Sixième opus d’une franchise dont la flamme ne cesse de brûler, SoulCalibur VI est de retour. L’objectif du studio étant de garder l’âme et les sensations tout en gardant les avantages des épisodes précédents, il ne reste qu’à voir si la recette a bien fonctionné. Ou est-ce une douce illusion ? Réponse dans notre test !

Une réalisation à la traîne

Commençons directement par le sujet qui fâche : la réalisation. Cette dernière laisse clairement à désirer sur ce SoulCalibur VI. Disons-le, Project Soul a déjà fait mieux et ça se sent. Quand on voit ce que peuvent faire les concurrents directs, il est clair que SoulCalibur VI est à la traîne. Aliasing fort présent, des décors qui auraient mérités plus de détails, temps de chargement longs ; bref on a déjà vu mieux. On notera tout de même un design plutôt réussi des personnages ainsi qu’une animation toujours aussi fluide et détaillée, rendant les duels assez énergiques. Côté musique, les bandes-son sont toujours aussi épiques. Quelques morceaux viennent agrandir d’ailleurs le panel de classiques de la saga, pour notre plus grand bonheur.

Une faiblesse colmatée ?

En 2012, l’un des principaux reproches faits à SoulCalibur V résidait dans sa campagne solo très courte. Pour cet opus, Project Soul avait la nette ambition de résoudre cela. A priori, c’est chose faite puisque SoulCalibur VI propose non pas un mais deux modes scénarisés. Ainsi, Chroniques d’Âme vous permettra de créer votre propre avatar et de vivre la célèbre légende de Soul Edge. Un point de vue inédit concernant l’épée légendaire qui nous a plutôt séduit. Toutefois, la campagne est loin d’être dénouée de tout défaut. Parmi la liste, on notera des problèmes liés à la narration du jeu, comme les dialogues qui sont beaucoup trop longs et sur des images fixes. Par ailleurs, certaines maladresses dans les textes viennent parfois entacher l’immersion. Dommage pour une campagne solo digne de ce nom.

Oui, mais il serait extrêmement fâcheux de s’arrêter à ce mode de jeu solo. En effet, le second paraît, quant à lui, beaucoup plus intéressant. Fondé sur un principe de faux RPG, Balance de l’Âme vous permettra de partir à l’aventure et de récupérer de l’expérience grâce aux niveaux, mais aussi des armes légendaires ou encore de remplir des quêtes annexes pour gagner des récompenses. Ce mode vous permettra même de pratiquer du recrutement pour que des Mercenaires viennent vous prêter main forte au fil de vos combats. Bien costaud, il faudra compter une bonne dizaine d’heures de jeu pour en venir à bout. Et encore, la campagne peut être recommencée à plusieurs reprises puisque vous devrez faire des choix ayant des conséquences et qui fera pencher la balance en faveur du bien ou du mal, conduisant à différents dénouements.

Quid des autres modes ?

En ce qui concerne les autres modes de jeu, le classique mode « Arcade » refait son apparition pour tous les amateurs d’enchaînements de combats. Il s’agit ici de vaincre huit adversaires à la suite, sachant que le chronomètre enregistre le temps écoulé et que vous pouvez obtenir une médaille de bronze, d’argent ou d’or selon votre prestation. Vint ensuite le mode « Duel », qui vous permettra de vaincre des adversaires IA ou l’un de vos amis dans des matchs hors ligne. On regrettera le manque de variantes telles que les modes Survie et Team Battle, par exemple. Quant au online, vous aurez affaire à des matchs classiques en classé ou amical.

SoulCalibur VIUn casting faible mais varié

Tout est dans le titre. Parlons donc du roster proposé dans SoulCalibur VI. Ce dernier compte en tout 22 combattants jouables. Ce nombre est faible en comparaison des 28 combattants de l’épisode 5. Toutefois, force est de constater une certaine variété puisque quasiment tous les styles de combats sont représentés. Les fans remarqueront tout de même l’absence de figures emblématiques de la licences comme Hwang ou de Yun Seong. Natsu, Leixia, Xiba ou encore le célèbre Talim sont de retours. Comme d’habitude, Mitsurugi, Sophitia et Siegfried sont bels et bien présents. On notera également l’arrivée de nouveaux venus comme Groh et Azwell, aux techniques de combats plutôt inédites. Le premier utilise une épée double pouvant se séparer en deux et surprend par sa rapidité extrême, tandis que le second est capable d’invoquer une multitude d’armes afin de contrôler l’espace. Enfin, comme chaque opus, nous avons droit à un invité VIP. Ici, il s’agit de Geralt de Riv. Ce dernier, disons-le, s’intègre à merveille dans le jeu sans aucune difficulté.

