C’est en février 2018 que Netflix nous fait la surprise d’obtenir les droits complets de diffusion pour le troisième film de la saga Cloverfield. Une démarche très surprenante pour The Cloverfield Paradox qui fait donc l’impasse sur sa sortie dans les salles obscures au profit des abonnés à l’offre Netflix qui semble constamment s’enrichir. De façon peu surprenante, certainement dû on contrat strict établi par Netflix, il aura fallu près d’un an avant d’apercevoir une sortie DVD et Blu-ray du film dans nos rayons.

Synopsis:
Après un accident avec un accélérateur à particules, une station spatiale américaine découvre que la Terre a disparu. Les résidents de la station vont alors être confrontés à l’étrange présence d’une autre station spatiale tout près de leur position.

The Cloverfield Paradox s’insère donc parfaitement dans l’univers établi par le film Cloverfield (2008) mettant en scène une série de catastrophes causées par des créatures venues du nulle part caméra à l’épaule sans jamais trop en montrer. Plusieurs années plus tard, un second film voit le jour, cette fois en huis clos, intitulé Ten Cloverfield Lane (2016), mais ne rencontre pas le même succès auprès des fans que son prédécesseur à cause d’un scénario et une réalisation très différente de celui-ci et malgré les notes encourageantes de la presse.

Cloverfield, film d'horreur 2008Aujourd’hui, The Cloverfield Paradox propose encore une vue alternative de la même catastrophe présentée dans les deux précédents films cette fois depuis l’espace, éclaircissant des dizaines de théories établies par les fans sur la provenance des créatures et ce qui a mené les humains à leur perte quasi certaine. Pour se faire, le jeune réalisateur Julius Onah a fait appel à un casting raisonnable gratifié de la présence de Daniel Brühl (Rush/ Captain America: Civil War), mais aussi Aksel Hennie (Hercules / Seul sur Mars) épaulé par des acteurs apparus lors de productions assez secondaires, mais dont les talents ne sont plus à prouver.

The cloverfield paradox et l'équipage du shepardNous tenons au final un scénario captivant et rythmé de façon à pouvoir expliquer chacune de ses subtilités. On ne peut toutefois pas s’empêcher de constater un petit manque de place dans le script pour le développement de chacun des membres d’équipage, ce qui enlève fatalement un certain de degré de profondeur scénaristique.

Même si l’issue finale du film semble très simpliste, on ne peut qu’admirer les idées qui se suivent pour retranscrire le fait que nos protagonistes se retrouvent coincés dans une autre dimension, usant d’effets spéciaux pour créer des scènes de boucherie corporelle. Le tout donne in fine un ton très glauque à l’aventure spatiale de l’équipage du vaisseau Shepard et les enjeux très conséquents (l’avenir de l’humanité en manque cruel de ressources énergétiques vitales) reposant eux instaurent une constante pression sur chaque action entreprise par les astronautes pour se sortir de la galère. Chaque instant provoquant un retard sur l’objectif principal de la mission spatiale met à cran le spectateur. Nous nous sommes surpris plusieurs fois à nous demander si l’objectif sera fait dans les temps, si l’équipage s’en sortira et, surtout, l’impact qu’aura la mission sur la Terre en cas de réussite et au vu des événements se déroulant sur notre belle planète au même instant (Cloverfield).

La temporalité de la trilogie semble finalement très bien réalisée. Chaque opus Cloverfield se déroule de façon parallèle et donne au spectateur une parfaite vision de la catastrophe en cours. Bien entendu, un film ne va pas sans l’autre puisque chacun d’eux dramatise la situation à leur façon. Néanmoins, c’est un petit goût de trop peu qui survient à la fin du film qui nous laisse encore avec beaucoup de questions entêtes. Rendez-vous pour un quatrième film?

Shepard - The Cloverfield Paradox

Grâce à un jeu d’acteur soigné, une production très propre et de bonnes idées éparpillées dans le scénario, The Cloverfield Paradox parvient à arrondir les angles d’une trame assez simpliste et dont l’issue est fort prévisible. Néanmoins, on ne peut pas retirer au film sa parfaite imbrication dans l’univers Cloverfield lancé il y a plus de 10 ans.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE