurs hardcore. Une fois le niveau maximum débloqué, vous ferez la rencontre des Black Tusks, une nouvelle faction ennemie Les Black Tusks sèment la pagaille dans the division 2venue déclencher une véritable guerre des clans sur Washington. Dès cet instant, le gameplay changera aussi du tout au tout. Vous devrez choisir une classe à laquelle correspond une arme tertiaire spécifique (arbalète, sniper ou lance grenade), et l’efficacité de votre équipement sera mesuré différemment. Le score de votre équipement sera alors un bon moyen de mesurer votre niveau par rapport à celui des missions proposées. Au début de cette seconde aventure, vous ne pourrez pas immédiatement effectuer n’importe quelle activité et le jeu vous forcera un peu la main en vous faisant comprendre que la réalisation de petites activités annexes est nécessaire pour vous améliorer. The Division 2 nous embarque ainsi dans son cycle semblant infini dans lequel il faut réaliser plusieurs missions pour remporter de meilleurs équipements et accéder à des missions de niveau supérieur.

Un peu de tourisme au coeur de la guerre

Terminons enfin par une note plus artistique, les fameux graphismes. Sujet capital pour certains et débat stérile pour d’autres, il faut tout de même avouer que The Division 2 en impose avec sa réplique de Wahsington grandeur nature. Le jeu s’offre en effet une modélisation pratiquement identique à la véritable ville américaine en y apportant une grosse touche post-apocalyptique franchement réussie. Les bâtiments et véhicules abandonnés, les innombrables cachettes de ressources, les groupes de survivants patrouillant pour sécuriser la zone, des animaux sauvages à la nature qui reprend ses droits, on se croirait presque dans The Last of Us. Fini les rues froides et enneigées de New York. Cette fois, nous prenons plutôt une direction saisonnière printanière alternant entre de sublimes couchers de soleil aux plus beaux paysages baignant dans une lumière très naturelle en passant par de gros orages assourdissants à l’atmosphère lourde. La véritable carotte pour que les joueurs explorent de fond en comble la ville est un nombre incalculable de petits coffres, valises ou boites décelant des vivres pour les alliés survivants, des armes, équipements ou cosmétiques. On saluera au passage un sound design des plus exquis qui s’apprécie d’autant plus avec un bon casque surround. Tout est là pour nous permettre de visiter Washington de la façon la plus agréable, impressionnante et naturelle que possible.

The Division 2 délivre de sublimes paysages

The Division 2 est dans la parfaite continuité du premier opus. Le jeu semble reprendre là ou son prédécesseur s’était arrêté, à savoir avec un concept de base d’exception mûrit à l’aide de mises à jour bénéfiques voire indispensables pour l’expérience de jeu. Bien que le gameplay ait très peu changé en soi, c’est principalement au niveau visuel et du contenu que The Division 2 surprend. La ville de Washington est resplendissante, le nouveau système de classe d’agent suggère un jeu en coopération stratégique et réfléchit à travers lequel chaque joueur y trouve son compte grâce à de multiples possibilités d’équipements, de spécialisations et d’armement. Comptez donc une quarantaine d’heures de jeu pour venir à bout des missions principales et le moment où vous atteindrez le end game qui, à son tour, délivrera de nombreuses heures de loot et d’activités supplémentaires. Il n’y a pas à dire, The Division 2 délivre un contenu ahurissant pour un public sachant apprécier le farm à la Destiny.

Points positifs:

  • Washington travaillée à la perfection
  • Un sound design irrésistible
  • Un gameplay authentique et amélioré
  • Une durée de vie impressionnante
  • La roadmap de mises à jour gratuites de Massive Entertainment
  • Le système de classes et de World Tier
  • L’IA est cette fois plus rusée, les ennemis communiquent entre eux
  • Les petites activités secrètes à dénicher pour looter de bonnes surprises

Points négatifs:

  • Présence de quelques bugs de physique gênants
  • L’absence d’un véritable scénario
  • Le manque de background des personnages du jeu
  • Dans The Division 2, on marche beaucoup… beaucoup!

SITE OFFICIEL DE THE DIVISION 2


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
8,5
Article précédentAVIS – Persona 3 Tome 1 & 2
Article suivantTEST- Super Dragon Ball Heroes: World Mission
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here