Un titre paré pour le compétitif ?

Mais qu’en est-il du système de gameplay et de sensations de jeu ? Eh bien, selon toute vraisemblance, elles semblent plutôt bonnes. SoulCalibur VI a l’air solide pour le compétitif de haut niveau tout en étant capable d’attirer les joueurs qui veulent juste s’amuser. Ainsi, on retrouve la maniabilité souple et instinctive qui rend les matchs dynamiques et disputés pour peu que l’on joue avec un adversaire de même niveau. C’est grâce à cette perspective que nous devons une invention révolutionnaire et bienvenue dans le jeu : le Reversal Edge. Basé sur un principe de  « revirement de situation », cette technique permet d’interrompre l’offensive adverse. Par la même occasion, elle permet aussi de lancer une contre-attaque fulgurante. Le gagnant de cette jouxte est déterminé via le traditionnel du pierre-feuille-ciseau. Sauf que, dans ce cas précis, l’attaque verticale bat celle horizontale tandis que cette dernière bat le coup de pied, qui lui a l’avantage sur l’attaque verticale. Oui, mais ce n’est pas aussi simple puisque d’autres éléments sont pris en compte comme la garde ou les déplacements. Notons que si le lanceur est, a priori, avantagé d’un point de vue strictement tactique et psychologique, il convient de ne pas en abuser. En effet, faire le mauvais choix est très punitif puisque vous subissez une contre-attaque  qui peut faire très mal si vous êtes face à un adversaire qui connaît quelques combos. De plus, il est aisé d’éviter l’attaque (souvent verticale) en faisant un pas de côté, rendant le lanceur complètement vulnérable.

Des changements qui font mouches ?

Mais SoulCalibur VI n’a pas fait seulement l’objet d’ajouts et de nouveautés en tous genre. A l’écoute de sa communauté, Project Soul en a également profité pour apporter quelques changements à son jeu de combat. C’est notamment le cas de la Soul Charge, qui permet désormais de rendre les attaques, durant un court instant, plus puissantes. Elles ont aussi des propriétés supplémentaires, qui sont toujours bonnes à prendre dans un combat à mort. C’est aussi à ce moment-là que nous pouvons lancer les Brave Edge, qui ne sont pas sans rappeler certains coups spéciaux de SoulCalibur V. Cette technique peut s’avérer intéressante pour retourner à son avantage une situation périlleuse. Mais elle possède aussi un inconvénient de taille : une défense affaiblie. L’utiliser est donc toujours sympa, mais cela doit se faire sous le coût d’une bonne réflexion. Quant aux Critical Edges, elles sont toujours bien présentes. Cette fois-ci, elles peuvent être lancer au moyen des trois touches d’attaque ou via un raccourci, permettant aux novices de les lancer plus rapidement. Point négatif : elles sont difficilement punissables une fois manquées, ce qui risque d’irriter les puristes du jeu. Globalement, ces changements sont plutôt bienvenus.

SoulCalibur VIEnfin, notons un dernier grand changement. Celui-ci concerne les combos, qui peuvent s’enchaîner beaucoup plus facilement que par le passé. En effet, il est désormais possible d’enchaîner les attaquer en spammant l’une ou l’autre touche d’attaque verticale ou horizontale. Ce point risque fortement d’inciter les débutants à marteler ces touches. Une autre preuve de la tendance très « grand public » de ce titre. Si certains joueurs apprécieront cet aspect, d’autres le critiqueront.

Points positifs 

  • Deux modes solos de qualité.
  • Un côté RPG bienvenu.
  • Le mode Arcade.
  • Des duels dynamiques et fluides.
  • Bon gameplay général avec des changements et des nouveautés.
  • Le Reversal Edge.
  • Casting varié.
  • Paré pour les compétitif…
  • …Mais accessible aux novices.

Points négatifs

  • Des modes manquants comme le Team Battle.
  • Réalisation technique à la ramasse.
  • Casting faible. On aurait aimé plus.
  • Dialogues trop longs.

SITE OFFICIEL


 

LAISSER UN COMMENTAIRE