Fiche technique de State of Mind :

Éditeur : Daedalic Entertainment
Développeur: Daedalic Entertainment
Date de sortie : 15 août 2018 sur PS4, Xbox One, PC et Nintendo Switch
Type : narration/aventure
Multi : non
Langue : Allemand / Anglais sous titré

Le studio allemand Daedalic Entertainment revient pour un tout nouveau jeu narratif. Titré sobrement State of Mind, le jeu nous propose une bonne dose d’histoire narrative dans un Berlin entièrement robotisé. Entre réflexion sur le futur et la narration divertissante, découvrons ensemble ce que State of Mind vaut réellement.

Une histoire qui pose question

Promis, nous allons vous raconter l’histoire sans spoilers. Dans State of Mind, vous incarnez Richard Nolan, célèbre journaliste de la rédaction de The Voice (non, cela n’a rien à voir avec de la musique…). Celui-ci se présente comme un personnage « vieux-jeux » et, surtout, anti-robot. Il est d’ailleurs connu dans son milieu comme étant contre les avancées technologiques, ce qui se ressent fortement dans les différentes conversations que nous pouvons avoir au cours de l’aventure avec les machines. Suite à un mystérieux accident de voiture, Richard se réveille amnésique. Mais plus que tout, aucune trace de sa femme et de son fils, qui sont portés disparus. Bien plus qu’un simple jeu de divertissement, State of Mind ose là où certains ne s’y aventurent pas. De fait, le titre pose des questions très intéressantes sur notre société au sujet de l’IA, de la VR ou encore l’appartenance au corps et à sa propre conscience. Bref, les bases sont posées. Notre seul regret, au niveau de l’histoire, réside dans son extrême lenteur. Si cela ne dérangera pas les amateurs du genre, cela pourrait en déranger certains.

Un univers original

State of MindAu niveau des graphismes, force est de constater que nous sommes face à un jeu pour le moins original. Les développeurs de State of Mind ont résolument opté pour des graphismes style voxel. Cependant, de ce choix découle bien des défauts. A commencer par la difficulté de s’attacher aux personnes. En effet, ceux-ci se ressemblent et les gros pixels à partir desquels ils sont conçus ne permettent pas de véhiculer de l’émotion. Quant aux décors, nous n’avons rien à dire. juste magnifique. Il faut également noter l’excellence du jeu en mode version originale, c’est-à-dire en allemand dans notre cas. Dommage que le reste est moins bon. En effet, le jeu n’est pas traduit en français et il faudra se contenter d’une version anglais, souvent à côté de la plaque. Cela se ressent particulièrement à travers certaines répliques de personnages secondaires. Quant aux musiques, elles sont bien présentes. Sans être particulièrement mémorables, elles sont tout de même plutôt agréables.

Quand ça traîne…ça traîne

Vous l’aurez compris, le principal intérêt de State of Mind réside dans son scénario. Le gameplay est donc assez anecdotique. C’est pourquoi, nous avons décidé de concentrer ce test sur cet aspect. L’histoire est longue à ce lancer. Peut-être d’ailleurs qu’elle est trop longue, car on doit impérativement être plongé dans le scénario dès le début pour accrocher à un tel jeu. Par ailleurs, les rebondissements arrivent tous en même temps. Autant le dire tout de suite, State of Mind est un jeu ciblé pour les joueurs amateurs du genre. Il saura difficilement convaincre les débutants.

State of MindEt le jeu s’arrête là. L’histoire, de qualité certes, est la seule réelle composante du jeu. Malgré son apparence libertaire, State of Mind est aussi très dirigiste. S’il vous est loisible de vaquer dans les différentes zones comme vous le voulez et de communiquer à n’importe quel moment avec les personnages secondaires, il oriente pourtant clairement les joueurs. Prenons l’exemple de l’outil de communication : celui-ci ne permet d’appeler que les personnages qui feront, in fine, avancer l’intrigue. Il en va de même pour l’interaction avec les objets et le décor.

Un gameplay inefficace

State of MindComme nous avons pu déjà l’indiquer, le principal intérêt (pour ne pas dire le seul) du titre réside dans son scénario. Ni plus, ni moins. En effet, le gameplay est totalement inefficace, voire carrément inexistant. Pourtant, Daedalic Entertainment a essayé de le diversifier. Possibilité de switcher entre les différents personnages secondaires et principaux, résolution d’énigmes très simples et même tirer sur des drones sont autant de preuves. Bref, l’intention est là, mais ce n’est pas efficace. Pire, ces changements dans le gameplay sont extrêmement rares et sont même, pour la plupart, sous-exploités. Dommage, d’autant plus la rigidité des personnages ne donne absolument pas envie de de s’y attarder de trop sans avancer dans l’histoire. Bref, on est pas vraiment convaincu sur ce point.

State of Mind TestPoints positifs 

  • Histoire et scénario de bonne facture.
  • Le style voxel, on aime ça pour les décors…
  • Musique de qualité.
  • Un univers riche.
  • Un jeu qui ose poser des questions sociétales.
  • VO de qualité…

Points négatifs

  • Scénario lent à se mettre en place.
  • …moins pour les personnages, sans expression.
  • Gameplay inefficace, voire inexistant.
  • Très dirigiste.
  • …mais pas de la version anglaise.
  • Pas de traduction en français.

SITE OFFICIEL


 

APERÇU DE REVUE
Note globale
6.5
PARTAGER
Article précédentFallout 76 : Todd Howard s’exprime en vidéo
Article suivantAvis – Joe Shuster (Urban Comics)
Historien belge de formation, je suis un passionné de jeux vidéos et de Star Wars depuis ma tendre enfance. J'ai commencé sur Megadrive avant de découvrir la PS1. Après avoir fait le tour de la Playstation (PS1-PS2-PS3), j'ai décidé de retourner ma veste et je joue actuellement sur Xbox One, Switch, et parfois sur 3DS. Mes jeux favoris sont les jeux action-aventure et les RPG. Pour me suivre : - Gamertag : rforce2 - Code ami Nintendo Switch : SW-6116-2258-9414

LAISSER UN COMMENTAIRE