First Man, ou l’histoire de l’atterrissage d’Apollo 11 sur la Lune et l’envers du décor chez Neil Armstrong, premier astronaute à avoir franchi le cap de l’exploration lunaire. Ce film, signé Damien Chazelle prouve que marquer l’histoire de l’humanité n’est pas forcément synonyme de bonheur dans la vie d’un homme qui accompli un tel exploit.

Synopsis:
Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

Ryan Gosling au top de sa forme

Après avoir tourné l’excellente comédie musicale La La Land en compagnie de Damien Chazelle, Ryan Gosling endosse encore une fois le rôle principal dans First Man avec un jeu d’acteur qui retranscrit étonnamment bien les difficultés psychologiques que subit Neil Armstrong lors de son  entrainement pour l’exploration lunaire. On le sait, la caractéristique principale de l’acteur est de ne pas énormément retranscrire d’émotions sur son visage. Vu comme un défaut chez certains cinéphile, ce jeu d’acteur peut s’avérer être un atout de taille lorsqu’il est exploité dans un scénario très psychologique? C’est justement l’essence même de First Man qui, tout en se reposant sur un sujet documentaire, mais ô combien connu du grand public, use des compétences de Ryan Gosling pour donner une dimension très intime de l’astronaute.

Ryan Gosling dans le rôle de Neil Armstrong pour First ManDans First Man, les scènes familiales avec Armstrong sont lentes, relativement calmes, mais certains plans valent souvent mieux que de grandes scènes à l’américaine avec une bande-son poussée au volume maximum. Les fans de Gosling peuvent donc s’attendre à autant d’intensité que dans un Drive ou  A Place Beyond the Pines.

A côté de ça, bien que les séquences durant lesquelles le protagoniste se retrouve à la NASA pou son entrainement très rigoureux ou dans la navette spatiale sont assez bien réalisées, mais manquent peut-être un peu de saveur. Ces moments de films qui, rappelons-le, donnent un regard moderne sur ces événements historiques pour les USA et le monde entier, auraient pu bénéficier de plans larges marquants et d’une bande-son plus présente venant amplifié le sentiment de victoire général. Alors que nous pouvions nous attendre à un spectacle digne d’Interstellar ou encore Gravity, First Man se contente de peu durant ces moments ou Armstrong et ses problèmes personnels passent légèrement en arrière-plan au profit du domaine scientifique spatial.

Un casting de choix pour marquer l’humanité

En marge de la présence gratifiante de l’acteur dans le casting, d’autres visages connus intégreront les rangs de la NASA le temps d’un film dont Corey Stoll (Ant-Man) dans le rôle de Buzz Aldrin, Ciarán Hinds (Game of Thrones, Justice League) dans la peau de Bob Gilruth ou encore Cory Michael Smith que les fans de la série Gotham reconnaîtront pour avoir incarné avec brio le rôle de l’homme Mystère. Claire Foy, ayant interprété le rôle de la Reine Elizabeth II dans la série The Crown prête ses traits à Janet, femme de Neil.

First Man retransmet toutefois très bien le calvaire que peut vivre un astronaute de la trempe de Neil Arsmtrong durant les épreuves à subir pour une telle mission. Le chagrin, la perte de proches et l’absence familiale sont autant de problèmes qui donnent un regard neuf sur l’un des événements les plus marquants de notre histoire. Alors que l’on pourrait croire à un film plutôt concentré sur l’exploit en lui-même, First Man délivre l’envers du décor comme jamais avec des scènes très psychologiques accentuées par les talents de Ryan Gosling et un scénario au rythme irrégulier, voire souvent lent. Une aubaine pour les fans de l’acteur qui retrouveront toute l’essence de son art à travers un scénario solide et intrigant. Une production cinématographique très instructive à regarder sans modération.

Points positifs:

  • Un casting au top
  • Ryan Golsing retranscrit à la perfection les scènes très psychologiques avec Neil
  • L’histoire de Neil Armstong est très captivante
  • Un rendu visuel très propre

Points négatifs:

  • Les scènes spatiales manquent de mise en avant par une grosse bande-son ou des plans spectaculaires
  • Le rythme du film est en dents de scie

SITE OFFICIEL DE FIRST MAN


 

APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
7,5
Article précédentThe Division 2 : Dates, info, contenu. Tout ce qu’il faut savoir avant de jouer
Article suivantPokémon GO: Meltan disponible en chromatique
Fan des jeux vidéo depuis la première Playstation, et plus particulièrement depuis la sortie de Metal Gear Solid 1, j'ai maintenant décidé d'être un acteur à part entière de ce monde fascinant des jeux vidéo en créant 4WeAreGamers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here