TEST – Just Cause 4 sur PS4

1

Fiche technique de Just Cause 4 :

just cause 4Éditeur : Square Enix
Développeur: Avalanche Studios
Date de sortie : 4 décembre 2018 sur PS4, Xbox One et PC
Type : Action/Aventure
Multi : Non
Langue : Français

Tout est une question de Timing, de volonté et de pains de C4

Se déroulant directement après les aventures du troisième épisode, nous retrouvons notre homme à tout faire, Rico Rodriguez, pour un quatrième opus riche en action et en scènes dynamiques dignes des plus grands blockbusters. Notre héros est contacté pour se rendre sur l’île de Solis car une arme terriblement destructrice a été créée. Celle-ci se nomme Projet Illapa et est capable de modifier le climat voire même de provoquer de terribles tempêtes. Bien évidemment, ce serait trop facile s’il n’y avait pas un peu de résistance, l’île est en effet sous le siège d’une organisation militaire privée contrôlée par une femme répondant au nom de Gabriela Morales. Nous apprenons également par la suite que le père de notre héros, Miguel Rodriguez pourrait se trouver dans cette région puisqu’il serait lié à la création de cette terrible arme. Ainsi donc, notre héros au charisme légendaire s’envole pour avoir des réponses et arrêter le complot qui se prépare.

just cause 4Ce qui est intéressant à noter, c’est le style de narration qui se positionne exclusivement du côté du héros, c’est-à-dire Rico. En effet, les développeurs ont préféré centrer l’histoire sur votre personnage, son père et son organisation qui se forme petit à petit tout en délaissant totalement les méchants. Vous ne devez donc pas vous attendre à faire un aparté sur leurs plans machiavéliques, vous les verrez uniquement au début et à la fin de l’histoire. Ce style de narration ne plaira clairement pas à tout le monde et peut provoquer un sentiment d’incompréhension vis-à-vis de l’histoire.

Rien ne peut m’arrêter

L’histoire de Just Cause 4 manque cruellement de saveurs et d’intérêt, il est clair que les joueurs ne jouent pas à ce titre pour son histoire, mais plutôt pour son gameplay fortement axé sur un style GTA-Like. Tout est possible et presque rien n’est interdit, les catastrophes météorologiques sont un atout qui rendent le titre plus fun à jouer. Malgré cela, le jeu propose un nombre assez restreint d’éléments climatiques qui influencent le jeu, la machine peut provoquer entres autre des tempêtes de sable, des blizzards, des tempêtes normales et des tornadesjust cause 4. Les deux premières intempéries auront pour but principalement de vous obstruer la vue et de diminuer la visibilité de l’environnement, les tempêtes obscurciront les cieux avec la naissance d’éclair par intermittence que vous devrez bien évidemment éviter. Les tornades quant à elles offrent une expérience de gameplay à la fois intense, nouvelle et surtout amusante, on trouve toujours aussi marrant même après plusieurs heures de voir tout le décor s’envoler. Il faut également avouer que les développeurs de chez Avalanche Studios ont particulièrement travaillé sur les tornades et ça se voit, les forces du vent emportent facilement les objets ayant une faible masse, mais auront des difficultés à soulever des objets plus lourds comme des camions ou des blindés.  Notez par ailleurs qu’une fois les zones libérées, vous pourrez déclencher comme bon vous semble les tempêtes et intempéries en tout genre.

Hormis cet aspect, il y a bien évidemment le grappin qui est l’outil indispensable de notre ami Rico. L’appareil garde ses anciennes compétences, mais en obtient de nouvelles, il peut maintenant propulser à l’aide de fusées des objets et également de fixer un ballon à des objets pour les faire s’envoler. Ces ajouts rajoutent encore du fun et du Wtf dans le gameplay, vous pourrez transformer n’importe quel objet normal en projectile mortel. Pour terminer, le titre de Square Enix gagne un peu en réalisme puisque votre personnage ne pourra plus s’équiper à l’avenir de deux armes uniquement.

Graphiquement un peu dépassé

En ce qui concerne le décor et les environnements, que ce soit pour dans les forêts tropicales, les montagnes enneigées, le désert… Just Cause 4 arrive à nous offrir un rendu très joli avec une palette de couleurs claire et qui convient toujours au lieu ou nous nous trouvons. Là où le jeu d’Avalanche Studios ne tient pas la longueur, c’est notamment sur la modélisation des personnages qui ont des expressions parfois très rigides et mal retranscrites. Néanmoins, contrairement à Just Cause 3, ce quatrième épisode a un tout nouveau moteur graphique qui corrige bug, aliasing et clipping même si celui-ci n’est pas exempt de défaut. Même s’il y a une nette amélioration, il présente encore quelques bugs, mais qui ne sont pas non plus trop préjudiciables.

just cause 4Au fond, nous savions à quoi nous attendre quand nous avons commencé à Just Cause 4, l’histoire ne se révèle pas être vraiment intéressante, mais l’expérience de jeu proposé remplace le manque de scénario. Le grappin et le changement de climat à un rôle majeur dans notre appréciation du jeu. Il ne faut également pas faire attention au rendu des personnages et des véhicules même s’il arrive à se reprendre sur environnement et les diaporamas proposés.

Points positifs:

  • Une durée de vie convenable (entre 15 et 25 heures)
  • Les nouveautés apportées au grappin
  • Le climat et surtout les tornades
  • Graphiquement jolie
  • Le système de contrôle de territoire

Points négatifs:

  • Un scénario qui manque d’intérêt
  • Des visages un peu rigides
  • Quelques bugs

SITE OFFICIEL DE JUST CAUSE 4


APERÇU DE REVUE
NOTE GLOBALE
7
Article précédentTEST – The Council
Article suivantJump Force : Asta de Black Clover rejoint la team
Immense fan de jeux vidéo, manga, cinéma et comics. Le jeu vidéo a pris une place importante dans ma vie plus qu'un simple passe-temps, une véritable passion c'est grâce à 4WAG que je peux enfin réaliser un rêve de gosse. Joueur sur Playstation 4, les meilleurs jeux à mes yeux sont Assassin's Creed, Last of us, God of war et uncharted.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here