Fiche technique de Left Alive:

Éditeur : Square Enix
Développeur: Square Enix
Date de sortie : 5 mars 2019 sur PS4 et PC
Type : infiltration
Multi : non
Langue : anglais sous-titré français

Avec Square Enix comme éditeur et Yoji Shinkawa au Character Design, nous ne pouvions que nous dire que Left Alive était un spin-off de Front Mission à ne pas manquer. Dévoilant au fil des vidéos de présentation un gameplay typé infiltration un peu calqué sur la franchise Metal Gear Solid de Hideo Kojima, le jeu était très prometteur et mettait en avant de très bonnes idées. Aujourd’hui, c’est malgré tout dans la discrétion la plus totale que le dernier né de Square Enix est sorti après s’être fait descendre (très lourdement) par la critique nipponne ayant eu droit à un avant-goût avant les médias et joueurs du reste du monde. De quoi s’inquiéter avant même d’avoir démarré le soft?

Le tout commence en 2127, alors que la région fictive Novo Slava est envahie par l’armée de Garmoniya, un pays voisin dans un véritable contexte de guerre froide. Malgré les Wanzer déployés, ces gros méchas bipèdes fabriqués pour la guerre et aperçus dans la série des Front Mission, la ville est maintenant dévastée et seuls trois survivants tenteront de remettre les choses en ordre. Bien évidemment, la ville étant submergée par les ennemis, il faudra la jouer discret et essayer de ne pas se faire repérer pour… rester en vie!

Le tout est de rester en vie avec Left AliveUne réalisation bâclée

N’y allons pas par quatre chemins, les critiques japonaises n’avaient pas tellement tort, le jeu est graphiquement bien inférieur à ce à quoi nous avons été habitués sur PS4. Nous avons sous nos yeux un level design très minimaliste créé sur base de textures dignes d’une PS3 en début de vie, et encore. Le tout paraît très fade, d’autant plus que le champ de vision est très limité pour un jeu d’infiltration qui nécessite un maximum d’observation. Certains d’entre-vous diront qu’il ne faut pas uniquement juger un jeu sur sa beauté, mais Left Alive ne se contente hélas pas de ce seul défaut.

Le jeu vous prépare donc d’emblée à ne jamais vous faire repérer par l’ennemi. Ceux-ci pourraient mettre fin à votre partie en quelques secondes si vous ne prenez pas garde. Les soldats sont en effet très nombreux et surtout très résistant. Même si le jeu met entre nos mains une arme, on se demande bien à quoi elle pourrait servir puisqu’un chargeur n’est parfois pas suffisant pour abattre un seul ennemi. Les ressources ne sont pas rares dans le jeu. Vous trouverez régulièrement quelques munitions et quelques consommables servant à un menu de fabrication assez indigeste par lequel vous serez obligé de passer pour fabriquer des éléments de soin ou des projectiles par exemple. Ceci dit, le système de craft est à peu près tout ce qu’il y a de bien dans Left Alive, quoi que très basique puisque l’on retrouve tout ce qui le constitue dans d’autres jeux du genre, bien mieux maîtrisés.

Le système de crafting de Left Alive est à peu près tout ce qu'il y a de bienDans son ensemble, le gameplay est aussi très indigeste. Le contrôle des personnages est rigide, très imprécis ce qui amène régulièrement le joueur à effectuer des mouvements non désirés, ce qui entache totalement l’esprit d’infiltration du jeu. Impossible d’avoir une once de précision de mouvements pour tenter de conter l’un ou l’autre ennemi. Le jeu est très mal équilibré. Ne parlons même pas des doublages ou de la motion capture. Ce dernier, très limité, est accompagné d’un doublage anglais respectable pour les personnages principaux, mais n’allant pas de pair avec ce qui se présente sous nos yeux. Quant aux ennemis et l’IA avertissant leur approche, les répliques limitées au plus haut point et répétitives.

Un bon départ puis c’est la chute

Left Alive est hélas bien la bouse annoncée il y a quelques jours, et il est peu surprenant que Square Enix ait envoyé le jeu à la presse un jour après la sortie pour être certain de ne pas entacher le « jour J ». La narration du soft se contente d’une rapide mise en place du contexte sans jamais en approfondir les détails, les trois personnages jouables sont peu mémorables et manquent cruellement de charisme, les graphismes sont digne d’une console d’ancienne génération et le gameplay est très imprécis et rigide. Il ne s’agit pas là d’un petit jeu indépendant, mais d’un titre d’infiltration vendu au prix plein et inspiré de l’univers Front Mission qui aura pourtant réussi à convaincre des milliers de joueurs. Dommage de gâcher un si bon concept avec une réalisation aussi pauvre et bâclée à tous les niveaux. Rien n’aura retenu notre attention sur ce Left Alive, ce qui est bien dommage puisque nous en attendions beaucoup.

Points positifs:

  • Un menu crafting complet, mais peu inspiré

Points négatifs:

  • Le jeu est très moche
  • Les personnages sont peu mémorables
  • Le jeu est très très difficile, mauvais équilibrage
  • Pour un jeu d’infiltration, le tout semble extrêmement linéaire
  • Gameplay rigide, imprécis
  • Une narration en service minimum
  • Le prix de vente, affreusement élevé au vu du rendu final

SITE OFFICIEL DE LEFT ALIVE


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
5
Article précédentAnthem: malgré les retours mitigés, le jeu est top 1 en février sur le PlayStation Store
Article suivantSekiro: Shadows Die Twice: le nouveau trailer est là
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here